Exilé dans mon village presque natal, je regarde le printemps s'épanouir.
Cette torpeur ne durera pas. Je serai absorbé par "les temps modernes*" d'ici peu.

"L'oeuvre au noir" de Marguerite Yourcenar accompagne ma retraite. "Les mémoires d'Adrien" m'avait laissé sur le carreau. J'étais éblouis, cette lecture m'a bouleversé. La beauté du texte c'est transformé en musique intérieure au point que je me demandais si la lecture devenait possible sans Yourcenar.
Plusieurs mois se sont écoulés...
Avec "l'oeuvre au noir" me voilà une nouvelle fois plongé dans les rets de Marguerite. Je parcours l'Europe en
compagnie de Zénon. Je tremble. L'aventure s'achèvera tragiquement dans un cachot de l'inquisition.
Je tremble pour Zénon. Je tremble pour notre liberté...

Lignières, le 25 avril 2003


*référence au film de Chaplin.