Ce soir, les Ukrainiens jouaient à domicile, recevant l'équipe de France à Donetsk. Un violent orage accompagné de trombes d'eau a obligé les footballeurs à protéger le ballon avec des parapluies. Finalement la partie de balle au pied a été interrompue le temps que la Conchita de service éponge la pelouse.
L'équipe tricolore a marqué deux buts en fin de partie.
"Quelque chose suit son court", ne cesse de répéter Clov (lire la pièce de Beckett).
A Ostring, les tilleuls embaument une soirée tiède de juin. Le tram descend vers la gare et dépose quelques voyageurs à l'Adriano's Bar. Une musique métallique s'échappe du haut-parleur situé au-dessus de la machine à café. Les deux ventilateurs plafonniers brassent avec vigueur l'air ambiant. Deux jeunes Bernoises, la grosse et la maigre, bavassent en buvant un bol de café au lait, ou plutôt de lait au café, la "Schale". La pendule marque 22h40.
A Kiev, la Suède affronte l'Angleterre. Les beaux blonds sont menés 2 à 3, c'est ce qu'indique l'application d'un I-Truc jonchant le sol. Le bar est presque vide, les consommateurs se sont entassés dans la terrasse sous les arcades.
Les Suédois jouent en 4-5-1 et les Anglais en 4-4-2. L'arbitre a aimablement distribué des cartons  jaunes à James, Olof et Jonas. Il est à noter que le même Olof qui a marqué un but à la 58e minute a reçu la carte jaune à la 62e.
Le serveur trompe l'ennui en passant le torchon sur la machine à café. Samuel assis dans un coin du bar griffonne sur un calepin. Une atmosphère de Fin de partie suinte à l'Adriano's Bar.
Le matche semble terminé à Kiev. La Suède caracole en queue du classement du groupe D.