11 mai 2017

La folle semaine 5/7 - La roseraie

La roseraie acceuille, pour une durée éphémère, la floraison des rhododendrons et des azalées. C'est un feu d'artifice de couleurs et d'odeurs... Ce sont les azalées caduques qui dégagent un parfum enivrant. A ne point manquer.

Posté par jeanjacques1957 à 22:15 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,


10 mai 2017

La folle semaine 4/7 - L'apogée..!

MOZART,MOZART, MOZART...

Natalie Dessay: "Popoli di Tessaglia...Io non chiedo" (Mozart)

EN DEHORS DES SENTIERS BATTUS... (Spécial 60e!!!)

Le 10 mai 1959, un bambin courait dans le hameau où il habitait, et il disait aux gens qu'il rencontrait: "Tu sais, c'est ma fête, j'ai deux ans, tu me donnes un cadeau!" Si j'évoque cet épisode, c'est par ouï dire. Je ne me souviens de rien, j'étais bien trop jeune...

...Aujourd'hui, je cours dans les rues de la Ville fédérale, et je dis, en français, je ne parle toujours pas le dialecte bernois, "C'est ma fête, je fais ce qui'il me plait..." Je crois que je change de dizaine, et, pour ne pas surcharger le gâteau d'anniversaire, il y aura 6 bougies. de toutes petites bougies, de minuscules bougies, des bougies microscopiques...


Les Trois Accords est un groupe rock québécois.


Les Trois Accords - Les dauphins et les licornes

 

LES TROIS ACCORDS - Retour à l'institut


Que se passe-t-il sur Le Tube..?

ROBES D'ÉTÉ #ANTICONSO | solangeteparle

 

RACONTE #5 - Laurent

 

Tu Tubes ?! Les Abonnés #01 🐰🙈



Deux rigardises des années 70... (Le tube n'existait pas!)

Tino Rossi - La vie commence à 60 ans

 

Jean Gabin - Maintenant Je Sais


Et voilà, rendez-vous dans 60 ans...

Posté par jeanjacques1957 à 10:09 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , ,

09 mai 2017

La folle semaine 3/7 - Flore

Balade en boucle, de la Ville fédérale à la Ville fédérale, en passant par Köniz...
Pivoine arbustive, rhododendron, azalée, bleuets et pavot de Californie, iris, hydrangée arbustive, aulx de décoration, anémones blanda, vue sur un parc...
Et un espresso Lima au Colonial!

 

                                       

Le bonheur, c'est par ici: https://www.youtube.com/watch?v=fihMcAXeml8 (Urfer chante une chanson de Jean Villars Gilles)

Posté par jeanjacques1957 à 22:54 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

08 mai 2017

La folle semaine 2/7 - Roméo et Juliette (version XXIe siècle)

Nota Bene: le samedi, Lakevio publie sur son blog la reproduction d'une toile, d'un artiste connu ou moins connu. Cette peinture sert de guide pour une création littéraire. Le lundi, Lakevio donne sa version. Dans les commentaires, ceux qui proposent un texte indiquent l'adresse à laquelle leur prose peut être lue. Il est intéressant de lire ces textes, souvent cousins dans la trame mais tous avec leur caractère et leur style. Lakevio, c'est à cette adresse: www.lakevio.canalblog.com
harold harvey

 Il était en tenue d'été, couché dans l'herbe d'un parc parisien. Quelques fleurs de dent-de-lion égayaient la pelouse. Certaines fleurs étaient déjà en graine. Ce sont ces boules blanches qui s'éparpillent quand on souffle dessus, ce geste est immortalisé sur la couverture du Larousse, avec cette maxime, écrite au-dessus des graines qui s'envolent, "je sème à tout vent".
Elle était assise à côté de lui.
- Si on se mariait, lança-t-elle d'un ton des plus sérieux.
Il lui tendit une fleur en graine.
- Oui, je sais, c'est impossible, ajouta-t-elle.
- Tu imagine le scandale dans nos familles dit-il en souriant.
Elle souffla sur la boule de graines. Des dizaines de petits parachutes, poussés par le vent envahirent une plate-bande.
- Alors que faire? Soupira-t-elle.
- On a plus qu'à se jeter du haut de la Roche de Solutré... Ironisa-t-il.
- Et rejoindre Jeanne au paradis ajouta-t-elle.
Un bref bip retentit. Il consulta l'écran de son téléphone, se leva d'un bond. Elle se leva aussi.
- Je dois partir. Je viens de décrocher un job et un appartement.
Ils s'embrassèrent langoureusement.
- A dans cinq ans, Marine
- Salut, Emmanuel.
D'un pas nonchalant, la veste sur l'épaule, il se dirigeait vers le No 55 de la rue du Faubourg Saint-Honoré...
(A suivre)

Conclusion: ICI



P.-S. Le plus grand froid d'un mois de mai, en Suisse, au XXe siècle, a eu lieu il a 60 ans, le 8 mai 1957. Il avait fait -8 degrés à Berne. Les dégats avaient été considérables dans tout le pays.

