20 novembre 2017

Des nouvelles d'Afrique

Nota bene: le vendredi, Lakevio publie sur son blog la reproduction d'une toile, d'un artiste connu ou moins connu. Cette peinture sert de guide pour une création littéraire. Le lundi, Lakevio donne sa version. Dans les commentaires, ceux qui proposent un texte indiquent l'adresse à laquelle leur prose peut être lue. Il est intéressant de lire ces textes, souvent cousins dans la trame mais tous avec leur caractère et leur style. Lakevio, c'est à cette adresse: (ICI)

Troisième jeu  : la lettre

L'un des personnages écrit une lettre de voyage... avant lundi !


Chère Lakevio,

Dans la cuisine, une odeur de café plane. Sur les touches de l'ordinateur, je voulais taper "le devoir du lundi". Dehors, un paquebot sous pression attendait mon signal pour appareiller.Sur le pont, Paul et Virginie installés sur des chaises en acajou bavardaient en buvant des coupes de champagne. Ils partent pour Hong Kong.
Sur l'écran de l'ordinateur, un message entrant attire mon attention. Ce ne sont pas les prévisions météorologiques pour la croisière. Le message arrive du Tchad. Mon ami tchadien m'envoie quelques nouvelles.Le message parle de la Journée internationale des droits de l'enfant. Il contient quelques nouvelles. Mon ami écrit que pour cette journée des droits de l'enfant, il a servi aux siens une grosse boule de manioc accompagnée de sauce rouge et comme boisson du coca cola. Le message se termine par des salutations.
Je regarde la cuisine,un évier avec eau chaude et froide, une gazinière avec four, quelques appareils ménagers, un frigo avec compartiment de congélation, l'électricité et le chauffage.
Là-bas, dans le village au Tchad, un puit a été creusé, il y a quelques mois, par une ONG espagnole, cela évite des heures de marche pour aller, chaque jours, chercher de l'eau. Il n'y a pas d'électricité et le soir, les anciens racontent des contes et des légendes au cours de la veillée, parfois au clair de lune. Les journées se déroulent aux champs, et souvent, la pluie qui tarde à tomber, est le sujet des conversations.
Sur le paquebot qui emmène Paul et Virginie, le clair de lune éclaire le pont...
Finalement, j'ai laissé filé le paquebot et j'ai refermé le brouillon de mon devoir du lundi.
Un jour je vous raconterai, chère Lakevio, l'extraordinaire périple à travers l'Afrique de mon ami.
Le café est froid dans la tasse, je suis songeur. Là-bas, l'important c'est un puits, la pluie; ici, un Iphone X, du soleil et un 4X4...
Paul et Virginie arriveront à Hong Kong si un jour je reprends le brouillon de cette histoire, une histoire de lettre et de voyage.
Je rêvasse à un périple au Tchad, remis plusieurs fois. Je bois mon café froid et je regagne ma cabine. Le bateau de ligne file en direction du canal de Suez. Dans 80 jours j'aurai fait le tour du monde.
Recevez, chère Lakevio, mes salutations les meilleures.

Jean-Jacques'60

Au large de Chypre
Lundi, 20 novembre 2017

Posté par jeanjacques1957 à 22:30 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :


19 novembre 2017

Interlaken - voyage en train

Depuis Interlaken, la vue sur la Jungfrau était belle ce dimanche.
Retour à Berne à bord d'un wagon restaurant à l'ancienne.
Le long du lac de Thoune, le paysage de fin de journée est magnifique...

Posté par jeanjacques1957 à 22:15 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

18 novembre 2017

Ginette Neveu - Brahms

 


Ginette Neveu, née le 11 aout 1919 à Paris et morte le 28 octobre 1949 dans l'île de São Miguel aux Açores, est une violoniste française. Elle meurt dans l'accident du vol Paris-New York d'Air France aux Açores, dans lequel disparaissent aussi, entre autres, son frère Jean Neveu et le champion de boxe Marcel Cerdan. Elle repose au cimetière du Père-Lachaise à Paris (11ème Division).


