25 février 2018

Sucrer les fraises

                                                                            41522B60-C885-43C3-A5FE-1AE4AE7CDAD9

Hier, selon les clients réguliers du marché de la Ville fédérale, les étals présentaient un choix de fruits et légumes restreint. Les températures négatives en sont la conséquence.
Les supermarchés ont une tout autre vision du temps qui passe. On trouve, par exemple, des cageots miniatures en carton contenant trois barquette de fruits de saison, des fraises, des framboises et des myrtilles. Comme nous sommes au coeur de la saison de production de ces fruits, on déniche des framboises du Maroc. Les marocains sont friands de ce fruit rouge. La tajine à la framboise est réputée à Casablanca. Les fraises poussent en Espagne. Ce sont des fruits ludiques. La partie supérieure de la fraise est verdâtre. Elle n’a pas eu le temps de mûrir, tant le consommateur est pressé de sucrer les fraises. Pour  résoudre ce problème, une pastille d’aquarelle rouge fraise ainsi qu’un pinceau sont joints à l’emballage. Sous nos latitudes, par -4 degrés, se sont des ouvriers sous-payés qui récoltent les petits fruits. Bonnet, écharpe et mitaines de laine permettent à cette main-d’œuvre polska de cueillir les fruits congelés sur branche. 
Laisser décongeler à air ambiant. Sucrer et déguster. Bon appétit.

Berne le 25 février 2018

La Grande Sophie (ICI) - Sucrer les fraises - Le Live

 

Posté par jeanjacques1957 à 22:15 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


23 février 2018

Hiver

Dans moins d'une semaine, le 1er mars, ce sera le premier jour du printemps météorologique. Pour l'instant, la bise attise les glaçons..!

Charles Berry, dit Chuck Berry, né à Saint-Louis (Missouri) le 18 octobre 1926 et mort le 18 mars 2017 à Wentzville, comté de Saint Charles (Missouri), est un guitariste, chanteur et auteur-compositeur américain. Il est l'un des pionniers du rock‘n’roll.

Chuck Berry - You Never Can Tell (Legendado)

Chuck Berry performs live for the German TV-show 'Beat-Club'.
C'est La Vie aka You Never Can Tell aka Teenage Wedding.
Recording: March 24th, 1972 in Bremen, Germany (Beat Club 78)

Lyrics:
It was a teenage wedding, and the old folks wished them well
You could see that Pierre did truly love the madamoiselle
And now the young monsieur and madame have rung the chapel bell,
"C'est la vie", say the old folks, it goes to show you never can tell

They furnished off an apartment with a two room Roebuck sale
The coolerator was crammed with TV dinners and ginger ale (she couldn't cook!),
But when Pierre found work, the little money comin' worked out well
"C'est la vie", say the old folks, it goes to show you never can tell

They had a hi-fi phono, boy, did they let it blast
Seven hundred little records, all rock, rhythm and jazz
But when the sun went down, the rapid tempo of the music fell (for various reasons)
"C'est la vie", say the old folks, it goes to show you never can tell

They bought a souped-up Mercedes [jitney], 'twas a cherry red '53,
They drove it down to Orleans to celebrate the anniversary
It was there that Pierre was married to the lovely madamoiselle
"C'est la vie", say the old folks, it goes to show you never can tell

Chuck Berry: Vocals & Guitar
Jimmy Campbell: Acoustic Guitar
Billy Kinsley: Bass
Mike Snow: Piano
Dave Harrison: Drums

Une magnifique reprise par Elise Le Grow
Elise Madeline LeGrow (née le 4 juin 1987) est une artiste et auteur-compositeur canadienne.

Elise LeGrow - You Never Can Tell (Audio)

Posté par jeanjacques1957 à 22:49 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

06 janvier 2018

Épiphanie

6 janvier 2018

C'est les Rois, ce samedi. Le temps de manger la galette, qui, en Suisse, se présente sous la forme d'une brioche. Cette année, le choix s'est porté sur une "galette" bio, à la farine d'épautre, et c'est sous mes dents, que la fève s'est manifestée... Un crac fatal. Je porte désormais un dentier! Ce dessert était bien sur accompagné de moult cafés.

