Ce soir, le plat principal du dîner était un calamar du lac de Bienne.
En Suisse, rares sont les vrais poissonniers. En général, ce sont des vendeurs qui un jour se retrouvent au rayon poissons. Hier, chez "L***", une jeune vendeuse n'ayant aucunes connaissances du poisson, devant notre hésitation entre les calamari d’Italie et un calamar, nous a indiqué que le calamar venait du lac de Bienne! La bête s'était malicieusement blottie contre les poissons lacustres, délaissant son ardoise indiquant "calamar de Bretagne". Nous avons de façon un peu sarcastique mis au parfum la vendeuse de son erreur. Elle n'a pas relevé notre ton caustique. Nous n'avons pas poussé le vice à lui demander de nettoyer le calamar, ce qui avait été fait spontanément par un de ses collègues lors d'un précédent achat.
Ce soir, après avoir nettoyé la bête, j'ai trouvé, un jour, la sardine qui bouchait l'entrée du port de Marseille, dans un grand calamar, je l'ai cuisinée façon carbonara, une recette inspirée du chef étoilé Jean-François Piège.