Brahms, Violin Concert Op 77 Ginette Neveu, Violin

Posté par jeanjacques1957 à 22:15 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

17 novembre 2017

Dollars!

Vendredi 17 novembre 2017

Il fait froid dans la Ville fédérale. Une bise court, à petite vitesse, sur le Plateau suisse. Elle perd en chemin des morceaux d'air froid. La capitale grelotte.

Un cappuccino, bu rapidement en lisant la presse, à l'Adriano's bar, réchauffe le corps. Les nouvelles du monde, imprimées dans le journal, glacent le cœur. Le haut-parleur, situé au-dessus de la machine à café, diffuse une musique rock. Les notes de musique tentent de se faire une place dans le bavardage ambiant. C'est vendredi, il est 16h30, la salle est pleine. C'est plutôt l'heure de la bière et de la Gazzosa que celle du café.

Dans le journal, on peut lire, entre deux dépêches de politique, qu'un tableau, "Salvator Mundi", 65 cm sur 45 cm, vendu 45 livres britanniques en 1958, un tableau peint vers 1500, peut-être par Léonard de Vinci, la querelle des experts n'est pas close, que ce "Sauveur du Monde" s'est vendu, à l'encan, en 19 minutes, pour la somme record dans le monde de l'art de 450,3 millions de dollars. Léonard songe à demander des droits d'auteur ! Je vais revoir à la hausse le prix de mes dessins d'écolier...

 

Dollar - Gilles et Julien - 1932

Dollars (ICI)

De l´autre côté de l´Atlantique
Dans la fabuleuse Amérique
Brillait d´un éclat fantastique
Le dollar
Il f´sait rêver les gueux en loques
Les marchands d´soupe et les loufoques
Dont le cerveau bat la breloque
Le dollar
Et par milliers, d´la vieille Europe
Quittant sa ferme ou son échoppe
Ou les bas quartiers interlopes
On part, ayant vendu jusqu´à sa ch´mise
On met l´cap sur la terre promise
Pour voir le dieu dans son église
Le dieu Dollar!

Mais déjà dans la brume
Du matin blafard
Ce soleil qui s´allume
C´est un gros dollar!
Il éclaire le monde
De son feu criard
Et les hommes à la ronde
L´adorent sans retard

On ne perd pas l´nord, vous pensez,
Juste le temps de s´élancer
De s´installer, d´ensemencer
Ca part!
On joue, on gagne, on perd, on triche
Pétrole, chaussettes, terrains en friche
Tout s´achète, tout s´vend, on d´vient riche
Dollar!

On met des vieux pneus en conserve
Et même, afin que rien n´se perde,
On fait d´l´alcool avec d´la merde
Dollar!
Jusqu´au bon Dieu qu´on mobilise
Et qu´on débite dans chaque église
Aux enchères comme une marchandise
A coups d´dollars!

Mais sur la ville ardente
Dans le ciel blafard
Cette figure démente
C´est le dieu Dollar!
Pas besoin de réclame
Pas besoin d´efforts
Il gagne toutes les âmes
Parce qu´il est en or

Autos, phonos, radios, machines,
Trucs chimiques pour faire la cuisine
Chaque maison est une usine
Standard
A l´aube dans une Ford de série
On va vendre son épicerie
Et l´soir on retrouve sa chérie
Standard
Alors on fait tourner des disques
On s´abrutit sans danger puisque
On est assuré contre tous risques
Veinard!
La vie qui tourne comme une roue
Vous éclabousse et vous secoue
Il aime vous rouler dans la boue
Le dieu Dollar

Quand la nuit sur la ville
Pose son manteau noir
Dans le ciel immobile
Veille le dieu Dollar
Il hante tous les rêves
Des fous d´ici-bas
Et quand le jour se lève
Il est encor là!

