15 juin 2017

Le ciel

comme un orage
à bout de souffle
l'angoisse s'apaise
au crépuscule
l'animal traqué
trouve enfin le repos
dans les méandres
de l'obscurité

Francis Giauque

 

Le ciel, ce soir, à Grosshöchstetten... Vers 21h00

Posté par jeanjacques1957 à 23:30 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,


13 juin 2017

Soirée d'été à Berthoud

Le château de Berthoud veille sur les deux piscines de la ville. Le bassin couvert et celui en plein air sont situés au pied de la forteresse..
À Grosshöchstetten, un village dans l'Emmental, le train qui permet de regagner la Ville fédérale, avec changement à Konolfingen, passe à 21h17. Le temps de lire quelques chroniques d'un livre de Paul Guth, sorti l'année de mes 20 ans!
Depuis le train, près de Worb, vue sur le coucher du soleil...
À 22h48 retour dans les rumeurs de la ville...

Posté par jeanjacques1957 à 23:01 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

11 juin 2017

Schweizer Frauenlauf

Aujourd'hui, la 31e course féminine suisse se déroulait, comme chaque année, dans les rues de la Ville fédérale. Deux parcours, un de 10km et un de 5km, sont proposés. La doyenne de participantes, 82 ans et 2 mois, avait choisi de courir sur 10km!
La circulation automobile et des transports publics est un peu chaotique ce dimanche-là.
Des femmes de tous âges arrivent en cars ou en train des quatre coins de la Suisse et prennent possession de la capitale.
Il a fait 30 degrés à Berne ce dimanche.
Vers 22h00, un espresso coulé sur de la glace, bu à l'Adriano's bar, était le bienvenu. Le soleil finissait de s'éteindre. J'ai récupéré mon vélo à la gare et retour à la maison en pédalant dans la chaleur de la nuit...
Le vélocipède est près pour reprendre du service demain matin à 04h30...

Posté par jeanjacques1957 à 23:35 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

10 juin 2017

Nocturne

La mort est si proche
à chaque aube
que je la sens
monter en moi
comme un fleuve
souterrain
qui charrie
dans mon corps
ses éclats empoisonnés
la mort est si proche
quand je me tais
qu'il suffirait
d'une seconde d'oubli
pour qu'elle envahisse
mon sang
et me jette
dans une terre
sans soleil

Francis Giauque (1934 - 1965)

La nuit est bien avancée, la fenêtre de la cuisine est ouverte. J'écoute le Trio / Notturno, en mi bémol majeur, pour piano, violon et violoncelle "Triosatz" D897 de Schubert. Soudain, l'adagio débute et vous déchire l'âme. Le corps frissonne. Je suis mal barré, en écoutant cette musique d'une beauté vénéneuses, je lis des poèmes de Francis Giauque. Entre la musique et le texte, aucun répit pour le repos de l'esprit. Tout vacille, dans cette soirée d'été tiède.  Des effluves du philadelphus montent du jardin. Ce parfum entêtant s'ajoute au spleen ambiant. Pour rompre ces tourments de l'âme, je plonge mes lèvres dans une petite tasse blanche,  ma dose de ciguë, qui a pour nom café, m'y attend. Ce breuvage rompra le maléfice.
Au loin, un clocher égrène les douze coups de minuit...

Posté par jeanjacques1957 à 23:52 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , ,

08 juin 2017

Soirée de juin à Berthoud

Le château veille sur la cité...
Aujourd'hui, la lumière fut magnifique.
C'est les beaux soirs d'été...

Posté par jeanjacques1957 à 22:15 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,


07 juin 2017

Contre-jour

La Grande Sophie chante qu'elle ira sucrer les fraises, là-haut sur la falaise, un jour...
Le soleil se cache derrière un nuage, fantastique contre-jour...
Plus tard, la nuit installée, un nocturne de Schubert (http://youtu.be/-FVzhHtCwY4) s'insinue dans la cuisine. Le café attend dans une petite tasse, les souvenirs défilent sur le display imaginaire de la gazinière.
J'ai envie de relire mon passage préféré des Mémoires d'outre-tombe, Lucile [...] « Lucile était grande et d’une beauté remarquable, mais sérieuse. Son visage pâle était accompagné de longs cheveux noirs ; elle attachait souvent au ciel ou promenait autour d’elle des regards pleins de tristesse ou de feu. Sa démarche, sa voix, son sourire, sa physionomie avaient quelque chose de rêveur et de souffrant. […] Á dix-sept ans, elle déplorait la perte de ses jeunes années ; elle se voulait ensevelir dans un cloître. »[...]
La petite tasse est vide. L'oeil de boeuf est entrouvert. Un matou hurle, au loin, son amour pour une féline aux yeux de braise.
Une ombre passe, elle fait tourner un hand spinner lumineux.
Un bus 10, ou c'était un 12, passe. A bord, La Grande Sophie chante qu'elle ira sucrer les fraises, là-haut sur la falaise, un jour...
Contre-jour