Posté par jeanjacques1957 à 22:37 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

07 mai 2017

La folle semaine 1/7 - L'Adriano's bar

"Allez viens", postée en août 2011 sur Le Tube, cette vidéo est devenue culte. Elle est souvent citée par les dévoreurs d'images animées. Elle est proche des 6 millions et demi de vues. Elle reste toutefois dans le mode confidentiel. Elle a inspiré plusieurs imitations, mais, sans la version originale, pas de copies! "Allez viens, viens, on est bien..."
http://youtu.be/5SIQPfeUTtg

Dimanche 7 mai 2017
Descente au centre ville , en marche rapide, peu avant dix heures du soir.
A l'Adriano's bar, les deux ventilateurs, fichés au plafond, tournaient au ralenti. Une musique entraînante, diffusée par le haut-parleur, situé au-dessus de la machine à café, tenait en éveil de rares clients. Le dimanche soir, c'est calme et agréable de boire un doppio malabar en lisant la presse de fin de semaine, dans le Stamm originel.
Il pleuvait.
C'est en bus que fut effectué le retour. Il pleuvait. Le chauffeur écoutait une radio locale. Aux infos de 23 heures, le speaker annonçat, en dialecte bernois, la victoire de Macron à l'élection présidentielle française.
De l'arrêt de bus jusqu'à la maison, pas de course sous une pluie battante; pas un chat en vue.

Posté par jeanjacques1957 à 22:15 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,


06 mai 2017

Le succès de l'été 2017...

Dix heures du soir, il pleut.
Il a plu toute la journée.
Un temps à boire des cafés au Colonial ou dans la cuisine en écoutant "Money", un air qui donne envie de danser...
Les chats du quartier se sont évaporés, la boîte de jazz est fermée pour cause de scandale. On y reniflerait des lignes de cocaïne à longueure de soirée. Des scellées, interdisant l'entrée du temple du divertissement du samedi soir, ont été posées par des rats vengeurs. Le quartier est silencieux. On entend, juste le vent. En fermant les yeux, on imagine le bruit du vent dans les palmes des bananiers, dans l'île de La Palma, archipel des Canaries, disséminée au large de l'Afrique, à la hauteur du Maroc. Là-bas, la nuit est d'encre...


Cela pourrait être le hit de l'été 17 ou une musique à danser pour attendre l'arrivée de l'Été, du bel été... A écouter en boucle...
Documentation: ICI
Le clip est superbe.
Riton - Money (Official Video) ft. Kah-Lo, Mr Eazi, Davido

Posté par jeanjacques1957 à 22:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

05 mai 2017

Fruits de saison

Les premières fraises du Seeland, cultivées sous des serres. Elle sont délicieuses

Des nèfles espagnoles

Posté par jeanjacques1957 à 23:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

04 mai 2017

Cette lumière?

RUMBA DES ÎLES

Le 45 tours, aujourd'hui disparu, éparpillé avec d'autres disques lors d'un déménagement, était devenu presque inaudible tant il avait tourné sur ma platine...
C'est envoûtant...

Jeanne} Cette lumière ?
{Marguerite} La mousson, dessous : le Bengale
{Jeanne} Cette poussière là-bas ?
{Marguerite} Calcutta Central
{Jeanne} Cette rumeur ?
{Marguerite} Le Gange
{Jeanne} Où est-on ?
{Marguerite} L'Ambassade de France aux Indes
{Jeanne} Il y a comme une odeur de fleurs ?
{Marguerite} La lèpre

{Jeanne} Cette couleur verte, elle grandit
{Marguerite} L'océan Indien
{Jeanne} Ces jonques ?
{Marguerite} Le riz. Elles vont vers le grand Mandel
{Jeanne} Sur les talus, ces taches sombres ?
{Marguerite} Les gens. La densité la plus élevée du
monde
{Jeanne} Ces miroirs noirs ?
{Marguerite} La rizière indienne
{Jeanne} Ces lueurs là-bas ? On brûle les morts de la faim?
{Marguerite} Oui. Le jour vient

