Il y a du vent dans les branches de sassafras, parfois mêlé d’averses de pluie. Paola, la chatte des voisins du dessous, attend, dans la cage d’escalier, un ennemi imaginaire. Quand on passe, elle hurle à la faim. On dirait qu’elle n’a rien mangé depuis des lustres. Son cinéma ne fait plus recette depuis longtemps. Paola est au régime, par ordre du vétérinaire. Tout le monde dans la maison soupçonne qu’elle s’empiffre chez des voisins compatissants.

Il y a du vent dans les branches de sassafras, il fait froid. Un temps automnal idéal pour faire mijoter un rôti de porc.

RECETTE
Sortir la cocotte bleue, celle que vous avez reçue à Noël il y a 25 ans. Celle qui a servi, au fil des ans, à mijoter du lapin, des ragouts, des jarrets, cette délicieuse recette de lotte aux oignons rouges, des potées de légumes et un raton laveur.
Poser la cocotte sur la gazinière, faire chauffer un peu d’huile d’olive et saisir le rôti de porc sur toutes ses faces. Mouiller avec un verre d’eau et d’une quantité généreuse d’alcool de coing maison. Celle distillée en1999 dans le village des vacances de votre enfance. Poser le couvercle et laisser mijoter à feu doux une demi-heure.
Ajouter autour du rôti un petit chou frisé grossièrement coupé, des carottes pelées et coupées en quatre, deux oignons coupés en huit, les gousses d’une tête d’ail épluchées et coupées en deux. Continuer de faire mijoter.
Après une heure de cuisson, ajouter des os à moelle et continuer de faire mijoter pendant septante minutes !

Trancher le rôti, répartir les tranches sur des assiettes chaudes, ainsi que les légumes et les os à moelle.

Une bière « Piligrim », macérée dans des aiguilles de sapin et des herbes, brassée dans l’abbaye de Fischingen, c’est dans le canton d’Argovie, accompagnera à merveille ce festin d’automne.

Un mini Haslikuchen, spécialité à base de noisettes du Haslital et un espresso pour terminer en beauté.


CF892C03-AB77-4E00-B096-3E5057CD572A
55C3508E-82B3-4D1A-BCE6-4BD22538D5CB

En guete ...