20 juin 2017

Chaud, chaud, les marrons..!

Un nocturne de Schubert (ICI)
Une tasse de café
Quelques carrés de chocolat 100% cacao. Le 100% résiste à la canicule.
La chaleur a fait fondre le clavier de l'ordinateur...
33 degrés vers 18h42, qu'ils disent sur la toile virtuelle.
Les chats du quartier, avec leur fourrure, regrettent d'avoir fuit le Pôle Nord.
Quelques passants sont restés englués dans le tarmacadam, Place de la gare. On attend le gel pour les délivrer.
Les soirées interminables de juin arrivent à leur apogée. Demain, le solstice d'été, précipitera la lente descente vers la nuit et la glace de l'hiver...
Si vous avez, heureux hasard, conservé quelques glaçons de l'hiver dernier, vous pouvez les disposer dans un verre géant et, très lentement, vous versez votre alcool préféré dans le verre.
On the rocks...

Posté par jeanjacques1957 à 22:15 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,


19 juin 2017

L'imprimante

Nota Bene: le samedi, Lakevio publie sur son blog la reproduction d'une toile, d'un artiste connu ou moins connu. Cette peinture sert de guide pour une création littéraire. Le lundi, Lakevio donne sa version. Dans les commentaires, ceux qui proposent un texte indiquent l'adresse à laquelle leur prose peut être lue. Il est intéressant de lire ces textes, souvent cousins dans la trame mais tous avec leur caractère et leur style. Lakevio, c'est à cette adresse: www.lakevio.canalblog.com

Aujourd'hui, on pouvait choisir un des sept portrait proposé. Il fallait faire une biographie ou évoquer le portrait choisi.

 

- Salut.
- Salut.
- C'est qui ce mec sur l'imprimante?
- Je n'ai aucune idée. J'ai fait un clic erroné en voulant imprimer un rapport et voilà, un inconnu s'est pointé. En plus je n 'ai plus de connexion depuis une heure.
- Ce mec me dit quelque chose.
- Salut les ploucs, c'est la bourre? 
- Salut Julie. Georges est en panne de connexion.  Il est imbuvable. Dis, tu connais ce mec qui est sur l'imprimante?
- Tu es naze ou quoi, Mireille? Tu ne reconnais pas François Barrière?
- Le fils d'Alain? Ironisa Georges.
- Non, je ne crois pas précisa Julie. J'ai l'impression d'avoir affaire à des ploucs de chez plouc... François Barrière, un acteur qui casse la baraque en ce moment, ajouta-t-elle.
- Le cinéma, pour moi c'est un peu dépassé. A part ça, il est sexy ce mec, ajouta Mireille en regardant la photo sur l'imprimante. 
- Il a 28 ans, il a raflé le César du meilleur acteur en début d'année, le grand prix d'interprétation à Cannes au printemps. Il est en couple avec Lucia, une actrice italienne...
- Julie, au lieu de débiter le bottin mondain, au boulot, tonna Georges.
- Je prends la photo, annonça Mireille.
- Je prends la photo, imita Julie.
- Bon, les midinettes, la connexion est revenue. On bosse.
On entendit les mouches voler dans le bureau.
Le portrait de François Barrière, oublié dans le bac de l'imprimante, termina sa carrière dans la poubelle.
Le philadelphus parfume les interminables soirées de juin.  L'Été, le bel été se pavane...
Adieu donc
Enfants de mon coeur

Posté par jeanjacques1957 à 23:25 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,

18 juin 2017

Lac de Bienne

Journée dominicale ensoleillée, propice à la randonnée. Partis de La Neuveville, nous avons gagné Douanne par le chemin des vignes. La vue s'étend jusqu'aux Alpes bernoises. Au premier plan, le lac de Bienne et l'île Saint Pierre. C'est une presque île depuis la correction des eaux du jura (XIXe et XXe siècle, https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Correction_des_eaux_du_Jura ) Rousseau s'y était réfugié quelques semaines.
Les vignes descendent jusqu'au lac, coupées par la voie de chemin de fer et la route Neuchâtel - Bienne.
Bref arrêt pour visiter l'église de Gléresse, blottie dans le vignoble. Un vignoble qui semble avoir échappé aux trois nuit de gelée d'avril .
A Douanne, retour à La Neuveville par le chemin des rives.
La bise modérée est une aubaine pour les amateurs de sport nautique. Le lac est couvert de voiles.

Sur le chemin du retour, nous apprenons que Moutier rejoindra le canton du Jura...

Posté par jeanjacques1957 à 22:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

17 juin 2017

Impromptu

Les cloches sonnent les 3/4 de onze heures. La bise s'est calmée, en soufflant modérément pendant la journée, elle a repoussé les fortes chaleurs à demain. La nuit est étoilée. Les chats du quartier, sans bruit, sont partis à la chasse à la baleine. Un cétacé est signalé descendant l'Aar. Son jet d'eau l'a trahi!

Ce matin, un lapin...
Vers les 3/4 de onze heures, lecture de la presse à l'Adriano's bar. Les deux ventilateurs, fichés au plafond, tournaient modérément. Ils imitaient la bise qui courait sur le plateau suisse. Le haut-parleur, situé au-dessus de la machine à café était étrangement muet.

Demain, tous les médias, presse, TV, radio, seront à Moutier. La ville prévotoise choisira si elle reste bernoise ou si elle rejoint le Jura. Le vote se fera sous haute surveillance. Le résultat sera serré. Si Moutier penche pour le Jura, le rêve d'un canton s'étendant de La Neuveville à Boncourt semblera de nouveau possible pour les militants de la première heure. Si Moutier reste dans le canton de Berne, la question jurassienne sera entérinée...

L'après-midi de ce samedi, quatre attaques d'abeille sur le voisin du 2e qui jardinait ont été signalées.

Plus tard...
N'y tenant plus, il y a eu la minute de l'égoportrait!

Posté par jeanjacques1957 à 23:40 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

16 juin 2017

Bientôt les vacances...

Jacques Monty, ou Monty, nom de scène de Jacques Bulostin, est un auteur-compositeur-interprète et producteur de musique français né le 18 février 1943 à Chezal-Benoît (Cher).

Chanson extraite du 45T vinyl sorti en mai 1965, disques Barclay. Un album 33T est sorti à la même époque avec ce titre vedette.

MONTY - Bientôt les vacances - 1965



La version originale..:
Jewel Eugene Akens (12 septembre 1933, Houston, Texas - 1er mars 2013, Inglewood, Californie) était un chanteur américain et producteur de disques .

Jewel Akens-The Birds and the Bees

Posté par jeanjacques1957 à 22:15 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,


15 juin 2017

Le ciel

comme un orage
à bout de souffle
l'angoisse s'apaise
au crépuscule
l'animal traqué
trouve enfin le repos
dans les méandres
de l'obscurité

Francis Giauque

 

Le ciel, ce soir, à Grosshöchstetten... Vers 21h00

Posté par jeanjacques1957 à 23:30 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

13 juin 2017

Soirée d'été à Berthoud

Le château de Berthoud veille sur les deux piscines de la ville. Le bassin couvert et celui en plein air sont situés au pied de la forteresse..
À Grosshöchstetten, un village dans l'Emmental, le train qui permet de regagner la Ville fédérale, avec changement à Konolfingen, passe à 21h17. Le temps de lire quelques chroniques d'un livre de Paul Guth, sorti l'année de mes 20 ans!
Depuis le train, près de Worb, vue sur le coucher du soleil...
À 22h48 retour dans les rumeurs de la ville...

Posté par jeanjacques1957 à 23:01 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

11 juin 2017

Schweizer Frauenlauf

Aujourd'hui, la 31e course féminine suisse se déroulait, comme chaque année, dans les rues de la Ville fédérale. Deux parcours, un de 10km et un de 5km, sont proposés. La doyenne de participantes, 82 ans et 2 mois, avait choisi de courir sur 10km!
La circulation automobile et des transports publics est un peu chaotique ce dimanche-là.
Des femmes de tous âges arrivent en cars ou en train des quatre coins de la Suisse et prennent possession de la capitale.
Il a fait 30 degrés à Berne ce dimanche.
Vers 22h00, un espresso coulé sur de la glace, bu à l'Adriano's bar, était le bienvenu. Le soleil finissait de s'éteindre. J'ai récupéré mon vélo à la gare et retour à la maison en pédalant dans la chaleur de la nuit...
Le vélocipède est près pour reprendre du service demain matin à 04h30...

Posté par jeanjacques1957 à 23:35 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

10 juin 2017

Nocturne

La mort est si proche
à chaque aube
que je la sens
monter en moi
comme un fleuve
souterrain
qui charrie
dans mon corps
ses éclats empoisonnés
la mort est si proche
quand je me tais
qu'il suffirait
d'une seconde d'oubli
pour qu'elle envahisse
mon sang
et me jette
dans une terre
sans soleil

Francis Giauque (1934 - 1965)

La nuit est bien avancée, la fenêtre de la cuisine est ouverte. J'écoute le Trio / Notturno, en mi bémol majeur, pour piano, violon et violoncelle "Triosatz" D897 de Schubert. Soudain, l'adagio débute et vous déchire l'âme. Le corps frissonne. Je suis mal barré, en écoutant cette musique d'une beauté vénéneuses, je lis des poèmes de Francis Giauque. Entre la musique et le texte, aucun répit pour le repos de l'esprit. Tout vacille, dans cette soirée d'été tiède.  Des effluves du philadelphus montent du jardin. Ce parfum entêtant s'ajoute au spleen ambiant. Pour rompre ces tourments de l'âme, je plonge mes lèvres dans une petite tasse blanche,  ma dose de ciguë, qui a pour nom café, m'y attend. Ce breuvage rompra le maléfice.
Au loin, un clocher égrène les douze coups de minuit...

Posté par jeanjacques1957 à 23:52 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , ,

08 juin 2017

Soirée de juin à Berthoud

Le château veille sur la cité...
Aujourd'hui, la lumière fut magnifique.
C'est les beaux soirs d'été...

Posté par jeanjacques1957 à 22:15 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,