15 août 2017

L'été russe - ANTÈ 2013

Une bouteille de vin offerte par les voisins du dessous. J'ai arrosé les plantes et les arbustes sur leur terrasse et les tomates dans le jardin.
Vin de bonne qualité pour les repas légers des soirées d'août.

Posté par jeanjacques1957 à 22:15 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,


14 août 2017

L'été russe - La rentrée

Nota Bene: le samedi, Lakevio publie sur son blog la reproduction d'une toile, d'un artiste connu ou moins connu. Cette peinture sert de guide pour une création littéraire. Le lundi, Lakevio donne sa version. Dans les commentaires, ceux qui proposent un texte indiquent l'adresse à laquelle leur prose peut être lue. Il est intéressant de lire ces textes, souvent cousins dans la trame mais tous avec leur caractère et leur style. Lakevio, c'est à cette adresse: www.lakevio.canalblog.com
marc chalme

CANULAR

Deux fous, orgueilleux et sourds aux conseils, brûlent d'impatience d'expérimenter, grandeur nature, la guerre thermonucléaire...

 ... Pendant ce temps, attablé au Colonial bar , Jim sirote des espressi en lisant "Ada", un roman d'Antoine Bello. Les perspectives de cette histoire sont inquiétantes...

 ... Une jeune femme, vêtue d'une robe de couleur vert bouteille, tenant un livre à la main, descend avec nonchalance l'escalier de la maison familiale. Elle lit "L'Exil et le Royaume" de Camus. Copyright Librairie Gallimard 1957, Achevé d'imprimer 4 mars 1957, Dépôt Légal 1er Trimestre 1957...

 ... 4 mars 1957, un peu plus de deux mois après la parution du livre, naissait un humanoïde, qui, soixante ans plus tard, se saoulera d'espressi dans la Ville fédérale. Dans deux autres capitales, les maîtres joueront au jeu de "qui perd gagne" afin de savoir qui déclenchera le premier le cataclysme nucléaire...

 ... Pendant ce temps, la jeune femme à la robe de couleur vert bouteille, cherchait sa mère dans les pièce du rez-de-chaussée. Elle avait trouvé dans le recueil de nouvelles une lettre datée de mars 1967. Elle avait reconnu l'écriture de sa grand-mère et la dessinatrice semblait être sa mère...

 ... A Paris, Lakevio, la célèbre galériste, peaufinait l'accrochage de son exposition automnale. Une entreprise de transport réputée venait de lui livrer un tableau mystérieux. Aucun document n'accompagnait cette peinture. On voyait une jeune femme descendant nonchalamment l'escalier de la maison familiale. Elle tenait dans une main les feuillets d'une lettre. La jeune femme, d'une trentaine d'années, vêtue d'une robe de couleur vert bouteille, cherchait sa mère. Elle voulait des explications concernant un embriolo familial dont elle n'avait eu que des explications de façade et qui était détaillé dans une missive oubliée dans un bouquin. Lakevio décida de placer cette toile mystère à l'entrée de la galerie...

 ... - j'ai placé des notes à mettre au propre de façon à créer une histoire, à côté de votre ordi.
- Bien chef, répondit une jeune femme vêtue d'une robe couleur vert bouteille.
- Il faudra faire un effort. La semaine passée, nous avons fait une audience nulle, votre texte était nul. On a perdu 26% de parts de marché. Encore un faux-pas et nous nous quitterons en bons termes....

 ... Pendant ce temps, Jim pensif imagine Ada, intelligence artificielle, vêtue d'une robe vert bouteille. Selon les magazines de mode, la tendance de l'automne 2017 est à la robe de couleur vert bouteille unisexe...

 ... Dans son bureau paysager, la jeune femme ruminait. Elle ne voulait pas être virée. Elle composa un numéro sur le cadran d'un vieil appareil. Elle murmura dans le combiné: - Allô New-York, je voudrais le 22 à Asnières...

 ... Un feuillet du précieux manuscrit par un curieux courant d'air c'est retrouvé dans la rue. Il a échoué sur le comptoir d'un food truck et a servi de cornet pour une portion de frites...

 - c'est toi Amélie? -Oui, Ada -Je t'envoie le brouillon du patron. Il faut que tu me fasses un texte brillant. Je suis virée au moindre point virgule de travers. - Je ferai mon possible, mais je suis en tournée promotionnelle pour mon nouveau roman qui va sortir.

 

NOTES DE BAS DE PAGE Le début du texte est un gazouillis envoyé dimanche. Le compte Twitter peut être identifié en sachant que deux mots ont un #, guerre et thermonucléaire. L'auteur de ce gazouillis tient un blog où la rêvasserie est de mise. Ce n'est pas @pontifex_in. Le feuillet qui a servi de cornet, gras d'huile et de mayonnaise, est illisible. Il contait la brève arrestation de Lakévio par la police des douanes. Accusée de trafic de tableaux et de séquestration de la mère d'une jeune fille vêtue d'une robe couleur vert bouteille, elle a finalement été lavée de tout soupçon, cette veille de 15 août.

 La canicule a repris son bâton de pèlerin, dans la villa familiale résonne la 7e symphonie de Bruckner jouée par le Symphoniaorchester des Bayerischen Rundfunks dirigé par Eugen Jochum. C'est une oeuvre difficile d'accès, mais après quelques écoutes, elle devient plus familière. Elle évoque l'été.

 Les devoirs de vacances me donne des céphalées. Je vais prendre un cachet. Sur la boîte d'Alka-Seltzer, il est écrit: À prendre à minuit, parce qu'il est minuit à Alka-Seltzer!

 Si le temps le permet et la technique ne s'y oppose pas, les entrées du journal électronique sont mises en ligne à 22h15.

 ... Dans la nuit tombante, une voiture noire, conduite par Jim, ralentit. La glace arrière se baissa. Une jeune femme, vêtue d'une robe couleur vert bouteille se pencha et cria: - Et les chats, vous avez oublié de parler des chats du quartier. La voiture accéléra et se fondit dans la nuit. Furtivement il avait été possible de voir Lakevio, assise à côté de la jeune femme, tapotant sur une tablette. Elle composait les invitations pour son exposition d'automne...

 

(A SUIVRE)

Posté par jeanjacques1957 à 22:22 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,

13 août 2017

L'été russe - Randonnée

Berne - Viège en train (wagon restaurant)
Viège - Visperterminen (1378m) en car postal
Visperterminen - Giw (1960m) en télésiège
Giw - Gibidumpass (2201m) à pied. Une courte randonnée de 2 heures aller et retour.
Le paysage est splendide. On traverse une forêt de mélèzes, pins crochet et épicéas, la flore est variées et les sauterelles et papillons pullulent. C'est un signe de peu ou pas de pollution.
A noter que la vigne la plus haute d'Europe pousse sur le territoire de cette commune jusqu'à 1 150 m. Il s'agit de la variété Heida, qui est autochtone à la région.

ENCORE UN BEAU DIMANCHE!

Posté par jeanjacques1957 à 21:33 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

12 août 2017

L'été russe - Jazz

Demain, les vacances scolaires se termine à Berne...
L'Adriano's bar, le samedi matin, est de nouveau plein comme un oeuf. Par chance, il y avait un bout de table libre...

Samedi soir, c'est jazz...

Robert Leo "Bobby" Hackett (31 janvier 1915 - 7 juin 1976) était un musicien de jazz américain qui a joué de la trompette, du cornet et de la guitare avec les groupes de Glenn Miller et Benny Goodman à la fin des années 1930 et au début des années 1940. Hackett est probablement le plus connu pour être le soliste en vedette sur certains des albums de musique de l'humeur de Jackie Gleason pendant les années 1950.

Bobby Hackett - That midnight touch (1967) Full vinyl LP


Released in 1967 by Project 3 “Total Sound” Records.

A1) My foolish heart   0:00
A2) Laura   3:31
A3) When you awake   6:46
A4) Emily   9:26
A5) I guess I'll have to dream the rest   12:58 
A6) Delishious    16:23

B7) September song   19:50
B8) The touch of your lips   23:14
B9) All too soon   25:24
B10) Nancy   28:44
B11) If you were only mine   31:43
B12) Stars in my eyes   34:57

 

Bobby Hackett - Paradise (Full Album)

Track list:
1 | 00:00 | Bobby Hackett - Oh Baby!  (Owen Murphy)
2 | 02:57 | Bobby Hackett - Cocktail for Two  (Sam Coslow)
3 | 05:54 | Bobby Hackett - Tin Roof Blues  (Mel Stitzel)
4 | 09:10 | Bobby Hackett - I Found a New Baby  (Spencer Williams)
5 | 11:52 | Bobby Hackett - Paradise  (Nacio Herb Brown)
6 | 14:39 | Bobby Hackett - Sunday Coots, Grey  (Jule Styne)
7 | 17:06 | Bobby Hackett - You Are Too Beautiful  (Richard Rodgers)
8 | 20:10 | Bobby Hackett - Fidgety Feet  (Nick LaRocca)
9 | 23:14 | Bobby Hackett - Moma's Gone, Goodbye  (Armand Piron)
10 | 25:59 | Bobby Hackett - Spring Beautiful Spring  (Paul Lincke)
11 | 28:38 | Bobby Hackett - Muskrat Ramble  (Kid Ory)
12 | 31:38 | Bobby Hackett - C'est Magnifique  (Cole Porter)
13 | 33:00 | Bobby Hackett - Blues in My Heart  (King Carter)
14 | 36:45 | Bobby Hackett - It's Wonderful  (George Gershwin)
15 | 40:43 | Bobby Hackett - Basin Street Blues  (Spencer Williams)
16 | 45:21 | Bobby Hackett - That's a Plenty  (Lew Pollack)
17 | 49:50 | Bobby Hackett - New Orleans  (Hoagy Carmichael)
18 | 52:43 | Bobby Hackett - We Kiss in a Shadow  (Richard Rodgers)
19 | 55:49 | Bobby Hackett - Wang Wang Blues  (Wood)
20 | 58:29 | Bobby Hackett - A Room With a View  (Einar A. Swan)
21 | 1:01:46 | Bobby Hackett - Royal Garden Blues  (S. Williams)
22 | 1:04:20 | Bobby Hackett - I'll See You in My Dreams  (Isham Jones)
23 | 1:06:52 | Bobby Hackett - All of You  (Cole Porter)
24 | 1:09:07 | Bobby Hackett - Limehouse Blues  (Philip Braham)
25 | 1:11:50 | Bobby Hackett - Everybody Loved My Baby (But My Baby Don't Love Nobody but Me)  (Spencer Williams)
26 | 1:14:16 | Bobby Hackett - Blues With a Kick  (Stan Applebaum)
27 | 1:17:11 | Bobby Hackett - If I Had My Way  (Lou Klein)
28 | 1:19:50 | Bobby Hackett - Baby Won't You Please Come Home  (Clarence Williams)
29 | 1:22:54 | Bobby Hackett - Thank You for a Lovely Evening  (Jimmy McHugh)
30 | 1:25:31 | Bobby Hackett - (Back Home Again In) Indiana  (Ballard MacDonald)
31 | 1:27:56 | Bobby Hackett - What a Difference a Day Made  (Stanley Adams)
32 | 1:31:00 | Bobby Hackett - Struttin' With Some Barbecue  (Don Raye)

Posté par jeanjacques1957 à 22:47 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

11 août 2017

L'été russe - Court-métrage

Il pleut, encore une journée à se gaver de courts-métrages...

La Boulangère de Monceau
est un moyen métrage français, écrit et réalisé par Éric Rohmer, sorti en France en 1963. C'est le premier volet du cycle des Six contes moraux.

  • Barbet Schroeder : l'étudiant
  • Bertrand Tavernier : la voix du narrateur
  • Claudine Soubrier : Jacqueline, la boulangère
  • Michèle Girardon : Sylvie, la jeune femme
  • Fred Junk : Schmidt, l'ami du narrateur
  • Michel Mardore : un client de la boulangerie

La Boulangère de Monceau | Éric Rohmer | 1963


Une histoire d'eau est un court-métrage français réalisé par Jean-Luc Godard et François Truffaut, sorti en 1958.

Une étudiante essaye de gagner Paris en traversant des zones inondées. Elle est prise en stop par un jeune homme qui entreprend de la séduire.

Réalisation Jean-Luc Godard et François Truffaut
Acteurs principaux

Jean-Claude Brialy, Caroline Dim

Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre court métrage
Durée 12 minutes
Sortie 1958

godard & Truffaut Une.histoire.d'eau.1961.



Pourvu qu'on ait l'ivresse...
est un film français réalisé par Jean-Daniel Pollet, sorti en 1958.

Le film, qui ne comporte pas de dialogues, est composé de portrait de danseurs d'un bal populaire. Parmi ceux-ci, un jeune homme qui essaye trouver une jeune fille avec qui danser...

Pourvu qu'on ait l'ivresse...

Posté par jeanjacques1957 à 22:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


10 août 2017

L'été russe - court-métrage

Paris vu par… est un film collectif français à sketches, sorti le 19 mai 1965. D'une durée totale de 92 minutes, il réunit les courts-métrages de six réalisateurs de la Nouvelle Vague : Jean Douchet, Jean Rouch, Jean-Daniel Pollet, Éric Rohmer, Jean-Luc Godard et Claude Chabrol. Chaque cinéaste y filme une histoire dans un quartier différent de Paris

Les six courts-métrages:
Saint-Germain des Prés
Gare du Nord
Rue Saint-Denis
Place de l'Étoile
Montparnasse et Levallois
La Muette


Gare du Nord
de Jean Rouch couleur 16 min

Synopsis 
Un jeune couple vit modestement dans le quartier de la Gare du Nord (Xe). La jeune femme, ambitieuse, rêve d'une vie meilleure. Après une dispute matinale, elle rencontre par hasard, rue de Maubeuge, un jeune bourgeois qui lui propose de partager avec elle la vie dont elle rêve. La jeune fille hésite mais refuse, l'homme insiste...
Fiche technique
Réalisation : Jean Rouch
Scénario et dialogues : Jean Rouch
Image : Étienne Becker
Son : Bernard Ortion
Distribution
  • Nadine Ballot : Odile
  • Barbet Schroeder : Jean-Pierre
  • Gilles Quéant : L'inconnu
Autour du film 
le court métrage ne comprend que quatre plans dont deux plan-séquence

(Infos extraites de Wikipedia)

Ce film est passionnant. 53 ans après sa sortie, les mêmes questions se posent. Plus que jamais, c'est la loi de la jungle et un fil invisible nous empêche souvent de prendre la clé des champs. Que ferions-nous à la place de l'héroïne?

Encore un jour de pluie, un temps à regarder des courts-métrages...

GARE DU NORD - Jean Rouch - 1964

Posté par jeanjacques1957 à 22:15 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

09 août 2017

L'été russe - Court-métrage

Granturismo est un court-métrage français réalisé en 2000 par Denis Thybaud.

Un divertissement pour ce mercredi pluvieux. la chute est irrésistible...

► Granturismo (court métrage)

Posté par jeanjacques1957 à 22:15 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

08 août 2017

L'été russe - La luna

Hier soir, la lune s'est partiellement éclipsée. Elle flottait au raz des immeubles et des arbres, cachée par des nuages. Plus tard, triomphante, elle paradait dans le ciel, bien en vue, escortée d'ombres nuageuses. Au fil de la nuit le ciel s'est couvert et la pluie a commencé.
La pluie enfin.
Un mardi pluvieux. Une journée passée à boire des cafés...
Le soir, les nuages se sont retirés.
Un ultime café bu au Colonial bar en regardant la Ville fédérale s'enfoncer dans la nuit.
Retour dans un bus bondé de bambins malgré l'heure tardive. Ils dévorent jusqu'à la lie les derniers jours de vacances. Lundi...

Posté par jeanjacques1957 à 22:15 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

07 août 2017

L'été russe - Un été à Cumberland

Nota Bene: le samedi, Lakevio publie sur son blog la reproduction d'une toile, d'un artiste connu ou moins connu. Cette peinture sert de guide pour une création littéraire. Le lundi, Lakevio donne sa version. Dans les commentaires, ceux qui proposent un texte indiquent l'adresse à laquelle leur prose peut être lue. Il est intéressant de lire ces textes, souvent cousins dans la trame mais tous avec leur caractère et leur style. Lakevio, c'est à cette adresse: www.lakevio.canalblog.com

James Durden, été à Cumberland (1925)

Un canapé coudé en toile était adossé à la baie vitrée. Au loin, on voyait un paysage de plaine, de lac au pied de montagnes abruptes. Les couleurs étaient celles d'un été finissant, tirant sur le jaune et l'ocre. Devant le canapé, une table basse nappée de blanc sur laquelle reposait un plateau garni de tasses, soucoupes, théière et coupelles remplies de biscuits signalait au chat, qui ne se trompait jamais en matière de gastronomie, que l'heure du goûter avait sonné. Yvonne et Eva s'assirent de part et d'autre du canapé. Le chat jouait le séducteur, il savait qu'il gagnerait quelques miettes du festin. Un diamant, à la vitesse de 33 tours et demi minute, sillonnait un vinyle.
Le haut parleur situé au-dessus de la machine à café... [Ce plan a été intégré par erreur. Ceux qui suivent l'actualité auront reconnu un fragment de l'Adriano's bar. Le lobby du café a imposé à la production cette fraction de seconde subliminale.] La musique de Mozart emplissait la pièce. Marc arrivé de l'extérieur se tenait dans l'embrasure de la fenêtre ouverte. Yvonne remplit les tasses d'un thé vert japonais de premier ordre, un Sencha No5 de la région de Kagoshima, cueillette 2016, et tendit une tasse reposant sur une soucoupe à chacun. L'Été, le bel été dansait. Vieillissant, il ne tarderait pas à disparaître, rongé par l'automne qui en catimini prenait ses marques. L'image se figea, le mot FIN apparut en surimpression, les lumière se rallumèrent. Trois secondes de silence, qui parurent des siècles, s'égrenèrent avant que les 8000 spectateurs de la Piazza Grande, debout, ne fassent une très longue ovation au film "Un été à Cumberland". Une fois encore, la magie de la place avait agit. La voûte étoilée avait inspiré les spectateurs. Ce qui, selon les rumeurs, devait être un navet, un film de série Z, était un chef-d'oeuvre. Les réseaux sociaux étaient saturés, le public applaudissait depuis une demi-heure. "Un été à Cumberland" semblait bien parti pour obtenir le Léopard d'or. Le 70ème Locarno Festival - Films battait son plein. Il se produisit ce dimanche soir 6 août un événement qu'aucun festivalier n'avait jamais vécu et qui probablement ne se reproduirait pas avant septante ans, le film fut projeté une seconde fois. Minuit sonnait au clocher d'une église voisine de la place. Le chat du film, grisé par le triomphe dévorait des sardines en cachette au "Bar de l'entracte". Il flottait un air de fête sur la Piazza Grande. Le cinéma n'était pas encore mort.

 

NOTES:
Le Locarno Festival-Film se déroule cette année du 2 au 12 août.
En plus des sept salles de cinéma utilisées, la Piazza Grande peut accueillir chaque soir jusqu’à 8 000 personnes. La récompense principale décernée par le jury est le Léopard d'or (Pardo d'oro).
Plus d'infos: https://www.rts.ch/info/culture/cinema/8806501-le-festival-du-film-de-locarno-fete-ses-70-ans.html

(Photos tirées de la toile)

Posté par jeanjacques1957 à 22:48 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

06 août 2017

L'été russe - La truite

Une truite déjantée, une cadence de folie:

La Truite de Schubert


La truite complexée, du grand billard:

Le complexe de la truite Les Frères Jacques


Une truite ivre, un morceau d'anthologie:

raymond devos la truite de schubert


La truite, version lied:

Elisabeth Grümmer "Die Forelle " Schubert


Elisabeth Grümmer chanre "Die Forelle",  D 550
de Franz Schubert
Gerald Moore, piano    

In einem Bächlein helle,
  Da schoß in froher Eil
Die launische Forelle
  Vorüber wie ein Pfeil.
Ich stand an dem Gestade
  Und sah in süßer Ruh
Des muntern Fischleins Bade
  Im klaren Bächlein zu.

Ein Fischer mit der Rute
  Wohl an dem Ufer stand,
Und sah's mit kaltem Blute,
  Wie sich das Fischlein wand.
So lang dem Wasser Helle,
  So dacht ich, nicht gebricht,
So fängt er die Forelle
  Mit seiner Angel nicht.

Doch endlich ward dem Diebe
  Die Zeit zu lang. Er macht
Das Bächlein tückisch trübe,
  Und eh ich es gedacht,
So zuckte seine Rute,
  Das Fischlein zappelt dran,
Und ich mit regem Blute
  Sah die Betrogene an.


La truite swing...

La truite de schubert

Les gangsters du swing, trio jazz


La version de Michèle Arnaud:

La truite de Schubert

Posté par jeanjacques1957 à 23:40 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,