Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Publicité
Rêveries
30 novembre 2016

Novembre

Novembre s’achève dans le froid.

Le mercure passe sous la barre du zéro degré…

Pour se réchauffer, il faut s'engouffrer dans la salle de l'Adriano's bar, choisir le banc sous lequel les tuyaux du radiateur, chauffés à blanc, tentent de rivaliser avec les chaleurs de l’été… On peut alors disséquer son spleen en buvant des doppio Malabar. La lecture de la presse du jour plonge l'esprit dans la terreur!

Une carte de A., jetée pêle-mêle, avec les factures ordinaires, dans la boîte aux lettres, me donne l'envie de répondre sur le champ. Cloué au lit, rongé par la vieillesse, lui, a des mots plus crus pour évoquer son état, il se plaint gentiment de l'assèchement du réservoir de ma plume...

Cet appel au secours laisse songeur. D’un côté, il y a cette correspondance, commencée il y a plus de 20 ans, avec mon ami A.  Un échange de lettres et de cartes qui rythme les saisons. De l'autre côté, il y a une vie virtuelle, envahissante, qui bien souvent flatte l'égo. Ces sirènes d'un nouveau temps retiennent captif leur victime par des artifices grotesques, qui gonfle d'orgueil l'imprudent voyageur qui chemine sur la toile électronique. Elles laissent miroiter au pauvre hère, une notoriété universelle, des millions de suiveurs, des tonnes de « j'aime » au bas de chaque photo publiées, une vie sociale en « live » partagée avec des centaines d'amis, la moindre miette de pain est une nouvelle importante, objet de toutes les attentions, elle sera balancée sur les réseaux sociaux sous forme de pixels de divers formats!

Mon ami A. est totalement ignorant des applications qui permettent de gonfler le compteur de suiveurs, des algorithmes qui en une fraction de seconde savent  tout de notre vie et nous bombardent de publicités ciblées. 

Je vais saisir ma plume et essayer de raconter à mon vieil ami, de façon poétique, ce fatras électronique qui peu à peu englue nos esprits vers une pensée unique…

Le soleil se fout complètement de ces histoires d'adresses IP. Il se couche en beauté alors qu'un avion emporte au loin le dernier carré de nos libertés.

 

 

 

Publicité
Publicité
Commentaires
Q
Ah ! Je fais tout de même une différence entre les réseaux sociaux (je ne suis que sur facebook d'ailleurs, c'est plus que suffisant, et j'y perds déjà pas mal de temps (mais pas que) et les blogues... Des articles de blogue peuvent faire parfois un complément intéressant à une lettre ou un mail. Mais c'est vrai qu'on écrit moins à la main (et plus difficilement aussi, quand on a l'habitude de taper à dix doigts). Il est vrai aussi qu'avec des correspondants choisis, on ciblait les personnes avec lesquelles on échangeait des bribes de sa vie. Maintenant, c'est beaucoup plus large. D'un autre côté, on découvre aussi des univers plaisants. C'est toujours agréable. Enfin, à mon sens.
Répondre
B
Une toute petite partie de nous laisse notre ego se bercer d'illusions, non ?<br /> <br /> Pour le reste nous savons bien ce qu'il en est ;)<br /> <br /> Quant au côté chronophage et addictif de l'affaire, un vrai problème.<br /> <br /> Il n'empêche, quelle chance d'avoir cet ami et correspondant A. et son humour !<br /> <br /> Pour ma part, depuis les balbutiements de mon blog ma boîte aux lettres revit, paradoxal mais vrai.<br /> <br /> Un soupçon de tristesse dans votre article Jean-Jacques ?
Répondre
H
Il est vrai que l'ordinateur a tué l'écriture, je ne reçois que de rares cartes postales.<br /> <br /> Il fait froid, la pollution atteint des sommets.
Répondre
Rêveries
Publicité
Rêveries
Newsletter
CINÉMA

- Mais... c'est l'intervention de cette grosse femme... C'est un ptit peu... enfin... ça va très loin.
- C'est là que je me rends compte que malheureusement, je vous ai beaucoup moins bien réussi que le porc.

Pierre et Thérèse.le2-copie-1

 

GUERRE

Valéry

Archives
Pages
Publicité