"Rappelle-toi Barbara
Il pleuvait sans cesse sur Brest ce jour-là"
Un haut parleur planté sur la place diffusait, dans un grésillement, une annonce presque inaudible: -La jeune fille qui est ravie, ruisselante, épanouie sous la pluie est priée de ne pas s'éloigner de la file des parapluies. Merci.
-Qui se souvient de Barbara? Et puis il y a tellement de Barbara. 
-Je crois que Georges sortait avec une Barbara, dans les années 1950, du côté de Brest.
Il pleuvait sans cesse, et, rue de Siam, c'était un océan de parapluie. 
Soudain, un cris dans la foule: -Barbara.
-Georges sortait avec Barbara. Et tu ne m'a rien dit!
-C'était avant guerre. Ça a commencé rue de Siam. 
Un chat des villes, d'une voix de ténor déclamait des vers: -Quelle connerie la guerre.
-Et ils se sont revus?
-Qui?
-Georges et Barbara
Il pleuvait, le bateau d’Ouessant lança un coup de sirène, puis Barbara embarqua. 
-Quelle connerie la guerre, reprenait en coeur une famille de souris.
-Je crois que la guerre les a séparé. 
-Et Georges...
-Il est mort en avril 1974. Il était gravement malade.
-Et sa femme?
-Claude, elle a été veuve plus de 30 ans. Elle est morte, je crois en été 2007. 
Le haut parleur hurla: -Je rappelle à Barbara de regagner immédiatement la file des parapluies. C'est intolérable d'être ravie, épanouie, ruisselante sous la pluie.
Un juron s'échappa d'une fenêtre ouverte: -Tonnerre de Brest!
-Voyons, capitaine, voyons... S'indigna un petit homme à barbichette.
Il pleuvait sans cesse ce jour là.  
Rue de Siam, sous un porche, une jeune femme donnait le sein à sa petite Barbara.
Des avions s'approchaient, déluge de feu et de sang...
"Rappelle-toi Barbara
Il pleuvait sans cesse sur Brest ce jour-là".

"Barbara" est un poème de Jacques Prévert. On le trouve dans le recueil "Paroles". Il est le squelette de ces variations...
 
Nota Bene: le samedi, Lakevio publie sur son blog la reproduction d'une toile, d'un artiste connu ou moins connu. Cette peinture sert de guide pour une création littéraire. Le lundi, Lakevio donne sa version. Dans les commentaires, ceux qui proposent un texte indiquent l'adresse à laquelle leur prose peut être lue. Il est intéressant de lire ces textes, souvent cousins dans la trame mais tous avec leur caractère et leur style. Lakevio, c'est à cette adresse: www.lakevio.canalblog.com