A 11:32, le train quitte la gare de Berne pour Zurich. Le wagon restaurant, situé au premier étage du train, coincé entre les premières et les deuxième classes, est plein comme un oeuf. Je bois une boisson à base de feuille de coca avec zéro sucre. Il n'est pas facile d'écrire dans un carnet de moleskine, à la plume à encre, avec les secousses diverses et variées.
Comme à Berne, les magasins sont ouverts ce dimanche dans la Mégapole.
Petite collation pâtissière chez Sprüngli, avec une facture en rapport avec le lieu investi, dans la fameuse Bahnhofstrasse, avec un pied sur la Paradeplatz. Dans l'édition suisse du jeu Monopoly, la case Paradeplatz est la plus chère. Dans la vraie vie aussi, le mètre carré y est parmi le plus cher du monde! On est dans la Mégapole, y habiter est une folie. Contrairement à la Ville fédérale, ici personne ne vous salue dans la rue...
Il y avait foule. Le dialecte zurichois est majoritaire, mais depuis quelques années, le français y est entendu. Les ressortissants de l'Hexagone sont venus en nombre travailler à Zurich.
Il faisait beau...

                                                  

Le märlitram, comme tous les ans enchante les enfants. A Berne, il est bleu. Voir (ICI)