On d´vient marteau, dans leur folie
Les hommes n´ont plus qu´une seule envie
Un suprême désir dans la vie :
De l´or!
S´ils s´écoutaient, par tout le monde
On en sèmerait à la ronde
Au fond de la terre profonde
Encor!
On en nourrirait sans relâche
Les chèvres, les brebis, même les vaches
Afin qu´au lieu de lait elles crachent
De l´or!
De l´or partout, de l´or liquide
De l´or en gaz, de l´or solide
Plein les cerveaux et plein les bides
Encor! Encor!

Mais sous un ciel de cendre
Vous verrez un soir
Le dieu Dollar descendre
Du haut d´son perchoir
Et devant ses machines
Sans comprendre encor
L´homme crever de famine
Sous des montagnes d´or!

Dollar est une chanson écrite par Jean Villard-Gilles, en juillet 1932.

Posté par jeanjacques1957 à 22:41 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

16 novembre 2017

Chocolats 100% cacao


Florilège de chocolats 100% cacao, ma marotte!
Le meilleur est le 100% de chez Bernard Dufoux, meilleur ouvrier de France, à  La Clayette (Saône et Loire)

                                                                                       

Posté par jeanjacques1957 à 22:15 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,


15 novembre 2017

Le jardinet II

État au samedi 8 octobre 2017, un peu plus d'un mois plus tard, la physionomie du jardinet a bien changé. Nous enchaînons les nuits avec des températures négatives.
Hier soir, j'ai rentré en catastrophe, en pleine nuit, les plantes fragiles. Le mercure descendait vertigineusement dans son tube de verre.

 

                                   
                         Première expérience de culture de patates douces... Une réussite.

Posté par jeanjacques1957 à 22:15 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

13 novembre 2017

Neige

Il neigeait ce matin à Crémines dans le Jura bernois. La campagne était magnifique...
A l'heure des quatre heures, le ciel de la Ville fédérale semblait tourmenté. Un ciel qui annonce la neige...

Posté par jeanjacques1957 à 22:15 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,

12 novembre 2017

Été 2017, album - Soirée d'été

Souvenir d'un soir d'été...

Le 20 août 2017, au temps de l'été russe...
Balade nocturne dans la Ville fédérale... (ICI)

Posté par jeanjacques1957 à 22:15 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,

11 novembre 2017

Samedi soir de pluie... Samedi soir, c'est jazz

Johnny Hodges - Passion Flower


Il pleut depuis ce matin. Une pluie froide et impersonnelle.Il est bientôt 22 heures, le silence règne dans le quartier. Les chats, pour descendre en ville, ont commandé des "Uber"; ils détestent l'humidité. Un mouche de bonne taille, cherche une sortie. C'est le seul bruit. Un bruit de bombardier B-52. Au sujet de la mouche je pense à une réplique de Coluche: "Une mouche dans un avion. Feignante!"
Le café ne va pas tarder de couler à flot. Pour l'instant c'est un thé bourbon qui est ingurgité. Un thé au goût de vanille. Sur l'électrophone, tourne, à vitesse moyenne, une musique de Schubert. Il s'agit du trio pour piano no1 dans la version Fournier/Janigro/Badura-Skoda. Une partition qui donne la chair de spleen. Aussi, pourquoi écouter du Schubert, un samedi soir de pluie, en plein novembre... Optimiste, je garde toujours espoir, Schubert, c'est joyeux. Ce n'est qu'une illusion, une infinie tristesse se dégage de ce trio no1 (ICI). La musique est magnifique, elle nous saisit et nous englue dans les portées.
Quand le deuxième mouvement arrive, on frisonne. Je jure que Schubert, c'est fini, plus jamais. Mais, c'est trop tard. Il n'existe pas de vaccin... Le café ne fera qu'aggraver ce spleen qui flotte dans la cuisine. Si on veut une dose proche de la mortalité, on se branchera sur le quintet en do majeur op. 163, D. 956. Attention, les non initiés risquent une overdose des sens...

