Avant d'avaler la pastille d'iode radioactive il y a une période de défreination...
Cette période est particulièrement difficile pour le patient. L'entourage subit les effets collatéraux.
Fatigue, confusion des sens, le patient passe aussi par des états de dépression et de colère.
Il se présente ensuite, en fin de semaine, dans le cabanon de la médecine nucléaire. Service un peu isolé du reste de l'hôpital. Après un dernier examen, il est confiné avec d'autres patients dans une suite de chambres totalement isolées.
Il ingurgite la gélule d'iode radioactif et tout ce qu'il touche désormais subira un contrôle et risque de terminer son histoire avec les déchets radioactifs.
Quand le taux de radiation a retrouvé la normale, le patient peut ressortir de sa bulle isolante.

Courage Ric, nous pensons tous très fort à toi.