Plus tard

Sur la chaîne Mezzo, Mimi meurt une fois encore. Cette fois-ci, c'est au théatre Liceu de Barcelone et l'action ne se déroule pas dans l'espace (voir ici)!
Résultat de recherche d'images

La Bohème de Puccini au Liceu de Barcelone

La Bohème, de Giacomo Puccini

Orchestre Symphonique et Choeur du Gran Teatre del Liceu, Marc Piollet (direction) Jonathan Miller (mise en scène) Isabella Bywater (décors, costumes) Jean Kalman (lumières)

Eleonora Buratto (Mimí) Olga Kulchynska (Musetta) Saimir Pirgu (Rodolfo) Gabriel Bermúdez(Marcello) Isaac Galan (Schaunard) Paul Gay (Colline) Fernando Latorre (Benoît / Alcindoro) 

Enregistré au Gran Teatre del Liceu, Barcelone, en 2016 Réalisé par Stéphane Lebard

Air choisi spécialement pour Le Goût (ICI)

Eleonora Buratto - "Sì, mi chiamano Mimì" - La Bohème - Puccini

Giacomo Puccini: La Bohème, Quadro primo.
Eleonora Buratto canta la celebre aria di Mimì nel primo atto de La Bohème. Saimir Pirgu è Rodolfo.
Gran Teatro del Liceu, Barcellona, 19 giugno 2016.
Orchestra del Gran Teatro del Liceu, dir. Marc Piollet.

Samedi
6 janvier à 20:29 sur mezzo live hd

Genre : Opéra Durée : 01:51:43 Réalisateur : Stéphane Lebard
Prochaines diffusions

        13/01 - 08h30 sur mezzo

        22/01 - 12h30 sur mezzo

        30/01 - 16h30 sur mezzo

        04/02 - 13h00 sur mezzo live hd

        05/02 - 09h00 sur mezzo live hd

        06/02 - 00h00 sur mezzo live hd

        07/02 - 17h00 sur mezzo live hd

        09/02 - 22h00 sur mezzo live hd

La bohème (2015/16): "Quando m'en vò"

"Quando m'en vò" la nit d'estrena de 'La bohème' de Puccini al Gran Teatre del Liceu.
Olga Kulchynska (Mussetta), Eleonora Buratto (Mimì). Saimir Pirgu (Rodolfo), Gabriel Bermúdez (Marcello), Isaac Galan (Schaunard), Fernando Radó (Fernando Latorre)

La musique est magnifique, les voix superbes, je frisonne... C'est magique. Dans la version spatiale de l'opéra Bastille, c'était intéressant, osé, mais un peu froid, comme le vide spatial.
Mimi meurt, c'est inéluctable, depuis 122 ans, on pleure à la fin du 4e tableau...

 

Oratorio de Noël de Bach
Cantate no6   détail: ICI

Bach: Weihnachtsoratorium BWV 248 - Cantate no.6 - Combattimento Consort Amsterdam - Live

Het Combattimento Consort Amsterdam o.l.v. Jan Willem de Vriend
m.m.v. Cappella Amsterdam
Andreas Weller, Evangelist
Lenneke Ruiten, Sopraan
Cécile van de Sant, Alt
Alberto ter Doest, Tenor
Panajotis Iconomou, Bas

Opgenomen vrijdag 21 december 2012 om 19.30 in de Grote Kerk in Naarden.

Le décor de Noël, style année 1970, de la gare centrale de la Ville fédérale. Un décor kitsch qui est installé depuis plus de 10 ans à la fin du mois de novembre et qui disparaitra à partir de lundi.

Posté par jeanjacques1957 à 23:15 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

30 décembre 2017

...

l' vent chasse les feuilles
dans les flaques d'eau
l'hiver s'amène
givré de brouillard

et toi te v'là
ta solitude
autour du cou
comme un collier

Francis Giauque (1934 - 1965)

Posté par jeanjacques1957 à 23:54 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

28 novembre 2017

Nuit 5/16 - Soirée poétique

Paul Verlaine est un écrivain et poète français du XIXe siècle, né à Metz (Moselle) le 30 mars 1844 et mort à Paris le 8 janvier 1896 (à 51 ans).


Il pleure dans mon coeur - Paul Verlaine

Poème récité par Mano : il pleure dans mon coeur est une poésie de Paul Verlaine.
Comment réciter le poème de Verlaine à 10 ans.


