Dans le parc d'une villa à l'abandon, la floraison d'un magnolia jonche le sol, ceinture laiteuse aux reflets roses sur laquelle vagabondent des fourmis avanturières.

Des milliers de pissenlits, soleils miniatures ,tapissent champs, plates-bandes et jusqu'aux interstices des murailles.

Le printemps trépigne, le printemps s'affiche.

Les branches chargées d'espoir gourmand s'épanchent, il neige sous les cerisiers.

Le ciel est barbouillé. Les Alpes et leur légendaire candeur éternelle, voilées par la brume barrent l'horizon.

Au détour d'un stöckli, deux cardamines des champs en grande coversation ignorent le Bouvier bernois qui s'oublie à leur pied.

 

Sur la route entre Wabern et Belp aéroport,

Dimanche 27 avril 2008

XXIe siècle