30 novembre 2022

Il automne - Dernier jour

Samedi 27 novembre, un colis, que j'attendais avec impatience, est arrivé.
Épuisé depuis plus d’une décennie – on trouvait quelques exemplaires vendus à prix d’or -, les mythiques carnets 1933-1963, du cinéaste japonais Yasujiro Ozu ont été réédités par les Éditions Carlotta.

798FC791-4871-47E1-BC41-0B39F6AC2A0F

Lundi 29 novembre
Berne
VISITE D’ÉTAT
Pavois et drapeaux flottaient sur le Palais fédéral et les ministères.
Le président de la Confédération Ignazio Cassis recevait le président italien Sergio Mattarella.

FDDD66EC-4212-47C0-B4FA-5454C73623A4
Hier soir on pouvait voir un cartier de lune depuis le petit village dans les montagnes.

6402C5EA-6821-4F24-8BE0-FDB86690270A

Posté par jeanjacques1957 à 22:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


27 novembre 2022

Il automne - Arrière automne

Le petit village dans les montagnes, ce matin vers 10h30
F56A4000-E091-40D3-8165-13F18B5C06DE

Les Alpes vues depuis la Ville fédérale, vers 15 heures

1C0B94C4-2E33-4904-BEF9-D11AB29032B5

1er dimanche de l'Avent

4DF597F7-0C83-4920-9D12-11FD0516AA78

 

 

Posté par jeanjacques1957 à 22:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

17 novembre 2022

Il automne - Belle journée

Halloween est inconnu dans le petit village dans les montagnes. J'ai filmé ce non-événement, voici le vidéogramme :

Halloween est inconnu dans le petit village dans les montagnes
Carnet vidéo filmé à Habkern le 31 octobre 2022
Images, montage, réalisation Jean-Jacques666

 

Les parroties de Perse de la Place de la gare d'Interlaken, cet aptès-midi vers 16 heures

C0BA3309-8787-4E24-9A8C-B62B3677F87C
Le petit village dans les montagnes vers 17H20

592B8FCC-1F8D-4AC1-846A-D1D2FA269D3E

4292CC27-B3AD-44D6-BE27-5E530A0CCF51

Posté par jeanjacques1957 à 22:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

13 novembre 2022

il automne - La planète mars

La planète Mars vue depuis le balcon, petit point lumineux perdu dans l'espace.

ED2A087D-8A2C-4B71-85CD-85D4B2F24A80

Posté par jeanjacques1957 à 23:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

10 novembre 2022

Il automne - Les soirs d'après pleine lune

Avant hier, c'était la pleine lune, une lune pleine de lunes
La photographie montre la lune ce jeudi soir, peu avant 20 heures, vue depuis le petit village dans les montagnes.

754E2321-9DFC-4E9F-97AC-195F0EF4F33B
 Les projets de randonnées automnales se sont rétrécis comme peau de chagrin. Il n'y a eu qu'une randonnée. Elle a eu lieu le 22 septembre 2022. Il reste des souvenirs et un vidéogramme de mon cru :

Habkern - Alp Lombach
par le Grüenebergpass
Filmé le 22 septembre 2022
Images, montage, réalisation Jeanjacques666

Posté par jeanjacques1957 à 23:09 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


31 octobre 2022

Il automne - Deux devoirs du lundi pour un !

 

141e devoir de Lakevio du Goût

La consigne :
Devoir de Lakevio du Goût_141.jpg

Évidemment, cette toile de Thierry Duval me rappelle quelque chose.
Mais à vous ?
Rappelle-t-elle quelque chose qui commencerait par « La joie venait toujours après la peine ».
Et si en plus votre récit se clôt sur « Pendant quelques heures, nous posséderons le silence, sinon le repos. Enfin ! » ce sera parfait.
À vous de jouer !
À lundi.

Le décor de l'histoire qui va suivre est inspiré d'une toile d'Edward Hopper. Toile proposée pour le 140e devoir de Lakevio de Goût. 
Room by the sea.jpg


