Samedi soir, il pleut sur les restes de neige. Ce matin, le décor était blanc. Un peu de neige était tombée pendant la nuit.
Samedi soir, sur le petit poste à galène on capte la musique d’Helena Munktell. Une musique qui évoque des étés disparus.
Samedi soir, les chats du quartier ronflent sur les sofas tendus de toile aux teintes expressionnistes qui meublent un coin du salon-salle-à-manger–cuisine d’appartements fraichement construits dans une ancienne usine. Les félins ne descendent plus en ville depuis des mois. La vie nocturne s’est arrêtée de battre en mars. Ils commandent des pizzas que des grooms livrent dans des voiturettes électriques. Ils remuent la queue, en mesure, en écoutant des symphonies de Beethoven. C’est l’année du Maître, une année un peu occultée par des priorités sanitaires du type pandémie mondiale.
Samedi soir, la tasse de café est vide. La cafetière italienne refroidi sur le bord de la gazinière. L’œil de bœuf est entrouvert, un courant d’air se promène dans la cuisine. Il est bientôt minuit, la suite pour grand orchestre d’Helena Munktell va s’achever. La cuisine sera plongée dans le silence et le noir. Il sera temps de lire quelques poèmes avant de plonger dans un sommeil peuplé de rêves cocasses et inénarrables.


Helena Mathilda Munktell
(24 novembre 1852 — 10 septembre 1919) est une compositrice suédoise.

Helena Munktell, Suite for Stor Orkester (Suite pour grand orchestre)


Helena Munktell, Suite for Stor Orkester (Suite pour grand orchestre)

1. Preludio. Moderato e maestoso
2.  Menuetto a l'antique
3. Andante molto lento e sostenuto
4. Finale. Allegro ben Moderato

Gavle Symphony Orchestra
Tobias Ringborg, Direction