31 degrés à Berne pour ce dernier dimanche d'août, un shakerato est de rigueur pour se désaltéré. La salle de l'Adriano's bar est presque déserte. Il fait trop chaud. Les clients trainent sur la terrasse. C'est Racine qui a préparé le shakerato. Un doppio et des cubes de glace enfermés dans un shaker et, au rythme de la musique, diffusée du haut-parleur situé au-dessus de la machine à café, l'appareil à cocktail est agité avec grâce de gauche à droite à hauteur des yeux. Le café mousseux et bien frais est versé dans un grand verre. Il ne reste plus qu'à boire lentement pour se raffraîchir.
Les deux ventilateurs, fichés au plafond, tournent à perdre haleine...