06 avril 2018

Polka rapide

J'aime les polkas rapides... J'aime Vienne.... J'aime les soirs d'orage, quand l'éclair illumine la campagne de sa lumière blafarde... Descendre, à pied, du Kahlenberg jusqu'aux rives du Danube... Les dimanches à Grinzing... Ecrire et lire au café Central (ICI)... Etre envahi par le «Gemütlichkeit», (expression intraduisible)...
99763EF9-B0C7-4325-ABD7-07395F57FBB9Photos de Vienne (archives) croquées il y a longtemps avec mon téléphonne...

Johann Strauss II. - Unter Donner und Blitz (Polka, op. 324)

Posté par jeanjacques1957 à 22:39 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,


05 avril 2018

Stanislas

Livreur

Sur un minuscule téléviseur du siècle passé, les chats du quartier ne se lassent pas de regarder, à longueur de soirée, BB et les Frères Jacques, dans un morceau d'anthologie. L'histoire de Stanislas... N'insistez pas...

Brigitte Bradot - Stanislas

Un coin de ciel au-dessus de la Ville fédérale, vers cinq heures du soir, ce jeudi 5 avril...

1BD41454-0370-4593-B708-2249CCCD2DF4

B916F318-2AFD-41D6-A419-B559A7B14ED3

FA3181D6-7865-4ECA-A68A-FBDF4C3CDA0C

Posté par jeanjacques1957 à 22:15 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , ,

03 avril 2018

Mardi

C’était dans la Neuengasse, près de la fontaine, aux alentours de quatre heures. Un piano droit, un tabouret, deux chapeaux colorés sur le sol, un pianiste, âgé d’un quart de siècle, ou plus, ou moins, se tenant bien droit sur le siège à trois pieds, jouait une valse. Il regardait tristement les chapeaux, espoirs d’un dîner, qui restaient vides.
Plus tard, un pluie fine s’est mise à tomber. Au-dessus des conversations en dialecte bernois, une voix forte, féminine, a dit à sa fille ou petite-fille, “Quand il pleut et que le soleil brille, il y a un arc-en-ciel quelque part.” 
Les coupoles de Palais fédéral bouchent l’horizon. Les embrouilles politiques empêchent de voir le ciel aux sept couleurs.
Encore plus tard, sur la Place de la gare, un gars, habillé tout en noir, jouait du cor des Alpes. Un cor tout blanc. Un drapeau suisse est suspendu au milieu de ce long instrument façonné en bois, qui fait partie de la famille des cuivres. Un enfant met des pièces dans un petit panier en osier. Pour remercier, le joueur offre une modulation des notes. L’enfant fait un signe de la main. Le son du cor, dans ce milieu urbain, fait resurgir mon passé paysan. C'est la minute de frissons qui s'échinent à parcourir mes souvenirs.
La circulation est dense, c’est l’heure des rentrées. Je saute sur mon vélo et, mêlé à un peloton de passage, je disparaît du côté de Hirschengraben... Une courte descente avant une rude montée...

Posté par jeanjacques1957 à 22:15 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :

02 avril 2018

Lundi de Pâques - Concert

En fin d'après-midi, concert à l'Eglise française de Berne. Au programme, "Les Sept dernières paroles du Christ en Croix" de César Frank et la "Messa di Gloria" de Puccini. Sur la scène, L'ocb Oratorienchor Bern, le Berner Symphonieorchester BSO, la soprano suédoise, Malin Hartelius, le ténor Sud coréen, Carlo Jung-Heyk Cho, la basse/baryton Néozélandaise, Martin Snell et la pragoise Olga Pavlu à la baguette.
Le concert à également été joué hier.
 "Les Sept dernières paroles du Christ en Croix" de César Frank a été une belle découverte. J'ai aimé la 2e parole "Amen, dico tibi" et la 4e "Deus meus, ut quid dereliquisti me ?" avec un accompagnement à la harpe.
Le ténor à manqué sa prestation. Il la manquera aussi dans la "Messa di Gloria". Puccini a commencé par écrire de la musique religieuse avant de composer des opéras. Il a composé la Messe à 22 ans. Cette musique donne le ton de ce que sera la musique de Puccini. La musique de cette Messe est assez "opératique". C'est également une découverte. Cette oeuvre est rarement jouée.
A la fin du concert, le public à chaleureusement applaudi les artistes.