Adieu donc
Enfants de mon coeur

Schubert-Quintet in C Major op. 163, D. 956 (Complete)

Isaac Stern: violon - Alexander Schneider: violon - Milton Katims: alto - Pablo Casals:violoncelle - Paul Tortelier: violoncelle - Prades,1952



THE KING

Elvis Presley - Blueberry Hill

CINÉMA
https://www.youtube.com/watch?v=G0i3yj0kxPg

CHANSON

Jean Ferrat - On ne voit pas le temps passer


DOCUMENT

Jacques Prévert à propos de La pluie et le beau temps


À LA TURQUE

Amadeus • Rondo Alla Turca • Wolfgang Amadeus Mozart

LES FEUILLES MORTES
Oh je voudrais tant que tu te souviennes
Des jours heureux où nous étions amis
En ce temps là, la vie était plus belle
Et le soleil plus brûlant qu'aujourd'hui

Les feuilles mortes se ramassent à la pelle
Tu vois je n'ai pas oublié
Les feuilles mortes se ramassent à la pelle
Les souvenirs et les regrets aussi

Et le vent du nord les emportent
Dans la nuit froide de l'oubli
Tu vois, je n'ai pas oublié
La chanson que tu me chantais

C'est une chanson, qui nous ressemble
Toi tu m'aimais, et je t'aimais
Et nous vivions tout les deux ensemble
Toi qui m'aimais, moi qui t'aimais

Mais la vie sépare ceux qui s'aiment
Tout doucement sans faire de bruit
Et la mer efface sur le sable
Le pas des amants désunis

Les Feuilles Mortes_Yves Montand à l´Olympia

JAZZ

Slim Gaillard (Bulee « Slim » Gaillard, 4 janvier 1916 à Détroit - 26 février 1991 à Londres) est un chanteur de jazz, auteur-compositeur, pianiste et guitariste, connu pour ses vocalese et sa langue imaginaire qu'il baptise "Vout" (dont il fait un dictionnaire, en plus des huit langues qu'il maîtrisait)

Slim Gaillard, 1963

Slim Gaillard - Communication

 

Hellzapoppin' (1941) - Slim Gaillard & Slam Stewart - The Harlem Congeroos

 

Cabell « Cab » Calloway III (né le 25 décembre 1907 à Rochester, mort le 18 novembre 1994 à Hockessin) est un chef d'orchestre et chanteur de jazz américain.

Jumpin Jive - Cab Calloway and the Nicholas Brothers

 

10 novembre 2017

Jouez-vous du thérémine?

 Le thérémine (ou theremin en anglais) est un des plus anciens instruments de musique électronique, inventé en 1919 par le Russe Lev Sergueïevitch Termen (connu sous le nom de « Léon Theremin »). Composé d’un boîtier électronique équipé de deux antennes, l'instrument a la particularité de produire de la musique sans être touché par l’instrumentiste. Dans sa version la plus répandue, la main droite commande la hauteur de la note, en faisant varier sa distance à l’antenne verticale. L’antenne horizontale, en forme de boucle, est utilisée pour faire varier le volume selon sa distance à la main gauche.
Image illustrative de l'article Thérémine              


Léon Theremin

C'est un instrument de musique fascinant...


Thérémin : Debussy : Clair de Lune

 

J.S.Bach : Variation Goldberg n°25, Thérémin

 

Grégoire Blanc, Thérémin, Sinatra : My Way, Live French TV-Show

 

Clara Rockmore(Theremin) "Air" Bach

Air from Orchestral Suite No 3, BWV 1068
by Johann Sebastian Bach
Clara Rockmore (1911-1998), Theremin
Nadia Reisenberg, Piano


Sergei Rachmaninoff - Vocalise - theremin and piano


...Du rock, au thérémine...

Nirvana - Smells Like Teen Spirit (Theremin Cover)

Posté par jeanjacques1957 à 23:11 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,