22h13, les longues soirées d'été, rangées dans des boîtes à souvenirs, entassées dans les combles du château des contes de fée, ont fait place à la nuit. Il fait doux. Le concerto pour clarinette no2 en mi bémol majeur de Leopold Kozeluch (ICI) se dilue dans la cuisine. La cafetière italienne encore chaude ne va pas tarder à se coucher. Le café, pur arabica, fume dans la tasse au décor d'arrière été. Les chats se bagarrent, les rugissements de ces félins troublent la nuit, les nuits, toutes les nuits. La clarinette apaise les tensions.
La maison est silencieuse. Les enfants dorment. C'était la rentrée scolaire, ce lundi de presque mi-août, dans la Ville fédérale.

Leopold Kozeluch - Concerto pour clarinette no2 en mi bémol majeur