26 juillet 2017

L'été russe - Les affiches

Quelques affiches...

Posté par jeanjacques1957 à 22:15 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,


25 juillet 2017

L'été russe - Pluie

The Soft Moon est un groupe de rock indépendant américain originaire d'Oakland et actif depuis 2010. Le groupe joue une musique oscillant entre shoegazing et post-punk

The Soft Moon - The Soft Moon (Full Album)

The Soft Moon (2010)
Breathe The Fire 0:00 Circles 3:13 Out Of Time 7:15 When It's Over 11:08 Dead Love 15:34 Parallels 19:38 We Are We 22:47 Sewer Sickness 25:18 Into The Depths 27:50 Primal Eyes 31:20 Tiny Spiders 34:01

 

J'aime cette galette. The Soft Moon a tourné en boucle toute cette journée de pluie et d'orage. Un disque qui transmet une énergie capable de dissoudre un spleen profond... A écouter de toute urgence... Certains passages font penser à la musique de Nike Cave

 

                      

Posté par jeanjacques1957 à 23:37 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

24 juillet 2017

L'été russe - Le rocker

Nota Bene: le samedi, Lakevio publie sur son blog la reproduction d'une toile, d'un artiste connu ou moins connu. Cette peinture sert de guide pour une création littéraire. Le lundi, Lakevio donne sa version. Dans les commentaires, ceux qui proposent un texte indiquent l'adresse à laquelle leur prose peut être lue. Il est intéressant de lire ces textes, souvent cousins dans la trame mais tous avec leur caractère et leur style. Lakevio, c'est à cette adresse: www.lakevio.canalblog.com

 

Il pleut. C'est soir de fête chez les gastéropodes. Des lampions, protégés par de grandes feuilles d'hosta, éclairent la piste de danse. Des grillons jouent des polkas endiablées. Limaces et escargots se trémoussent jusqu'à pas d'heure. Un voisin, agacé par le tintamarre, lance une pantoufle par la fenêtre. Elle s'écrase sur une fourmilière. La panique, crée par cette astéroïde tombée du ciel, provoque une grande agitation chez les fourmis, qui, selon la légende ne sont pas prêteuses.
Il pleut.
Médor, le bouvier bernois, dort sur le canapé à côté d'Odile qui fait ses devoirs de vacances. Ce mois de juin est particulièrement pluvieux et Odile a sauvé quelques fleurs de pivoine. Disposées dans un vase en verre de Murano, placé sur la table basse, devant le canapé, les rescapées de la pluie égaient la soirée pluvieuse. La pluie abîme les fleurs de pivoine.
Odile s'applique à décrire cinquante nuances de gris, un tableau chic peint par un artiste de choc.
Gygé, son mari, chasse, armé d'une boîte Agfa modèle 1927, les papillons de nuit planqués dans la maison. Le poste à galène diffuse "La truite" de Schubert. Soudain le concert est interrompu. Un speaker annonce la mort de Polo Hofer. il s'est éteint samedi à l'âge de 72 ans, communique sa famille. «Samedi peu avant minuit, ma dernière heure a sonné et je me suis endormi paisiblement à la maison», peut-on lire en suisse allemand dans l'avis de décès qu'il a lui-même écrit. «Je dis au revoir tout le monde, c'était bien».
Polo Hofer a su lier comme personne avant lui le dialecte et la musique rock, a aussitôt réagi le ministre de la culture Alain Berset.
Considéré comme le fondateur du «Mundartrock» en Suisse, littéralement «rock en dialecte», il a marqué la musique rock des années 1970 et 1980 avec son groupe Rumpelstilz, souligne le quotidien "Le matin"
A noter que son morceau «Alperose», qu'il a composé avec Hanery Amman, a été élu hit de tous les temps par les téléspectateurs helvétiques en 2006.
Polo hofer chantait en dialecte bernois.
Odile abandonne son devoir. Elle ne distingue que du gris dans ces cinquante nuances. Un éclaire de magnésium embrase la maison. Gygé vient de surprendre un papillon qui pose pour la postérité. Coup de tonnerre chez les collectionneurs.
Odile choisit un disque de Polo et met le volume à font. Elle se trémousse jusqu'à pas d'heure sur le tapis de tante Violaine.
Soudain une vitre vole en éclat et une pantoufle expédiée dans la nuit par un voisin agacé s'écrase sur la truffe de Médor. Il pousse un hurlement de loup et disparaît sous le canapé.
Le mardi matin, le canard était toujours vivant, un gars en pyjama, pieds nus, cherche ses pantoufles dans le dédale des rues de son quartier. Odile dort, elle a dansé le rock toute la nuit. Une famille d'araignées, adepte des plats à l'emporter, grignote les restes calcinés de papillons de nuit grillés par les éclairs de magnésium. Médor rentre bredouille de sa chasse aux chats. Les félins bronzent sur une plage à Agay. La pluie s'est éclipsée. Les dernières gouttes s'étirent sur le feuillage d'un lilas. Des coins de ciel bleu annonce le retour de Phébus (Φοῖβος). Il est 08h05, les cloches d'une église voisine sonnent. C'est l'enterrement des illusions.

