Un zèbre totalement perdu, à mille mille de sa savane brûlante, court dans les rue de la cité verte. La Ville fédérale envahie par le froid, avec une température négative, ne prête guère à la visite!
Le zèbre est transi. Les bernois ébahis regarde l'animal noir et blanc fendre le bitume à la recherche d'un peu de chaleur. Épuisé, il s'est réfugié, à deux pas de la gare, près d'une boite aux lettres.
Dans la journée, un leveur de boîte compatissant a renvoyé le zèbre, dans un grand colis affranchi en exprès, dans sa savane.