31 octobre 2017

Regards sur le dernier jour d'octobre...

 

Posté par jeanjacques1957 à 22:15 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,


29 octobre 2017

Lignières - vendredi, samedi et dimanche

Vendredi, 27 octobre 2017
Le jardin de Lignières prend ses quartiers d'hiver...



Samedi 28 octobre 2017
Les dernières roses du jardin de Lignières, en bouquet sur la fenêtre de la cuisine
Coucher de soleil
Souper fromages, avec pain et tresse

 


 

Dimanche 29 octobre 2017
Pluie sur le jardin de Lignières...

Posté par jeanjacques1957 à 22:33 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

28 octobre 2017

Lignières, nuit 2/2 - Samedi d'arrière automne...

Julien-François Zbinden, né à Rolle le 11 novembre 1917, est un pianiste, compositeur et ingénieur du son vaudois.
Il est l'un des compositeurs suisses les plus joués dans le monde

Trois Liturgies Campagnardes - Julien-François Zbinden

Trois Liturgies Campagnardes
Julien-François Zbinden, Compositeur
Choeur d'Hommes Intercantonal | Interkantonaler Männerchor
Dir. Lisa Appenzeller



     P_20171028_163621
Balade sur Le Chasseral. Un vent puissant balaie la crète... Belle ambiance de fin d'automne.

P_20171028_161400_PN

P_20171028_162638_PN

P_20171028_162800_PN

P_20171028_163317

P_20171028_162917

P_20171028_163809

P_20171028_161520

P_20171028_162927

P_20171028_161924


John Leslie “Wes” Montgomery (né à Indianapolis le 6 mars 1923 - mort à Indianapolis le 15 juin 1968) est un guitariste de jazz américain.
Il est généralement considéré comme un des guitaristes de jazz majeurs, arrivant avec Django Reinhardt et Charlie Christian et influençant de nombreux guitaristes de jazz comme George Benson, Kenny Burrell, Royce Campbell, Grant Green, Steve Howe, Russell Malone, Pat Martino, Pat Metheny, Lee Ritenour, Joe Diorio, David Becker, Randy Napoleon, et Emily Remler.

The Incredible Jazz Guitar of Wes Montgomery (full album) (1080 p)

Airegin    00:00
D Natural Blues   04:28
Polka Dots and Moonbeams 09:50
Four on Six    14:32
West Coast Blues   20:48
In Your Own Sweet Way   28:11
Mr. Walker    33:05
Gone with the Wind  37:37

Wes Montgomery - Full House 1962 (full album)

00:00 Full House
09:14 I've Grown Accustomed To Her Face
12:45 Blue 'n' Boogie
22:27 Cariba
32:09 Come Rain Or Come Shine (take 2)
39:06 Come Rain Or Come Shine (take 1)
46:25 S.O.S. (take 3)
51:30 S.O.S. (take 2)
56:20 Born To Be Blue

Wes Montgomery - guitar
Jimmy Cobb - drums
Johnny Griffin - tenor sax
Paul Chambers - bass
Wynton Kelly - piano

27 octobre 2017

Lignières, nuit 1/2

LE TUBE

1 minute et 43 secondes de folie...


The Matrix Ping Pong - classic


Il y a11 ans... époque où le putaclic n'existait pas. On expérimentait.....

Ort & Dela - Chop Suey (System of a Down)


Solange te parle

5 FILMS ANTI-DÉPRIME | solangeteparle


Instants poétiques

Line Rider - Mountain King


L'automne est au bord de l'implosion. Les dernières feuilles, jaunies par l'âge, s'accrochent désespérément aux branches d'arbres de différentes essences. Un coup de vent et les voilà qui tombent mortes sur le tarmacadam. Toutes ces feuilles forment, sous la pluie, un tapis luisant et glissant. Vite, un café avant de se glisser sous la douche et de se lancer dans les rêves en couleur ou en noir et blanc...

Françoise Hardy - Les feuilles mortes (1965)

Posté par jeanjacques1957 à 22:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

26 octobre 2017

Soirée d'automne...

Anne Sophie Mutter - Mendelssohn, Concerto pour piano en mi-mineur, Op.64


Anne Sophie Mutter - Mendelssohn Concerto pour violon en mi-mineur, Op.64 - Kurt Masur


Felix Mendelssohn - Concerto pour violon en mi-mineur, Op. 64

I.   Allegro molto appassionato (00:00)
II.  Andante (12:29)
III. Allegretto non troppo -- Allegro molto vivace (19:49)

Anne Sophie Mutter, violon
Kurt Masur, chef d'orchestre
Gewandhausorchester Leipzig

Posté par jeanjacques1957 à 22:24 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


25 octobre 2017

Un jour d'automne...

L'équilibriste

L'automne, fringant équilibriste, s'avance avec souplesse sur un filin tendu entre les débris de l'été et le lointain hiver. Son balancier oscille entre rires et pleurs , entre brumes et soleil. L'automne peint un tableau aux couleurs chaudes. Les feuilles des arbres, éclats jaunes, rouges, bruns ou ocres, commencent à lâcher prise et chutent dans un lent tourbillon sur le sol encore tiède.

07 octobre 2011



L'un des pionniers du rock 'n' roll s'en est allé...

Fats Domino "Blueberry hill" | Archive INA

Festival de Jazz d'Antibes 1962
Sur la scène du Palais des Sports, Fats DOMINO, au piano, accompagné de son orchestre (dont Dave BARTHOLOMEW à la trompette, Herbert HARDESTY et Lee ALLEN au saxo et Earl PALMER à la batterie), chante "Blueberry hill".

Posté par jeanjacques1957 à 22:15 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

23 octobre 2017

Perdus dans l'espace

Nota bene: le vendredi, Lakevio publie sur son blog la reproduction d'une toile, d'un artiste connu ou moins connu. Cette peinture sert de guide pour une création littéraire. Le lundi, Lakevio donne sa version. Dans les commentaires, ceux qui proposent un texte indiquent l'adresse à laquelle leur prose peut être lue. Il est intéressant de lire ces textes, souvent cousins dans la trame mais tous avec leur caractère et leur style. Lakevio, c'est à cette adresse: (ICI)
Francis Coates Jones 52
Francis Coates-Jones

Jeu des Papous N°2

A partir du tableau proposé, écrire un texte  en prose ou un poème en plaçant judicieusement les huit mots de la liste suivante que vous mettrez en gras dans votre texte.

dictionnaire

pianiste

hortensia

bouée

affreux

mordant

pénible

éclairer

Il n'est pas permis de changer l'orthographe des mots. Impossible donc de les accorder ou de conjuguer les verbes. je vous conseille de copier-coller la liste avant la composition de votre texte.