Alperose - Polo Hofer

Posté par jeanjacques1957 à 23:59 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , ,

22 juillet 2017

L'été russe - Le silence

La famille du premier étage est absente depuis une semaine, la famille du rez de chaussée est partie dans la journée. C'est le silence dans la maison. Plus de cris d'enfants, plus de portes qui claquent... Un silence assourdissant. Une semaine de tranquillité en perspective, La pianiste du petit appartement des combles fait ses gammes dans un hôtel de Bruxerolles, département de la Vienne, France. Dans la rue, pas un chat, les félins sont partis semer la terreur sur les plages méditerranéennes...
A l'Adriano's bar, les ventilateurs brassent l'air pour de rares clients. Au marché, plusieurs maraîchers manquent à l'appel. C'est les vacances. La Ville fédérale fait la grasse matinée!

Posté par jeanjacques1957 à 22:32 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

18 juillet 2017

L'été russe - Adriano's bar

L'Adriano's bar est déserté en cette période de vacances. Les deux ventilateurs, fichés dans le plafond, tournent avec entrain. Le haut-parleur, situé au-dessus de la machine à café, diffuse de la musique classique. Les journaux francophones, tant français que suisses, parle de Macron. La présidente de la Confédération sera reçue, en fin de matinée par le président français. Doris Leuthard n'est pas Trump!
Voir ici:
https://www.rts.ch/info/suisse/8784921-doris-leuthard-on-est-des-partenaires-fideles-qui-s-apprecient-.html

Un cappucino permet de s'enhardir pour porter les courses, faites au marché, à la maison. La journée est chaude...

Posté par jeanjacques1957 à 22:15 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,


17 juillet 2017

L'été russe - Gadmen

Gadmen, dernier village avant le col du Susten, côté bernois, est construit au pied d'une impressionnante barre rocheuse. La route du col a été construite à la fin de la seconde guerre mondiale. De passage stratégique, elle est devenue une route touristique très prisées. Le col est fermé l'hiver.
Nous avons emprunté l'ancien chemin muletier, pour partir à l'assaut du col. Une randonnée d'un peu plus de trois heures qui nous a conduit jusqu'à Steingletscher, hameau planté dans un décor grandiose, à quelques encablures du col. Là, nous nous sommes reposés quelques instants à l'hôtel restaurant Steingletscher. Une assiette de viande séchée et de fromage a fait office de goûter.
Retour à Gadmen en car postal.
Météo clémente et température supportable.
La diversité de la flore nous a donné le vertige! Ce fut un régal pour les yeux, et les myrtilles ont titilllé nos papilles.

Posté par jeanjacques1957 à 22:15 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,

12 juillet 2017

L'été russe - Festival du Gurten

Berne, le 12 juillet 2017

Chère Rosa,
La fin de semaine sera agitée au pied du Gurten. Vous entendrez quelques éclats de note pop ou des grincements de métal hurlant. Selon une tradition bien établie, la pluie risque d'accompagner le festival. Peut-être irez-vous sur place en empruntant le funiculaire.
Je t'embrasse et transmets mes bonne salutations à N.
Jean-Jacques'60

Posté par jeanjacques1957 à 22:17 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

10 juillet 2017

L'été russe - Le rouge est mis... Moteur!

PUZZLE

Les jours d'été, les notes égrenées par une pianiste, s'enfuient par les persiennes entrouvertes et ruissellent dans la rue inondée de soleil, déserte et brûlante.
Persiennes, ce mot évoque des souvenirs d'été.
Les persiennes entrouvertes laissent entendre une musique inlassablement répétée par une pianiste déchiffrant une partition. Absorbée par les fa# du monde, elle sursaute, quand une paire de chaussures rouges à talon tombe sur le clavier, provoquant une dissonance du plus bel effet...

Ding ding dong!
- Maman, on a sonné à la porte
- J'y vais
Elle se trouve nez à nez avec la bande de gosses du quartier.
- 'Jour M'dame. Si ces chaussures sont votre pointure, vous pourrez épouser le prince charmant.
Tous les regards se tournent vers Jules, un pré-adolescent boutonneux et rouge comme une pivoine.
Une gamine brandit, devant les yeux ébahis de la mère de famille, une paire de souliers à talon de couleur rouge.
- D'où sortent ces godasses demande la M'dame.
- On les a trouvées sous la haie, près de la boucherie.
Elle essaye les chaussures, elle lui plaise.
- Pas de chance M'dame, votre pied est beaucoup trop petit.
On lui arrache les escarpins et la bande s'en va.
En refermant la porte, la mère entend un bonhomme haut comme trois pommes dire gravement à son copain:
- Dommage, Jules, elle était bien roulée la nana...

- Tu pourrai mettre des annonces sur les réseaux sociaux.
- Tu as une photo?
- Oui.
- Montre.
Isis montra le cliché qu'elle venait de récupéré du Cloud.
- Elles sont belles
- Tu les a perdues où?
- Oubliées à la piscine. Je suis effondrée, je venais de les recevoir.
- A nous trois on a un large réseau. On met des avis sur Twitter, Instagram, Snapchat et une vidéo sur Youtube.
- On va les retrouver, tes belles chaussures rouge à talon...

- Lot No 434, une paire de chaussure rouge à talon. Nous démarrons à 5 francs.
Chaque année, les objets trouvés mettent en vente une partie des objets orphelins de leur propriétaire.
Roseline, la fille de la chanson, patiemment, par tranche de cent sous, obtient le lot pour 20 francs.
Roseline, la fille de la chanson, était à la traine. Son amoureux marchait loin devant. Les belles chaussures rouges la faisaient atrocement souffrir. Ses pieds meurtris refusaient d'avancer.
Son amoureux se porta à son secours. Il la saisit dans ses bras. Il retira les souliers des pieds gonflés et les expédia aussi loin que possible. Ils virent les chaussures rouges à talon disparaitre, engloutie par une persienne.
Ils éclatèrent de rire, s'embrassèrent longuement et poursuivirent leur route.

LE CHAINON MANQUANT
La pianiste, dépourvue d'intérêt pour une paire de chaussures rouges à talon a discrètement égaré les souliers sous la haie près de la boucherie...

Posté par jeanjacques1957 à 23:21 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

09 juillet 2017

L'été russe - ô rage...

Dimanche de juillet

Bien sur nous eûmes des orages...
Tandis qu'un chien en toc trône sur Casinoplatz, le tram vapeur distille le spleen sur les lignes...

Posté par jeanjacques1957 à 23:59 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

03 juillet 2017

L'été russe - L'écharpe rouge

Nota Bene: le samedi, Lakevio publie sur son blog la reproduction d'une toile, d'un artiste connu ou moins connu. Cette peinture sert de guide pour une création littéraire. Le lundi, Lakevio donne sa version. Dans les commentaires, ceux qui proposent un texte indiquent l'adresse à laquelle leur prose peut être lue. Il est intéressant de lire ces textes, souvent cousins dans la trame mais tous avec leur caractère et leur style. Lakevio, c'est à cette adresse: www.lakevio.canalblog.com

VOYAGE EN CHEMIN DE FER, COURTE FANTAISIE
Les chats avaient discrètement quitté le quartier. Chargés de bagages, ils avaient contacté un Uber. C'est un hérisson, plutôt jeune, qui les a conduit à la gare à bord de son Alfa Roméo. Le train pour Lecce partait de la voie 6 à 15h07. Les félins, après avoir semé le chaos dans la gare, s'engouffrèrent dans un wagon de 1ère classe. Ils bousculèrent une dame, vêtue d'une robe et de talons aiguilles blancs qui rêvassait dans le couloir.
Un coup de sifflet retentit sur le quai
- En voiture, cria le contrôleur.
Le train s'ébranla.
L'Été, le bel été sirotait un verre de bulles au wagon restaurant.
Un téléviseur installé dans le wagon fumoir, permettait de voir,en noir et blanc, l'arrivée de l'étape du jour du Tour de France.
Un air de vacances flottait dans le train qui filait vers le talon de la botte italienne.
Un hippopotame faisait des arabesques devant la grande porte de Kiev.
A New York, sur la scène de Radio City, les girls faisaient des claquettes.
Oublié sur une banquette de seconde, "La modification", roman ferroviaire de Butor, attendait une lectrice (chérie).
"Marie-Chantal contre le docteur Kha", un film franco-italo-hispano-marocain réalisée par Claude Chabrol, sorti en 1965, comporte une scène, avec Marie Laforêt, qui se déroule dans un wagon restaurant.
Au petit matin, alors que le train roulait dans la campagne italienne, un voyageur trouva la dame aux talons aiguilles pendue à son écharpe rouge dans les WC. Son corps se balançait doucement.
Les chats avaient quitté le train depuis longtemps.
On pouvait voir, sur Instagram, des égoportraits en maillot de bain de ces chères félins...
Le commissaire Montalbano, dépêché sur les lieux, par autorisation spéciale de Camilleri, élucida le mystère de la pendue en deux minutes. Au pied du cadavre un billet disait ceci: "J'ai perdu tous mes amis FB. Adieu monde cruelle."
Encore une victime des chimères virtuelles.
Ce soir le coucher de soleil fut de toute beauté.
Dans la rue on peut humer les derniers parfums des tilleuls.
Tout est calme, les chats du quartier sont en vacances.
A l'Adriano's bar, un client écrit, sur un carnet de moleskine, une histoire abracadabrante. Les deux ventilateurs, fichés au plafond, sont à l'arrêt. Le haut-parleur, situé au-dessus de la machine à café diffuse un nocturne de Schubert.

Posté par jeanjacques1957 à 22:44 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , ,