11 juin 2018

Un été sans fin - Les affiches

SURPRISE...SURPRISE
Jeudi, de passage à l'aéroport de Genève-Cointrain, pour accueillir de la famille, j'ai passé trois quart d'heure dans la Cité de Calvin. J'ai quitté Genève en 2011, 35 ans après y avoir déposé mes valises.
J'ai effectué un saut de puce jusqu'au lac. Que de changements...
J'ai découvert, à la rue du Cendrier,  les activités secrètes du Goût (ICI), ce bloggeur parisien, adoré par son harem de lectrices. Il nous avait caché qu'il avait pignon sur rue à quelques encablures du Jet d'eau.
4674BCF4-1204-45E1-BF32-FF2A47C15C55

Les affiches
Les 4 premières affiches ont été photographiées à Neuchâtel, dimanche,  et les 2 dernières à Berne, ce même dimanche.
7FBC9BE5-8B71-4EAB-B7A2-A031E177BF0A

Les affiches
L'affiche du Bol d'Or à été prise à Genève, jeudi, les autres affiches ont été photographiées à Berne, dimanche.
05CF1A64-263E-4D87-9606-BA5AF542B1C8

Posté par jeanjacques1957 à 22:15 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , ,


31 mai 2018

Orage...

Depuis plusieurs jours, à l'heure des quatre heures, l'orage gronde... Les limaces dans le jardinet sont ravies. Elles improvisent des bals quotidiennement. Elles invitent de vagues cousins, des escargots échappés d'un poème de Prévert. Des escargots en plein jetlag, ils courent dans tous les sens pour arriver à temps à l'enterrement d'une feuille morte. Le poème a plus de 50 ans, les feuilles sont devenues terreau et les escargots sont bien vieux et fatigués. Un déambulateur pour escargot ça n'existe pas, ça n'existe pas, et pourquoi pas?

En fin de semaine passée, j'ai filmé quelques abeilles et une machine volante à Berthoud.

Les abeilles et la machine volante

Posté par jeanjacques1957 à 22:15 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,

28 mai 2018

Le café pause

Nota bene: le vendredi, Lakevio publie sur son blog la reproduction d'une toile, d'un artiste connu ou moins connu. Cette peinture sert de guide pour une création littéraire. Le lundi, Lakevio donne sa version. Dans les commentaires, ceux qui proposent un texte indiquent l'adresse à laquelle leur prose peut être lue. Il est intéressant de lire ces textes, souvent cousins dans la trame mais tous avec leur caractère et leur style.Lakevio, c'est à cette adresse: (ICI)
poesie de la cafetiere nonsens

Treize vers à la douzaine (douze plus le titre)
en ...OSE !

Versification libre mais certains sont doués pour les alexandrins, les quatains ou les sonnets,

donc, c'est comme vous voulez !

C'est sûr, nous serons tous applaudis,

dès lundi !

La toile de Anne-Marie Heme n'est là que pour illustrer le sujet du jour.

Vous n'êtres pas obligés de l'utiliser pour la rime proposée !

Treize vers à la douzaine (douze plus le titre)

en ...OSE !

Versification libre mais certains sont doués pour les alexandrins, les quatains ou les sonnets,

donc, c'est comme vous voulez !

C'est sûr, nous serons tous applaudis,

dès lundi !

 


Café-pause

Il faut que j'ose
raconter en prose
l'histoire de machin-chose
buvant du café en virtuose.
Chaque jour, il lui faut sa dose
pour atteindre l'overdose,
cette artificielle narcose.
Chaque jour, il tente la surdose,
pour éviter la névrose.
La cafetière, sur la table, grandiose
attend la métamorphose
que lui assènera le glucose.


(Ode au café que j'ai filmé cet hiver)

La cafetière italienne

La cafetière italienne
Essai
Réalisation jeanjacques666
14 mars 2018

Posté par jeanjacques1957 à 16:36 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,

11 mai 2018

Lendemain d'anniversaire...

De passage dans la ville de mon enfance, j'ai filmé la Grande fontaine. On l'appelait aussi la Fontaine monumentale. Il y a plus de quarante ans, elle était moins belle. Une sérieuse restauration lui a redonné sa couleur d'antan.Elle a été construite en 1888 pour marquer l'arrivée de l'eau courante à La Chaux-de-Fonds. Il n'était pas rare de se donner rendez-vous à la Grande fontaine. Le téléphones portables n'existaient pas...

La Grande fontaine

La Chaux-de-Fonds
11 mai 2018
Réalisation jeanjacques666


La journér fut belle.
Pour parachever le passage à une unité supplémentaire, je bois "en Suisse" des bulles d'un demi-sec, métode traditionnelle, élevées à Môtiers dans "mon canton" de Neuchâtel.

Posté par jeanjacques1957 à 23:04 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

10 mai 2018

Ce matin, à 07h38, je envoyé un gazouillis qui raconte l'air du temps:

"Ô rage ! Ô désespoir ! Ô vieillesse ennemie!"
Quand on aime la vie, on ne compte plus, mais je suis plus proche du déambulateur que de la poussette du nouveau né.
Le ciel, de ce jeudi, est à l'unisson du spleen qui baigne mon âme...

R a aimé mon gazouillis,  elle m'a envoyé des encouragements par le biais d'un réseau social au logo vert. Il y a eu ensuite une avalanche de messages sur mes boîtes de messageries. Messages arrivant de France, d'Espagne, de Genève, du Jura bernois, du canton de Vaud ou de Berne et Neuchâtel en direct...

Il ne restait plus qu'à abuser de la cafetière italienne...

La cafetière italienne

Un message arrive de Fribourg juste avant un ultime café. C., une amie de quarante ans, on a fait les quatre cents coups à Genève, dans les années 1980... m'envoie un cadeau original, un sondage sur l'appréciation des oeufs. Elle sonde le marché pour une éventuelle commercialisation d'oeufs de cane.

Jean-Jacques'61!
Lignières le 10 mai 2018

Posté par jeanjacques1957 à 22:16 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


09 mai 2018

Grandchamp

Les lilas de Grandchamp, le hameau de ma petite enfance, ce mercredi, veille d'ascension...
A3FC790E-ABCF-4B84-9AA4-A58E39E44CCF

le hameau...

27B15B59-2633-4D8C-BD36-C6E2646C8C52

Posté par jeanjacques1957 à 23:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

08 mai 2018

Publicité

Les vignettes de la journée. Ici, ce sont des instantanés de la journée, avec en vedette Paola, la chatte des voisins du dessous. Dans les grands magasins, ce sont les photographies de joueurs de balle au pied qui sont distribuées, un petit sachet par tranche de 10 francs d'achat. Il semble que très bientôt, ça va chauffer dans la surface de réparation des stades de Russie. Petit rafraichissement, après quatre ans de disette:
"Quelques minutes avant la fin de la première mi-temps, un joueur de Bordeaux crochète un Marseillais dans la surface de réparation. Je siffle le penalty indiscutable." — (Christophe Donner, Mon oncle, Grasset, 1995)
E77E4794-31B9-4980-B1CE-71736502E8FA

Aujourd'hui, j'ai bricolé un film publicitaire qui présente ma chaîne sur Le Tube... (ICI). J'ai une chaîne de télévision numérique. Elle est noyée parmi des millions d'autres chaînes... Elle m'est surtout utile pour mettre en ligne des vidéos sur ce blog.

Présentation de la chaîne

Publicité de la chaîne Rêveries
Mai 2018

J'écoute la Messa di Gloria de Rossini, en boucle depuis deux jours...

Posté par jeanjacques1957 à 22:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

01 mai 2018

Pluie

 La pluie, ce matin, est entrée sur la pellicule. J'avais lu, hier soir, le poème de Verlaine "Il pleure dans mon coeur" et le scénario était tout tracé. J'ai filmé des brassées de lilas, une pivoine arbustive et une fontaine qui chante non loin d'ici. Les automobiles se sont substituées aux fiacres et l'eau dégouline des toits. J'aime la pluie...

La pluie

Berne le 1er mai 2018
Réalisation jeanjacques666

 

Il pleure dans mon coeur

Paul Verlaine

Jussuf Abbo, L'homme pensif, lithographie, 1920
Jussuf Abbo, L’homme pensif, lithographie, 1920

Il pleure dans mon coeur
Comme il pleut sur la ville ;
Quelle est cette langueur
Qui pénètre mon coeur ?

Ô bruit doux de la pluie
Par terre et sur les toits !
Pour un coeur qui s’ennuie,
Ô le chant de la pluie !

Il pleure sans raison
Dans ce coeur qui s’écoeure.
Quoi ! nulle trahison ?…
Ce deuil est sans raison.

C’est bien la pire peine
De ne savoir pourquoi
Sans amour et sans haine
Mon coeur a tant de peine !

Paul Verlaine Romances sans paroles (1874)

Posté par jeanjacques1957 à 22:23 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,

23 avril 2018

La belle lumière du soir

Nota bene: le vendredi, Lakevio publie sur son blog la reproduction d'une toile, d'un artiste connu ou moins connu. Cette peinture sert de guide pour une création littéraire. Le lundi, Lakevio donne sa version. Dans les commentaires, ceux qui proposent un texte indiquent l'adresse à laquelle leur prose peut être lue. Il est intéressant de lire ces textes, souvent cousins dans la trame mais tous avec leur caractère et leur style.Lakevio, c'est à cette adresse: (ICI)

La vie est un roman.



Gueorgui Pinkhassov  - 1996.  Cafe Paris

Devoir :

1) Commencez impérativement votre texte par la phrase suivante : "Notre première expérience, chose remarquable, est celle d'une disparition." Emprunt à Lou qui nous raconte sa Vie.

 2) Terminez impérativement votre texte par la phrase suivante : "Referme un instant sur le monde la porte et la fenêtre, tourne-toi vers le journal pour toutes ses notations musicales, et commence un autre roman." Emprunt à Anaïs qui écrit son Journal.

Entre les deux, casez ce que vous voulez !

Votre roman, lundi.

 

"Notre première expérience, chose remarquable, est celle d'une disparition."
Cette phrase, écrite à l‘encre bleue royale, sur un morceau de feuille à gros carreaux, venait de choir sur la table, poussée là par un vent saharien. Il n‘est pas rare que l‘Afrique s‘invite jusqu’à la Ville fédérale. Le ciel est jaunâtre et le capot des voitures devient un désert. On y voit quelques chameaux blatérer dans des oasis luxuriantes. Les stations de lavage de voitures font fortune en ces périodes de dunes. Ce phénomène météorologique n‘altère en rien la belle lumière du soir. Anaïs, assise à la terrasse de l‘Adriano‘s bar, compulse un dossier. Elle a saisi le billet tombé du ciel et l‘a calé sous son verre. Elle boit une Gazosa, limonade fabriquée à Mendrisio, au Tessin, depuis 1883. Trams et bus passent, ainsi que quelques voitures. Des piétons traversent la rue. D‘une fenêtre ouverte, s‘échappe l‘adagio de "La Gran partita“. Mozart, lors de son voyage de retour de Paris, a séjourné à Berne et y a donné un concert, avant de regagner Salzbourg. Cette musique pour treize instruments à vent et contrebasse se fond harmonieusement dans la belle lumière du soir. Le soleil diffuse cette lumière magique, peu avant son coucher, en toute saison. C'est un moment où le temps semble suspendu, où tout semble permis, comme dans la chanson de Brel, "Les timides", ces timides qui tissent des projets fantastiques, et puis tout retombe, le soleil se couche.
A côté d'Anaïs, un client est plongé dans la BZ*. Il est vêtu d'une chemise à manches courtes. A son poignet gauche, il porte une Vénus. Cette marque de montres à été fondée à La Chaux-de-Fonds, en 1912. Il lit un article sur les réseaux sociaux, sur les gens qui livrent leurs données personnelles à des entreprises américaines sans penser aux conséquences.
L'automne particulièrement chaud permet, en cette mi-octobre, de rêvasser sur les terrasses des cafés en assistant au coucher du soleil. La chaleur arrive du désert du Sahara. Une fine poussière de sable signale ce fait, que relaye également la BZ. Un groupe de jeunes, des élèves de l'école française, passent en faisant des égoportraits avant de les expédier au moyen de leur téléphone portable. Ils ne se soucient pas des entreprises américaines qui pompent leur vie privée. Ils ne connaissent pas Lou, la dame de la phrase écrite sur un morceau de feuille à gros carreaux. "On s'en bat les couilles", martèlent-ils.
Anaïs, sort de son sac à main, un crayon à papier et un taille-crayon en forme de mappemonde. En taillant son crayon, elle fait tourner la terre. Les spécialistes des sciences de la terre sont inquiets. Jusqu'à présent, il y a en permanence quelqu'un qui taille un crayon, quelque part sur le globe terrestre. La rotation de la terre sur elle-même est régulière, avec l'apparition des écrans et des claviers, la rotation de la terre va à vau-l'eau.
Elle saisit le morceau de feuille à gros carreaux, le retourne, griffonne une phrase et un coup de vent saharien emporte le bout de papier. Un astronome qui scrute l'infini au moyen d'une longue-vue voit passer au ralenti, 48 images seconde, le texte d'Anaïs. Il lit ceci,
"Referme un instant sur le monde la porte et la fenêtre, tourne-toi vers le journal pour toutes ses notations musicales, et commence un autre roman."

*BZ, Berner Zeitung

Mozart / Serenade for 13 Winds in B-flat major, K. 361 "Gran Partita" (Mackerras)

 

Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791)

Serenade No. 10 for 13 Winds in B-flat major, K 361/370a "Gran Partita" (1781-82)

00:00 - Largo. Allegro molto
09:14 - Menuetto - Trio I - Trio II
19:31 - Adagio
25:02 - Menuetto. Allegretto - Trio I - Trio II
30:24 - Romanze. Adagio - Allegretto - Adagio
37:45 - Thema mit Variationen
47:18 - Rondo. Allegro molto

List of Performers:
Oboe - Stephen Taylor (principal) & Melanie Field
Clarinet - William Blount (principal) & Daniel Olsen
Bassett Horn - Gary Koch (principal) & Mitchell Weiss
Horn - Stewart Rose (principal), Scott Temple, William Purvis, and Russell Rizner
Bassoon - Dennis Godburn (principal) & Marc Goldberg
String Bass - John Feeney

Performed by members of the Orchestra of St. Luke's under the direction of Sir Charles Mackerras. Recorded by Telarc in 1994.

Posté par jeanjacques1957 à 23:29 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

19 avril 2018

Les magnolias de Corée

La floraison des magnolias de Corées est spectaculaire et éphémère. La magie ne dure pas plus d'une semaine. Les arbres, plantés il y a une dizaine d'années, sur la Place de la gare de la Ville fédérale, se sont étoffés et cette années la floraison est superbe.

BAA75B24-1ADB-4F8E-8E59-FBA9B7C113A1

Posté par jeanjacques1957 à 23:06 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,