La tour
À gauche de l'entrée, un fleuriste occupe un espace rectangulaire avec une grande vitrine donnant sur le canal. On peut y voir une fillette de cinq ans qui confectionne des bouquets. Assise sur un tabouret, du matin au soir, elle assortit des fleurs par tailles, couleurs ou cultivars. À droite de l'entrée, la loge du concierge occupe un même espace rectangulaire que le vendeur de fleurs. À longueur de journée, il écluse des cafés. Parfois, armé d'un balai, il tente de déloger une araignée. Si on lève les yeux, en se plantant en retrait de l'entrée, près du canal, on ne voit pas le sommet de la tour, perdu dans les brumes matinales. "Une vraie Tour de Babel" a coutume de dire le concierge aux nouveaux arrivants.
Chaque soir, des milliers de bougies, réparties sur la façade nord, sont allumées pour ÉCLAIRER le voisinage. C'est la femme du concierge qui effectue ce travail PÉNIBLE. Elle s'y met à partir de midi.
Chaque soir, armé d'une paire de jumelles, le propriétaire de la "Donald Tower", scrute chaque centimètre carré de l'édifice. La moindre bougie manquante fait l'objet d'une déduction sur le salaire du concierge.
En passant dans les coursives, on peut entendre au sixième étage, en collant une oreille indiscrète contre la porte de l'appartement no 25bis, une PIANISTE massacrant un pianoforte. Distraite, elle a posé sur le lutrin de son accompagnatrice, la célèbre violoniste Anne Sophie, un DICTIONNAIRE ouvert à la page pizzicato.
A chaque étage une BOUÉE est suspendue à un croc de boucher. En cas de naufrage financier de l'édifice, on peut se jeter à l'eau.
Allo? Allo Ween? Ici Trouille!
Le téléphone sonne dans la boutique du fleuriste, tirant la fillette, qui prépare des bouquets du matin au soir, hors de ses pensées philosopolitiques. Elle tourne et retourne, dans sa tête de linotte, une question que bien des enfants de son âge se posent: faut-il célébrer le cinquantenaire de mai 1968? La fillette, indécise au sujet de mai 68, décroche le combiné. C'est la vieille du 155e étage qui crie dans l'appareil. Il faut lui livrer dare-dare 12 baccaras. La conversation est difficile. La vieille est sourde et son téléviseur est à fond. On entend des brides d'AFFREUX, sales et méchants, le film de Scola qui a remporté le Prix de la mise en scène lors de la 29e édition du festival de Cannes.
Dans cette tour dont le sommet se perd dans les brumes d'automne, le cimetière occupe le 172e et le 173e étages. Un HORTENSIA bleu en indique l'entrée. On peut louer une concession pour 10, 20, 50 ou 100 ans. Les tarifs sont sur demande. La mort, ça n'a pas de prix.
Le concierge, entre deux cafés, balaie dans les étages. Il ramasse un rectangle de papier. Ce rectangle évoque le fleuriste, installé 300 m plus bas. Une fillette de cinq ans y est injustement exploitée. Du matin au soir elle prépare des bouquets pour un revenu dérisoire. Elle n'est ni chinoise ni hindoue. Sur le rectangle de papier le mot MORDANT est écrit à la mine de plomb. Le concierge tourne et retourne ce petit papier. Il hausse les épaules et jette dans le dévaloir ce bout de billet. Imaginez l'effet sonore lorsque l'ivrogne du 201e étage se défait de ses cadavres, résultat d'une semaine de soulographie, jetés un à un dans un tube de plus de 300 m de haut, à minuit et une minute un 31 octobre. Les locataires frissonnent. Une pétition circule depuis 10 ans pour la fermeture du dévaloir. Elle est actuellement bloquée au 75e étage chez un analphabète.
Le 32 octobre au matin, les chenapans du quartier, aidés de quelques chats ont branché la tour à leur compteur à rebours. Ils écoutent, dans leur cabane, du jazz sur un petit poste à galène. Ils captent Heure-Bleue FM, une radio pirate qui émet depuis la Butte.
5,4,3,2,1, go... Un tremblement ressenti à quinze kilomètres à la ronde réveille tout le monde. La Tour de Babel, comme la nomme le concierge, décolle. Dix fois plus grosse qu'une Saturne V, ces fusées qui emmenaient, au siècle passé, des humains et une jeep sur la Lune, la tour, en décollant, provoque un tsunami sur le canal. "Encore un coup des chenapans", grommelle l'éclusier!
La tour devient invisible pour l'oeil nu. L'immense flamme sortant de la tuyère a brûlé deux hectares de forêt. Des Canadairs tentent de circonscrire cet incendie. Le silence s'est installé. On entend la pie voleuse. Soudain dans la cabane des gamins, un haut parleur grésille et on entend la voix calme de Jack: "Houston, we have a problem".

Posté par jeanjacques1957 à 21:06 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

22 octobre 2017

Zürich

Balade automnale dans la mégapole...
Dimanche gris et frais. Un temps d'arrière automne...

Posté par jeanjacques1957 à 22:15 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,

21 octobre 2017

Soir d'automne avec vent...

Johnny Hodge - Blues A Plenty

L'apogée de l'automne a culminé dimanche passé. Cette semaine, le déclin peu à peu a gagné le ciel, qui, d'azur est devenu zébré de nuages. Ce soir, alors que la nuit s'installait, un vent fort a soufflé sur les feuilles.Une pluie, d'abord timide, puis violente s'est mise a tomber. Les chats du quartier ont renoncé à descendre en ville faire la fête. Ils restent au coin du feu à écouter "Oberto", un opéra de Verdi. Plus tard, ils plongeront leurs griffes dans le jazz...
Sur la gazinière, la cafetière italienne ronronne. Dans le salon, la télévision joue dans le vide. Elle danse avec les stars, Sardou tire sa révérence, le commissaire Magellan enquête pour savoir si il y un pilote dans l'avion. A 23h45, on pourra voir l'assasin qui habite au 21, un film de la Continental! Le super bêtisier à 20h55, 22h50 et 00h45 sur NRJ12 fera l'objet d'un bêtisier du bêtisier sur W9 dans 15 jours à la même heure. L'inspecteur Colombo reprend du service sur TMC, Mezzo annonce, c'est samedi, du jazz à partir de 23h30.

ORLY

Gilbert Bécaud.Dimanche à Orly


Version de Jacques Brel: https://www.youtube.com/watch?v=Lq5iD-xV9wI

L'automne à Interlaken, ce samedi 21 octobre 2017


Le Tube

LA REVOLUTION DES CRABES (The crabs revolution)

 

Book Haul | Septembre 2017

 

Johnny Hodges - All of me


Samedi soir, c'est jazz...

John Cornelius “Johnny” Hodges
, surnommé The Rabbit (« le lapin »), est un saxophoniste alto et soprano américain (Cambridge, Massachusetts, 25 juillet 1906 - New York, 11 mai 1970).
Johnny Hodges est avec Benny Carter et Willie Smith l'un des grands saxophonistes alto du middle jazz.

Wild Bill Davis (24 novembre 1918 - 17 août 1995) était le nom de scène du pianiste, organiste et arrangeur de jazz américain William Strethen Davis .

Jazz Tribune No. 1- Johnny Hodges- Wild Bill Davis Volume 1 - 2 (1965-1966) (1979) (Full Album)

A1, A3, A5, B1, B2
Johnny Hodges (as); Wild Bill Davis (organ); Dickie Thompson, Mundell Lowe (g); Milton Hinton (b); Osie Johnson (dm). N.Y. 7 January 1965.

A2, A4, B3, B4, B5
same place George Duviver (b) replaces Milton Hinton. Studio RCA, N. Y., 7 January 1965.

C2, C3, C4, C5, D2, D4
Johnny Hodges (as); Wild Bill davis (organ); Lawrence Brown (tb); Bob Brown (ts, fl); Dickie Thompson (g); Bobby Durham (dm). Grace´s Little Belmont, Atlantic City, 10 August 1966.

C1, D1, D3
same formation, Atlantic City, 11 August 1966.

Disc 1

A1 On The Sunny Side Of The Street 0:00
A2 On Green Dolphin Street 3:50
A3 Lil' Darlin' 7:09
A4 Con Soul And Sax 11:23
A5 The Jeep Is Jumpin' 16:19
B1 I'm Beginning To See The Light 18:48
B2 Sophisticated Lady 22:17
B3 Drop Me Off In Harlem 26:23
B4 No One 30:48
B5 Johnny Come Lately 34:13

Disc 2

C1 It's Only A Paper Moon 37:21
C2 Taffy 40:22
C3 Good Queen Bess 46:05
C4 L.B. Blues 49:27
C5 In A Mellotone 55:06
D1 Rockville 58:54
D2 I'll Always Love You 01:05:28
D3 It Don't Mean A Thing 01:09:19
D4 Belle Of The Belmont 01:14:59

Posté par jeanjacques1957 à 22:43 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

20 octobre 2017

L'automne ne meurt jamais

Jeudi 19 octobre
L'automne dans la Ville fédérale, avec sorbets myrtilles et citron de Sorrente et glace aux marrons...
Le 15e festival international du court métrage a commencé...
La lecture du moment, "Envoyée spéciale"...

Posté par jeanjacques1957 à 22:15 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,