17H, Stockholm baigne dans la nuit. Une pluie fine, glaciale, hésitante entre neige et eau, tombe depuis ce matin. Une odeur saumâtre rappelle que la Baltique, sombre et calme, cerne la ville. Les gens s'entassent dans les cafés éclairés à la bougie.
Devant chaque fenêtre de petites lumières indiquent que la Sainte-Luce est proche.

17H, Stockholm baigne dans la nuit. Au chaud, dans une chambre d'hôtel dessinée avec génie, un rousseauiste lit la Nouvelle Héloïse...

Stockholm, un samedi soir de fin novembre 2005