Ferré/Verlaine - Je Vous Vois Encor

Colloque sentimental de Paul Verlaine


                                    Âme, te souvient-il au fond du paradis
                                    De la gare d'Auteuil et des trains de jadis
                                    T'amenant chaque jour, venus de la Chapelle ?
                                    Jadis déjà ! Combien pourtant je me rappelle
                                    Après les premiers mots de bonjour et d'accueil
                                    Mon vieux bras dans le tien, nous quittions cet Auteuil
                                    Et, sous les arbres pleins d'une gente musique
                                    Notre entretien était souvent métaphysique
                                    Ô tes forts arguments, ta foi du charbonnier
                                    Non sans quelque tendance, ô si franche ! à nier
                                    Mais si vite quittée au premier pas du doute !
                                    Et puis nous rentrions, plus que lents, par la route
                                    Un peu des écoliers, chez moi, chez nous plutôt
                                    Y déjeuner de rien, fumailler vite et tôt
                                    Et dépêcher longtemps une vague besogne
                                    Mon pauvre enfant, ta voix dans le bois de Boulogne !

                                    Poème de Paul Verlaine

Julos Beaucarne, pseudonyme de Jules Beaucarne, né le 27 juin 1936 à Bruxelles (Belgique), est un artiste (conteur, poète, comédien, écrivain, chanteur, sculpteur) belge, chantant en français et en wallon. Il vit à Tourinnes-la-Grosse en Brabant wallon (Belgique).

Mon reve familier (Paul Verlaine)

Poème de Paul Verlaine interprété par Julos Beaucarne


Samir Barris est un auteur-compositeur-interprète bruxellois. Il se fait connaître pour son rôle au sein du groupe Melon Galia. Après la séparation du groupe en 2004, il se lance dans une carrière solo. Déjà auteur de deux albums, il est aussi actif dans le trio « Le beau Geste » et le projet jeune public « Ici Baba ». En 2010, il est invité à représenter la Belgique aux Découvertes du Printemps de Bourges.

Samir Barris chante Paul Verlaine, "Les soleils couchants"

D-Day


Gabriel Fauré, né à Pamiers (Ariège) (17 rue major) le 12 mai 1845, et mort à Paris le 4 novembre 1924, est un pianiste, organiste et compositeur français.

Gabriel Fauré Quintette pour piano No.1 en ré mineur - The Schubert Ensemble

Enregistré en direct, le 29 septembre 2016, au Festival Tetbury (GB).

 

"Poiché l'alba si accende..." di Paul Verlaine

 

Dans l'interminable ennui de la plaine (Verlaine) - M.Laplaine @ Piston Pelican (08/12/11)

 

"Verlaine" by Charles Trenet

 

Léo Ferré - Chanson d'Automne

 

Philippe Jaroussky est un contreténor français né le 13 février 1978 à Maisons-Laffitte (Yvelines, France).

Philippe Jaroussky : "Colloque Sentimental" de Debussy et Verlaine

PAUL VERLAINE -A UNA MUJER-

 


22 février 2017

Köniz

Jeudi 16 février 2017

Balade à Köniz
L'étang du terrain de jeu est encore gelé
Dans un des temple de la consommation de la ville, on trouve des fraises. Comme chacun le sait, nous sommes en pleine période de la cueillette de ce délicieux fruit. Elles sont à point, à moitié verte..!

Posté par jeanjacques1957 à 22:15 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,

19 février 2017

Dimanche, jazz

Dimanche soir, jazz à Zanzibar. Les chats du quartier sont au cabaret. Ils engloutissent des souris grises en buvant de grands verres de bière.
Un orchestre joue Moonlight Serenade. Un couple de rat des villes, égaré dans cette confrérie de chats, danse sur la musique de Glenn Miller.
Des spots, rouges et verts, éclairent faiblement la salle. Sur l'écran géant, installé derrière le bar, est diffusé en rediffusion une émission de cuisine, "Top chef". Les chats ne sont guère intéressés par des recettes de tomates... Ils préfèrent le numéro d'effeuillage des souris de la troupe de Mme Kit et Cat. Ils se lèchent les babines...

Moonlight Serenade

 

Soleil sur la Ville fédérale...
La petite patinoire portative installée sur la Place fédérale vit sa dernière journée ce dimanche 19 février...
Un petit bonnet de laine est encore nécessaire, en cette belle journée de février...

Posté par jeanjacques1957 à 22:15 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

09 février 2017

Le clown est mort...


Giani Esposito
, né le 23 août 1930 à Etterbeek et mort le 1er janvier 1974 à Neuilly-sur-Seine, est un auteur-compositeur-interprète, acteur et poète français.

Giani Esposito - 'Le Clown'

« LE CLOWN » (1957).
Chanté par Giani Esposito.



Raymond Devos, né le 9 novembre 1922 à Mouscron en Belgique et mort le 15 juin 2006 à Saint-Rémy-lès-Chevreuse dans les Yvelines, est un humoriste français.

Devos le "clown"

 

Les saltimbanques

Dans la plaine les baladins
S’éloignent au long des jardins
Devant l’huis des auberges grises
Par les villages sans églises.

Et les enfants s’en vont devant
Les autres suivent en rêvant
Chaque arbre fruitier se résigne
Quand de très loin ils lui font signe.

Ils ont des poids ronds ou carrés
Des tambours, des cerceaux dorés
L’ours et le singe, animaux sages
Quêtent des sous sur leur passage.

Guillaume Apollinaire, Alcools

 


Angelikí Ionátou (en grec moderne : Αγγελική Ιονάτου), connue en France sous le nom Angélique Ionatos, est une compositrice et chanteuse grecque, née à Athènes en 1954.

Angélique Ionatos ~ Le clown [ G. Esposito ]


La strada est un film italien réalisé par Federico Fellini et sorti en 1954.

La Strada - Trailer


Clown

  Un jour.     
  Un jour, bientôt peut-être.     
  Un jour j’arracherai l’ancre qui tient mon navire loin des mers.     
  Avec la sorte de courage qu’il faut pour être rien et rien que rien,
je lâcherai ce qui paraissait m’être indissolublement proche.     
  Je le trancherai, je le renverserai, je le romprai, je le ferai dégringoler.     
  D’un coup dégorgeant ma misérable pudeur, mes misérables combinaisons
et enchaînement « de fil en aiguille ».     
  Vidé de l’abcès d’être quelqu’un, je boirai à nouveau l’espace nourricier.     
  A coup de ridicules, de déchéances (qu’est-ce que la déchéance ?), par
éclatement, par vide, par une totale dissipation-dérision-purgation, j’expulserai
de moi la forme qu’on croyait si bien attachée, composée, coordonnée,
assortie à mon entourage et à mes semblables, si dignes, si dignes, mes
semblables.     
  Réduit à une humilité de catastrophe, à un nivellement parfait comme
après une intense trouille.     
  Ramené au-dessous de toute mesure à mon rang réel, au rang infime que je ne sais quelle idée-ambition m’avait fait déserter.     
  Anéanti quant à la hauteur, quant à l’estime.     
  Perdu en un endroit lointain (ou même pas), sans nom, sans identité.

      CLOWN, abattant dans la risée, dans le grotesque, dans l’esclaffement, le
sens que contre toute lumière je m’étais fait de mon importance.     
  Je plongerai.
  Sans bourse dans l’infini-esprit sous-jacent ouvert     
à tous
ouvert à moi-même à une nouvelle et incroyable rosée
à force d’être
nul et ras…
et risible…

Henri Michaux, « Peintures » (1939,) in L’espace du dedans, Pages choisies, Poésie / Gallimard, 1966, p.249

 

 

Posté par jeanjacques1957 à 22:38 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

06 février 2017

Youtubeuses beauté

 Nota Bene: le samedi, Lakevio publie sur son blog la reproduction d'une toile, d'un artiste connu ou moins connu. Cette peinture sert de guide pour une création littéraire. Le lundi, Lakevio donne sa version. Dans les commentaires, ceux qui proposent un texte indiquent l'adresse à laquelle leur prose peut être lue. Il est intéressant de lire ces textes, souvent cousins dans la trame mais tous avec leur caractère et leur style. Lakevio, c'est à cette adresse: www.lakevio.canalblog.com

patricia freeman
Patricia Freeman - Trepidations

...Un petit salon de style anglais début du siècle. Un poste de T.S.F. 

Avez-vous lu le Goncourt 1911? Doit-on lire ou relire ce roman, en connaissant la biographie de l'auteur?
Baudelaire: (Salon de 1846): "La bêtise est souvent l’ornement de la beauté". 
Aragonia
Selección Especial
2011 GARNACHA
Product of Spain
Novembre s'achève dans le froid.
Le mercure passe sous la barre du zéro degré...
Pour se réchauffer, il faut s'engouffrer dans la salle de l'Adriano's bar, choisir le banc sous lequel les tuyaux du radiateur, chauffés à blanc, tentent de rivaliser avec les chaleurs de l'été... 
30 décembre 2011 "Saint-Roger"
Escargots en entrée
Amandes de mer crues
Choux de Bruxelles
Restes de viande
Salade
QUI A TOUCHÉ À L'ORDINATEUR? C'EST LE FOUTOIR... JE VAIS INSTALLER UN CADENAS... 
-Salut!
-Salut!
-Tu fais quoi?
Ils se saluèrent en frappant trois fois leurs poings fermés, claquèrent leurs paumes cinq fois, firent "goulou, goulou", se frottèrent le bout du nez l'un contre l'autre, firent une accolade épaule gauche contre épaule droite en se susurrant: "Salut frérot".  
-Rituelle Géronimo, trancha un expert de 10 ans, haut comme  trois pommes, foutons  le camps. 
-Tu as fait ton devoir du lundi?
-Non et je m'en bats les couilles!
-C'est quoi cette expression de youtubeuses beautés de 15 ans?
-Je dirai que j'étais malade...
-"Chère maîtresse, Veuillez excuser le petit Jean-Jacques qui n'a pas fait son devoir. Il est au lit avec 47 de fièvre, c'est la flemme ingite aïgue..."
-C'est un truc des années septante la flemme...
-Soixante dix, pense à tes lecteurs étrangers.
-Espèce de troll, en Belgique, il parle septante et nonante!
 -J'suis passé tout à l'heure à la galerie pour voir le tableau à raconter et il n'était plus là! Y avait une pancarte: Le tableau servant de fil conducteur au récit du lundi à été dérobé par une bande de gamins accompagnée d'un chat jaune.
-Un chat jaune, c'est Léo. On a qu'à lui demander.
-Faudrait le trouver, d'abord.
-Il est là!
-C'est lui qui fait ce bruit de Solex?
-Non, il ronronne. 
-Il est pas jaune, le chat des voisins du dessous, il est caramel .
-c'est pour brouiller les pistes. 
-Des rumeurs circulent sur "Face de bouc", que vous l'avez bouffé. Chat à la moutarde!
Le viel Ueli rentrait de promenade. Il regagnait son coin de rue. Aujourd'hui, il n'avait pas effectué son trajet habituel. Personne ne l'avait vu au Colonial.
P.-S. Le thé bu pendant le souper était un thé noir. "Thé P'uh-êhr" Petit Nid d'Oiseau. Thé compressé à la forme sympathique, chaque petite brique est emballée dans un papier de soie. Emballage que l'on retire avant de faire infusé. Originaire de la province de Yunan en Chine, ce thé à un goût de terre.
MAIS C'EST PAS VRAI, IL Y A DES POILS DE CHAT DANS LE LOGICIEL. LE CHAT JAUNE DES VOISINS DU DESSOUS EST ENCORE ENTRÉ DANS L'ORDI À LA RECHERCHE DE SOURIS! LÉO, ICI, TOUT DE SUITE! LÉO...
-Ben voilà, merci Léo de nous avoir conduit à la cachette du tableau.
-Ils l'ont bien arrangé les gamins. Il est tout violet.
-c'est qui les deux gonzesses qui posent? Elles ont une de ces trogne!
-Tu ne reconnais pas, c'est une scène du film: "C'est lundi, il n'y a plus de raviolis!"
-Ça ne m'inspire pas. Je suis malade.
MERDE, J'AI FAIT UN COUP DE CLIC SUR ENVOYER. LE TEXTE EST PARTI. JE NE SAIS PAS OÙ. LA HONTE.  J'AI PAS FAIT DE SAUVEGARDE. LÉO, ICI, LÉO...
Sur le paillasson des voisins du dessous, Léo ronronne. Au-dessus, ça braille et une odeur de lapin à la moutarde s'échappe de la cuisine.
Dans le caniveau, une toile est abandonnée. Elle représente deux femmes mécontentes de passer un lundi sans raviolis.
C'étaient les trépidations du lundi 6 février 2017.
P.-S. Le texte n'a été sauvegardé...

Posté par jeanjacques1957 à 23:37 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,

30 janvier 2017

La Fièvre du samedi soir...

 Nota Bene: le samedi, Lakevio publie sur son blog la reproduction d'une toile, d'un artiste connu ou moins connu. Cette peinture sert de guide pour une création littéraire. Le lundi, Lakevio donne sa version. Dans les commentaires, ceux qui proposent un texte indiquent l'adresse à laquelle leur prose peut être lue. Il est intéressant de lire ces textes, souvent cousins dans la trame mais tous avec leur caractère et leur style. Lakevio, c'est à cette adresse: www.lakevio.canalblog.com

 Daniel Maidman - Rachel at the cafe

LA FIEVRE DU SAMEDI SOIR
Ils prenaient le thé dans le petit salon. La porte-fenêtre était close. Depuis dix jours, les températures négatives, entretenaient une pollution monstrueuse. Malgré le soleil et une douceur bienvenue, le rouge continuait d'être présent dans la courbe de la pollution ce samedi après-midi de fin janvier. 
A côté de la porte-fenêtre  était accroché une toile de Paul Rafferty intitulée  "Hydrangeas - Contre-Jour". Ce tableau suscitait la polémique. Les visiteurs reçus dans le petit salon voyaient des roses ou des pivoines, certains distinguaient cinq fleurs, d'autres en comptaient quatre. C'était pourtant des hortensias roses. Les originaux se trouvaient dans un vase posé sur le guéridon, que tante Dinah s'obstinait à confondre avec une table bouillotte.  A la T.S.F., l'émission littéraire évoquait Homère et son épopée l'Odyssée. Un péplum où l'on rencontre de gros bras et des femmes charmantes. L'histoire raconte, Ulysse résistant au chant des sirènes, parle de sa femme Pénélope hésitant entre la broderie et la confection de confitures, de courtisans ourdissant de mauvais coups et de Télémaque le fils maudit. La magicienne Circée remettra de l'ordre dans cette toile littéraire. Les écrans cathodiques, le dernier dimanche de janvier, à 20h00, donneront quelques pistes.
L'Impromptu n° 3 en si bémol majeur "Rosamunde" de Schubert mit fin à cet embrouillamini politico-financier-judiciaire qui secoua l'île d'Ithaque, bien des siècles avant la naissance de Rachel. 
"C'est nouveau ce tableau miniature posé sur le guéridon?" Demanda Esther en croquant dans une madeleine.
"Non, il était dans une chambre au 2e" Répondit Iris en versant du thé dans les tasse chinoises.
"Il s'intitule Rachel au café", précisa le frère d'Iris, qui appuyait sur la télécommande. La T.S.F. se tut. 
"Et qui est cette Rachel?" S'enquit Esther. 
Iris et son frère s'empressèrent de lui répondre. "C'est la fille de Laban, la cousine et la seconde femme de Jacob, la soeur de Léa."
"Léa, la fillette du rez-de-chaussée"dit Esther en pointant du doigt le sol.
"Pas du tout", s'esclaffa Iris. Son frère enchaîna, "Léa, c'est la cousine et la première épouse de Jacob. La fille de Laban, la soeur de Rachel".    
Esther se tassa dans le fauteuil de toile moutarde. "Je ne comprends rien aux histoires de famille!", se désola-t-elle.
Iris se leva et tira de la bibliothèque un livre relié en fin cuir rouge. Elle tendit le volume à Esther. "Tu trouveras toute l'histoire de la famille ici", précisa Iris. Esther lut sur la tranche, écrit en lettres dorées: LA BIBLE.
Un coup de klaxon,  plutôt joyeux, mit fin aux souvenirs de famille.
Une Buick Riviera, noire, modèle 1971, venait d'entrer dans la cour de la maison.
"C'est Benoît, lança le frère d'Iris regardant par la porte-fenêtre, il brandit une coupe."
" Il est vainqueur du rallye des neiges"s'enthousiasma Iris.
Le nuit tombait, dans le ciel sombre se détachait un mince croissant de lune jaunâtre. La pendule du petit salon sonna le quart de six heures... Le frère d'Iris alluma le lustre. Esther, fixait le portrait de la belle Rachel. Léo, le chaton jaune, grattait à la porte d'entrée. Le jeune couple de l'étage du dessus écoutait "Breakfast in America", le volume poussé à fond. La fièvre du samedi soir commençait...

Posté par jeanjacques1957 à 07:03 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,