Adriano's bar, 22h00, dehors il pleut. La ville fédérale voit son décor de ouate disparaître dans les égouts...
Dans le bar c'est la presse des vendredis soir. La musique se faufile entre les conversations. C'est une musique à base de basses qui tambourine dans la trompe d'eustache. Dans le brouhaha quelques brides de conversation vont et viennent, des vagues qui jouent avec les langues. Le dialecte bernois est majoritaire, des écumes aux accents de la langue de Goethe disparaissent sous des vaguelettes francophones, parfois des tâches d'anglais se frayent un passage dans ce flot de conversation.
Discrètement, un adepte de l'écran plat consulte les rares gazouillis de @pontifex, vu son grand âge et son emploi du temps, le chef d'état d'un des plus petits pays du monde ne gazouille pas beaucoup.
Dehors, un tram passe et s'enfonce dans la nuit pluvieuse. Il porte le No7 et se dirige vers Ostring...