8A40E69B-9EB9-4108-ADB3-9CBDD21606E6


César Franck: Les Sept dernières paroles du Christ en Croix

César Franck (1822-1890)

Les Sept dernières paroles du Christ en Croix

I  Prolog: O vos omnes, qui transitis per viam 0:00
II 1. Pater, dimitte illis 4:49
III 2. Amen, dico tibi 10:28
IV 3. Mulier, ecce filius tuus 14:45
V 4. Deus meus, ut quid dereliquisti me ? 21:40
VI 5. Sitio! Dederunt ei vinum bibere cum felle mixtum 25:25
VII 6. Consummatum est. 32:10
VII 7. Pater, in manus tuas commendo spiritum meum 37:40

Edith Wiens, soprano
Raimundo Mettre, tenor
Thomas Pfeiffer, baritone
Ivo Ingram, bass

Philharmonie Schwäbisch Gmünd (Chor und Orchester)
Conducted by Hubert Beck
21. Nov 1979

Giacomo Puccini - Messa di Gloria for solo voices, choir and orchestra

1:06 Kyrie
6:15 Gloria
26:59 Credo
42:06 Sanctus - Benedictus
45:28 Agnus Dei
Rafał Bartmiński - tenor
Wojciech Gierlach - bas/bass
Henryk Wojnarowski - dyrygent/conductor
Orkiestra i Chór Filharmonii Narodowej
Warsaw Philharmonic Orchestra & Choir
koncert zarejestrowano 17 listopada 2016 w sali koncertowej Filharmonii Narodowej
recorded at Warsaw Philharmonic Concert Hall, November 17, 2016

Posté par jeanjacques1957 à 22:56 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

01 avril 2018

Joyeuses fêtes de Pâques

Trauffer - Sennesinger


Balade dans la Ville fédérale, en fin de journée...
Café et lecture de la presse dominicale à l'Adriano's bar.

844674DA-D64A-4BD2-89C7-5DB6E8CB825B

Posté par jeanjacques1957 à 22:46 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,


31 mars 2018

Jazz du samedi soir - Lignières

JAZZ
James Stanley Hall
(né à Buffalo dans l'État de New York le 4 décembre 1930 et mort à New York le 10 décembre 2013) est un guitariste américain de jazz.

Jim Hall - Jazz Guitar |FULL ALBUM|

Guitar -- Jim Hall
Bass -- Red Mitchell
Piano -- Carl Perkins

Recorded in LA, Pacific Jazz Records: 1957
Released: 1959

1. 00:00 "Stompin' At The Savoy"
2. 04:03 "Things Ain't What They Used To Be"
3. 09:50 "Thanks For The Memory"
4. 15:03 "Tangerine "
5. 18:57 "Stella By Starlight"
6. 22:08 " 9: 20 Special"
7. 27:49 "Deep In A Dream"
8. 32:21 "Look For The Silver Lining"
9. 35:35 "Seven Come Eleven"
10. 39:28 "Too Close For Comfort"

Oeufs de Pâques
2479B01C-B894-443F-A8EC-90141EAE3FA4

Chanson

Léo Ferré - La mémoire et la mer


JAZZ

Joe Pass est le nom de scène de Joseph Antony Jacobi Passalaqua, guitariste de jazz américain d'ascendance sicilienne, né le 13 janvier 1929 à New Brunswick dans le New Jersey (États-Unis) et décédé le 23 mai 1994 à Los Angeles, Californie (États-Unis).
Il a souvent été surnommé le « Art Tatum de la guitare ». Il est vrai que son jeu de guitare en solo s'apparente à celui du célèbre pianiste.

Joe Pass - Virtuoso (1973).

