Balade surprise à Zurich. Il pleuvait à averse. La Bahnhofstrasse était envahie de jeunes qui manifestaient pour le climat.
En buvant un double espresso au TeeCafé Schwarzenbach, je me suis souvenu d'une exposition qui s'était déroulée au musée d'histoire naturelles à La Chaux-de-Fonds, au début des années septante. Le titre était "Sauvons la nature" et le constat était alarmant. Il a fallu tout de même 50 ans pour que les choses bougent et que les mentalités changent à l'égard du climat...

Extraits du fil d'actualité du quotidien Le Temps ICI

"Bilan: plus de 50 000 manifestants pour le climat à travers tout le pays
par Le Temps avec ATS

La jeunesse suisse s'est à nouveau mobilisée en masse ce vendredi en faveur du climat. Ils ont été plusieurs dizaines de milliers à défiler dans tout le pays, comme leurs camarades du monde entier, lors de cette première grève internationale du climat. Selon un décompte de Keystone-ATS, plus de 50 000 jeunes ont battu le pavé vendredi, plus de 66 000 selon les organisateurs. Pour la Suisse, il s'agissait déjà de la troisième mobilisation depuis le début de l'année, après celles du 18 janvier et du 2 février, elles aussi très suivies. Un nouveau rassemblement a d'ores et déjà été programmé le samedi 6 avril.

Le soutien de Simonetta Sommaruga

A Zurich, les aiguilles de l'horloge de la célèbre église St-Pierre, au plus grand cadran d'Europe, se sont arrêtées sur 11h55 mardi pour symboliser l'urgence climatique. «Nous nous tenons derrière les jeunes», a déclaré le pasteur Ueli Greminger.

Les jeunes ont aussi reçu le soutien de la conseillère fédérale Simonetta Sommaruga. «J'ai beaucoup de compréhension pour l'impatience des jeunes qui luttent pour le climat. Ils ont de réelles attentes», a-t-elle déclaré depuis Nairobi au Kenya, en marge de la 4e assemblée générale des Nations Unies pour l'environnement."

Infos également ICI ICI ICI

3E50E1B3-0EFC-432E-9A48-D2763067B512