{Jeanne} Cet amour ?
{Marguerite} L'amour
{Jeanne} On danse à l'autre bout du hall ?
{Marguerite} Des touristes de Ceylan
{Jeanne} Qu'elle est blanche ! Qu'elles sont blanches les
femmes de Calcutta !
{Marguerite} Pendant six mois, elles ne sortent qu'avec le
soir, fuient le soleil
{Jeanne} Morte là-bas ?
{Marguerite} Aux îles, trouvée morte, une nuit

{Jeanne} Ce mot ?
{Marguerite} Désir

{Jeanne} Celle qui vient dans cette odeur de fleurs ?
{Marguerite} Une mendiante
{Jeanne} Folle ?
{Marguerite} C'est ça ! Elle vient de Birmanie
{Jeanne} Maigre !
{Marguerite} La faim
{Jeanne} À Calcutta, elles étaient ensemble ?
{Marguerite} Oui, c'était pendant les mêmes années

Rumba des Îles (Jeanne Moreau/Marguerite Duras)

℗ 1975 Polydor (France). Texte de Marguerite Duras. Musique de Carlos D'Alessio.

 

Posté par jeanjacques1957 à 22:15 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

02 mai 2017

Les lilas (ter)

Dimanche 30 avril 2017

Balade urbaine du dimanche matin, dans la ville fédérale, avec café au Colonial, éléphant sur le toit, parfum de lilas et fauteuil d'orchestre...

Posté par jeanjacques1957 à 22:15 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,

01 mai 2017

Essai

  • Nota Bene: le samedi, Lakevio publie sur son blog la reproduction d'une toile, d'un artiste connu ou moins connu. Cette peinture sert de guide pour une création littéraire. Le lundi, Lakevio donne sa version. Dans les commentaires, ceux qui proposent un texte indiquent l'adresse à laquelle leur prose peut être lue. Il est intéressant de lire ces textes, souvent cousins dans la trame mais tous avec leur caractère et leur style. Lakevio, c'est à cette adresse: www.lakevio.canalblog.com


ian ledward 47

... Ma grand-mère nous racontait que notre grand-père et son père fauchaient à La faux, en six semaines, l'herbe, qui séchée et engrangée, servira de fourrage pendant l'hiver. Cela se passait dans les années 1915, mon grand-père avait 13 ou 14 ans. Dans ce village, au pied du Chasseral, personne n'avait les moyen d'avoir 15 ou 20 faucheurs. Les faucheurs, faux sur l'épaule, passaient de ferme en ferme pour se faire engager une ou plusieurs journées. 
la faux doit être bien aiguisée et il ne faut pas toucher le sol. Le faucheur porte à la ceinture un coffin rempli d'eau contenant la pierre à aiguiser. Il faut régulièrement aiguiser la lame. J'ai dans l'oreille le bruit exact de l'aiguisage. Mon père m'avait enseigné les rudiments du maniement de la faux. Je n'avait guère progressé.

Il y a 100 ans aujourd'hui que naissait Danielle Darrieux...

... La belle lumière du soir s'installe en fin d'après-midi. Très présente en été, elle se fait plus discrète en hiver. Ce sont ces instants où le temps semble arrêté, une quiétude baigne le décor. La fenêtre est ouverte, une odeur d'herbe coupée flotte dans l'air. Les oiseaux tiennent des discours incompréhensible et le tracteur du paysan voisin ronronne. Une souffleuse déverse l'herbe coupée et rassemblé en andins réguliers dans un char. Les vaches seront nourries de ce fourrage frais le lendemain à l'heure de la traite matinale.

De nos jours, tout est différent. Je pourrais paraphraser le poète Gustave Roud, qui à la fin des années 1950 parlait "des campagnes perdues". Perdues signifiant pour lui rattrapée par la modernité. Il pleurait ses chères faucheurs disparus, remplacés par des machines. Ce sont les logiciels qui pilotent l'organisation d'une ferme. La belle lumière du soir, électron libre, échappera toujours à l'appât du gain. Rêvons encore un peu...

 

 

Armand Mestral le credo du Paysan

Posté par jeanjacques1957 à 21:39 - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,