LA MAISON VIDE

« La joie venait toujours après la peine », la voix d’Appolinaire sortait de deux écouteurs antiques datant des année 1940. Ils étaient branchés sur un petit poste à galène. Guillaume dit un de ses poèmes, il parle dans un pavillon et ses vers sont gravés dans les sillons d’un disque phonographique couvert de gomme-laque noire, qui tourne à environ 78 tours par minute. Le poème parle d’un pont, de la Seine qui coule sous des amours, de Marie Laurencin, d’Honoré-Gabriel Riquetti de Mirabeau.
La maison est vide, silencieuse ; seule la voix du poète comme venue d’outre-tombe se dilue dans l’espace. Un trou dans l’un des sillons empêche l’aiguille du gramophone d’avancer, elle est rejetée sans cesse et
« La joie venait toujours après la peine, la joie venait toujours après la peine, la joie venait toujours après la peine, la joie venait toujours après la peine » se duplique à l’infini.
La maison, dessinée par un architecte avant-gardiste, composée d’un seul niveau, construite sur un promontoire à quelques mètres au-dessus des eaux méditerranéennes, offre au regard, depuis le vestibule, une vue sur l’ensemble des pièces agencées en enfilade. Le toit plat de cette maison, rectangle de béton, aménagé en terrasse, accessible depuis l’extérieur par un escalier à vis, théâtre de folles réceptions, désert depuis des décennies, muré dans un silence juste bercé par le clapotis des vagues, se désagrége lentement par une conjugaison des embruns salins et des pluies d’automne.
Cette maison ressemble à celle que l’on voit dans le film « Le mépris » mais sans Brigitte, sans Michel ni Jean-Luc, l’ombre de Fritz Lang ou de celle de Jack Palance sont absentes et pas une trace de paparazzis qui traqueraient le moindre fait et geste de cette maison fantôme.
Personne non plus pour remettre à l’ordre le gramophone, « La joie venait toujours après la peine, la joie venait toujours après la peine, la joie venait toujours après la peine, la joie venait toujours après la peine »
La lune a rassemblé ses quartiers, pleine, elle jette ses lueurs blafardes sur la mer, les rochers rouges et le béton de la maison. Il est presque une heure du matin.
La clarté lunaire entre par de larges baies vitrées donnant sur la mer. Clarté qui meurt sur le sol des pièces, où alternent le parquet, le sol en béton peint en couleur vive ou un sol en plancher recouvert d’un épais tapis. L’épaisseur du tapis amorti « 
le roulement de quelques fiacres attardés et éreintés » qui traversent la ville.
Depuis le vestibule, on distingue dans la pièce voisine l’amorce d’un tableau. Cette pièce est meublée d’une crédence et d’un canapé tapissé d’une étoffe rouge carmin. Le tableau qui orne cette pièce, peint par Thierry Duval, est accroché à l’endroit. « New York City 1 » réalisé en 1941, par le peintre néerlandais abstrait Piet Mondrian, est accroché à l’envers depuis septante-sept ans.
Le tableau de Duval que survolent des mouettes est un morceau de Paris. On voit des ponts, la Seine dans laquelle se diluent des amours, le Louvre, on n’y voit pas de voitures hippomobiles, mais de bruyantes berlines à pot catalytique. Il n’est pas encore une heure du matin et le bruit empêche la concentration. Concentration requise pour écrire un poème, « La joie venait toujours après la peine, la joie venait toujours après la peine, la joie venait toujours après la peine, la joie venait toujours après la peine ».
La porte vitrée du vestibule est ouverte. Un escalier taillé dans la roche, perpendiculaire à la maison, descend jusqu’à la mer. Des serviettes de bain, décolorées par le soleil, abimées par le vent, attendent depuis longtemps le retour d’un, deux, des, nul ne le sait, baigneurs. Un indice, une voix, « La joie venait toujours après la peine, la joie venait toujours après la peine, la joie venait toujours après la peine, la joie venait toujours après la peine »
Un autre indice, dans la cuisine, la planche à pain sur laquelle sont gravés ces mots :
« Pendant quelques heures, nous posséderons le silence, sinon le repos. Enfin ! »

C’est un document radiophonique exceptionnel, enregistré entre 1911 et 1914. Le son, certes lointain, donne à entendre la voix de Guillaume Apollinaire lui-même lisant "Le Pont Mirabeau".

 

Posté par jeanjacques1957 à 12:41 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,

25 octobre 2022

Il automne - Deux ou trois choses que je sais d'elle...

Après un lundi pluvieux, un va et vient de bandes de brume, le ciel était pur ce matin. L’arrière-automne bien installé attend de pied ferme, ce que certains appellent le Général Hiver, les premières chutes de neige.
Aujourd’hui, voyage jusqu’à la Ville fédérale. C’est jour de marché à Berne. J’ai trouvé les dernières tomates de pleine terre. Un doppio au Versa, un clin d’œil à une girafe qui fait le pied de grue sur les marches du « Stadttheater », en rentrant au village, trouvé devant la porte de l’immeuble, immeuble ultra moderne déguisé en chalet, 25 kilos de pommes de terre, une initiative de la commune, pommes de terre vendues à moins d’un franc le kilo. Il y aura des frites à gogo cet hiver et un dos en compote. Transbahuter 25 kilos de tubercules jusqu’à la cave…

F45B9CA6-A38E-4722-848A-82A9E25BB598

89D3DA85-DB6F-4466-A018-2FBB06989832

C778B757-17BB-4842-B86A-3D9ECCC643D5

D3B95FA3-6C13-4CCC-9A40-F03EF2430656

Posté par jeanjacques1957 à 22:50 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

23 octobre 2022

Il automne - D'un village à l'autre

 

07h20, le petit village dans les montagnes est encore plongé dans la pénombre. Il faudra attendre dix heures passées pour que le soleil, sorti comme le diable d'une boîte, éclaire le village. Cela se produira pratiquement à l'heure de mon arrivée dans le village des vacances de mon enfance.
Un croissant de lune fera l'affaire pour le petit-déjeuner d'un rapace, un faucon, emblème de la commune, qui décrit des cercles affamés au-dessus des chalets. À défaut de rat des champs cette viennoiserie, même pas une lune entière, maigre pitance, calmera la famine de l'oiseau de proie...

6F127FC4-DA54-40DA-B40B-AF6BBAAE7F4A

 

9868668C-6AC6-41EF-AEA7-40D2A11D2E1B

 

Le jardin de Lignières ce dimanche. 

FA73C368-8D73-4CF7-AE4B-4CFD7A07ED32

 

Onze heures plus tard, retour dans les montagnes. 

B294A603-442E-4304-ABB8-101A8E91F06C

Posté par jeanjacques1957 à 21:45 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

16 octobre 2022

Il automne - Encore un beau dimanche

La roseraie de la Ville fédérale, un dimanche de mi-octobre, au coeur d'un automne somptueux 

91BDF078-D147-4FA2-951D-44366F777B21
Le même jour, en fin d'après-midi, sur le lac de Thoune

876CAC93-DDD1-499C-86DB-20A69C57CEDF

Posté par jeanjacques1957 à 23:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

05 octobre 2022

Il automne - C'est une belle journée, je vais me coucher

Belle journée d'automne. 
Le petit village dans les montagnes est envahi de randonneurs.

FAE9C403-1EAE-40AB-9E56-F06B25CDE306

Posté par jeanjacques1957 à 23:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,