Posté par jeanjacques1957 à 23:22 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

06 juin 2017


Schubert - Jeffrey Tate (Staatskapelle Dresden, 1986) Symphonie n°9 D. 944 en UT majeur


Peintures : Alexandre Calame (1810-1864)

0:00 : Andante - Allegro ma non troppo
17:07 : Andante con moto
32:20 : Scherzo. Allegro vivace
47:35 : Allegro vivace

Jeffrey Tate est mort vendedi, à l'âge de 74 ans. Il avait été l'assistant de Boulez pour le fameux Ring de Bayreuthe en 1976. A partir de1982, il a été régulièrement invité au Grand Théâtre de Genève par hugues Gall. En 12 ans, il a dirigé une quinzaine de spectacles montés par l'opéra de Genève. 

Posté par jeanjacques1957 à 17:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

05 juin 2017

Portrait minute - L'Été, le bel été

Nota Bene: le samedi, Lakevio publie sur son blog la reproduction d'une toile, d'un artiste connu ou moins connu. Cette peinture sert de guide pour une création littéraire. Le lundi, Lakevio donne sa version. Dans les commentaires, ceux qui proposent un texte indiquent l'adresse à laquelle leur prose peut être lue. Il est intéressant de lire ces textes, souvent cousins dans la trame mais tous avec leur caractère et leur style. Lakevio, c'est à cette adresse: www.lakevio.canalblog.com

 

Il somnolait sur une banquette mal commode. Il avait peu dormi. La veille, un orage avait éclaté et la pluie s'était installée pour la nuit. Les chats du quartier, peu enclins à se mouiller, avaient organisé une rave party clandestine dans les combles d'une maison voisine. Ils se moquent des lois, qu'ils ignorent, ne sachant pas lire et font un vacarme toute la nuit. Le volume est poussé à fond, les basses font trembler toute la Ville fédérale, les félins éructent, pissent dans les coins, fument de l'herbe, boivent des litres de bière et font des égoportraits qu'ils envoient sur la toile virtuelle.
Un crissement de freins, l'ouverture des portes automatiques le tira d'un cauchemar. Il était en train d'épouser les thèses du président des États-Unis. Une vitre le séparait d'une dame lisant une revue vegan. Elle portait des lunettes de soleil et ressemblait à la fille qui joue Lolita dans le film de Kubrick. Soudain il tressaillit. Derrière la Lolita se tenait une femme. Il la voyait de profil. Il reconnaissait les traits d'un visage familier, elle avait vieilli, comme lui. Elle portait les boucles d'oreille qu'il avait offertes à Gabrielle il y a près de cinquante ans. Il avait devant lui l'amour de sa jeunesse. Il se leva et se précipita vers la porte de sortie, mais le bus démarrait. Il vit la femme disparaître dans la foule puis le bus obliqua... Il retourna s'asseoir au fond du bus.
Le vol SX021, en provenance de Berlin Tegel, passa au-dessus de la vieille ville.
Les nuages s'étaient dissipés, le soleil commençait à chauffer l'air. Les philadelphus embaumaient, de leur parfum enivrant et entêtant les rues de la ville verte.
L'Été, le bel été s'installait...

Posté par jeanjacques1957 à 21:15 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,

04 juin 2017

Dimanche

Dimanche de Pentecôte
Le temps est propice à une tournée des cafés. Un bouquet, composé de digitales et de pivoines, trône près de la fenêtre du Colonial où un doppio est bu. Un minuscule café servi dans un verre comme à Rome est avalé au Tibits, et, en fin d'après-midi, un cappucino est dégusté à l'Adriano's bar.
Balade urbaine à Bethlehem, quartier populaire de la Ville fédérale.
A la roserai, les iris défleurissent.
Les pivoines , en allemand Pfingstrose, rose de Pentecôte, sont en pleine floraison.
Vers les 4 heures, le ciel était fantastique.

Encore un beau dimanche

Posté par jeanjacques1957 à 22:15 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

03 juin 2017

Pause café II

 

Posté par jeanjacques1957 à 22:15 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :