Le viel Ueli rentrait de promenade. Il regagnait son coin de rue. Aujourd'hui, il n'avait pas effectué son trajet habituel. Personne ne l'avait vu au Colonial. Sa table, près de la porte d'entrée est restée vide. Il avait marché au hasard en marmonnant sans cesse: "500.000, 500.000, c'est trop"

Le viel Ueli aimait son coin de rue. Il ressemble, disait-il dire à un tableau de Spencer Gore, "Cambrian Street" peint en 1913. Il précisait à ses interlocuteurs: "surtout en automne".
Il avait accroché une copie de ce tableau dans son salon. 
Il ne remarqua pas que son coin de rue était, ce lundi de fin d'après-midi, si proche des couleurs de son oeuvre préférée.
Il grommelait en secouant la tête: 500.000, 500.000...
Le vieil Ueli habitait ce coin de rue depuis qu'il avait pris la retraite.
Le fils de son voisin lui avait appris les ficelles de l'ordinateur. Il avait rapidement assimilé les méandres informatiques. Le soir, il allumait ce qu'il appelait "sa machine à écrire" et racontait sa journée ou des souvenirs. 
Ce matin tout avait basculé. Le fils du voisin avait débarqué chez lui, toit excité. Celui que le vieil Ueli appelait affectueusement "Le Freluquet" lui appris que son blog: Un retraité prend la plume, faisait le buzz sur la toile. 
Tu as 500.000 visiteurs par mois, lui souffla le freluquet.
Cette nouvelle bouleversa le viel Ueli. Il pensa que son coin de rue restait conforme à la peinture de Spencer, rien n'avait changé depuis 1913, ou si peu. En revanche , à l'intérieur, ça bouillonnait. On vivait virtuellement.
Le vieil Ueli se gratta la tête. Sa chronique volait bas. 500.000 visiteurs par mois! Quelle foutaise. Il avait une lectrice fidèle. Elle laissait un commentaire au bas de chacun de ses article en signant de deux lettres HB.
Il hésita une fraction de seconde puis il fit in clic sur OK. Il venait de se servir de la fonction: "Supprimer ce blog". Ce fut rapide et définitif. Il respira et se senti libre et léger... 
Nota Bene: le samedi, Lakevio publie sur son blog la reproduction d'une toile, d'un artiste connu ou moins connu. Cette peinture sert de guide pour une création littéraire. Le lundi, Lakevio donne sa version. Dans les commentaires, ceux qui proposent un texte indiquent l'adresse à laquelle leur prose peut être lue. Il est intéressant de lire ces textes, souvent cousins dans la trame mais tous avec leur caractère et leur style. Lakevio, c'est à cette adresse: www.lakevio.canalblog.com