(De notre envoyé spécial) Les chats ont déserté le quartier. Ils sont partis en autocar faire du ski dans les Alpes. Ils dévalent, chaussés de skis, de surfs, ou de patinettes, les pentes du Mont-Blanc. L'Angora turc de ma soeur, pour se distinguer des autres, fait du monoski. Un moyen de skier très à la mode dans les années 1960. Un peu périlleux pour un skieur à quatre pattes. Des chatons de riche, qui miaulent en cyrillique, se font déposer au sommet de la perle des Alpes en hélicoptère.
Les journées se passent en de joyeuses descentes dans un nuage de neige soulevée par la gente féline. Prudents, le skieurs confirmés, les profs et leurs élèves débutants se cachent derrières les sapins à l'approche de cette avalanche de poil de toutes races. Les loups égarés dans la région hurlent à la mort en voyant ce dîner dévaler les pistes noires.
Le soir, après de copieux apéritifs et des repas sortis des sacs à dos, généralement du rôt de souris lyophilisé, les fauves, écrasés de fatigue font une courte sieste. Ils rêvent à "Titi et Gros Minet", un classique des années 1960.
Vers minuit, ils sortent. Ils vont dans une boîte de jazz tenue par un matou jaune, un peu escroc par passion. Il est en relation avec la pègre de Chicago. Il faut montrer patte blanche pour entrer dans ce lieu à la mode, connu des chats du monde entier. WhatsChat, FaceChat ou TripRats, une application qui note les meilleurs lieux de chasse, ne tarissent pas d'éloges pour cette boîte de jazz installée dans un vieux container rouillé, abandonné dans le cul d'un sac.
Les chats boivent des boissons qui font des bulles millésimées, dansent des cha cha cha effrénés en fumant des Havanes ou des Gitanes.
Au petit matin, ivres mort, ronflants sur la chaussée enneigées, les félins sont jetés dans un panier à salade par le concierge du Palace voisin et se retrouvent à la fourrière. Ils cuvent le jus de raisin bu sans discernement pendant la nuit. Analphabètes, les chats ne savent pas que la fumée tue, qu'il faut boire avec modération et bouffer cinq fruits et légumes par jour. Ces carnivores font la nique au régime. Ils déguerpissent par une discrète chatière... Ils ont une gueule de bois carabinée et on peut, rivé à de puissantes jumelle, les voir zigzaguer sur les flancs du Mont Blanc...