01.Night and Day (Cole Porter)...(00:00)
02.Stella by Starlight (N.Washington/V.Young)...(03:42)
03.Here's That Rainy Day (J.Burke/J.Van Heusen)...(08:59)
04.My Old Flame (S.Coslow/A.Johnston)...(12:40)
05.How High the Moon (N.Hamilton/M.Lewis)...(18:03)
06.Cherokee (Ray Noble)...(23:09)
07.Sweet Lorraine (C.R.Burwell/M.Parish)...(26:50)
08.Have You Met Miss Jones? (L.Hart/R.Rodgers)...(31:05)
09.'Round Midnight (B.Hanighen/T.Monk/C.Williams)...(35:53)
10.All the Things You Are (O.Hammerstein II/J.Kern)....(39:35)
11.Blues for Alican (Joe Pass)...(43:40)
12.The Song Is You (O.Hammerstein II/J.Kern)...(49:13).

Biréli Lagrène est un guitariste de jazz français né le 4 septembre 1966 à Soufflenheim dans le Bas-Rhin en Alsace dans une famille de tradition manouche

Bireli Lagrene Ensemble - Bireli Swing '81 (full album)

Side A:
B.L. - 00:00
Swing Valse - 03:20
Djangology - 05:14
Bireli Hi Gogoro - 08:08
Lady Be Good - 10:07
Thundering Noise - 13:01

Side B:
September Song - 19:30
Schwarze Augen - 23:54
Carlos - 28:02
Limehouse Blues - 31:44
Nuages - 34:30
How High The Moon - 38:16

Posté par jeanjacques1957 à 22:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

29 mars 2018

Un café ?

Il pleut... C'est l'heure du café. Il est presque 4 heures. Les enfants des étages du dessous sont de retour de l'école. Des cris joyeux emplissent la cage d'escalier.
Dans l'optique de réaliser un court documentaire sur l'objet de tous mes désirs, la cafetière italienne, j'ai fait un essai. Cette vidéo de 1 minutes 37, à la gloire du café, ne peut pas être diffusée sur ma chaîne Youtube. La musique qui l'accompagne en est la cause. J'ai donc twittwer ce morceau de film. Il suffit d'un coup de clic à l'adresse ci-dessous pour voir les images animées. Petit détail technique, faire apparaître la barre d'infos au bas de l'image en balayant le pictogramme et actionner le son. Le film est parlant!
"Bonne dégustation" comme on dit dans les restaurants qui ont des étoiles dans leur carte.

FC6626B0-4768-426E-B6E0-F715B7394C61


Le film:

https://twitter.com/jjacquesportner/status/974593059806765057?s=21

Posté par jeanjacques1957 à 15:45 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,

26 mars 2018

Improbable improvisation...

Nota bene: le vendredi, Lakevio publie sur son blog la reproduction d'une toile, d'un artiste connu ou moins connu. Cette peinture sert de guide pour une création littéraire. Le lundi, Lakevio donne sa version. Dans les commentaires, ceux qui proposent un texte indiquent l'adresse à laquelle leur prose peut être lue. Il est intéressant de lire ces textes, souvent cousins dans la trame mais tous avec leur caractère et leur style.Lakevio, c'est à cette adresse: (ICI)

Séduction
nicolas ordinet
Nicolas Ordinet

Texte libre

La belle histoire du lundi


Le haut-parleur, "Les passagers à destination de Bruxelles, vol SABENA 221, sont priés de se rendre porte numéro 14."

Elle, assise au bar, la pointe de ses chaussures à talon posée sur l'armature consolidant le tabouret, un tabouret dit de bar, "Dans trois heures je serai chez moi. Repassage et aspirateur, récupérer les enfants chez la voisine, préparer le souper."

Lui, en costume foncé, les chaussures posée à plat sur le bas du tabouret de bar, sirote une limonade, "Il faudra que je boucle mon article pour mercredi"

La piste est sèche. Le ciel est couvert. Le printemps lutte contre les derniers soubresauts de l'hiver. Un Boeing 707, de la Pan Am, passe au ralenti devant les fenêtres du bar de l'aéroport. Il arrive de New York.

L'autre, également en costume foncé, les coudes appuyés sur le bar, fume une "Gitane" et boit à petite gorgée une bière, il est à gauche, dans le plan, en amorce, "Mon voisin tente de séduire la seule femme de ce bar. Je ne vais pas tarder à mettre mon grain de sel."

Elle, tout en dialoguant avec lui, boit un bloody mary et regarde l'autre, celui qui est en amorce dans le plan, "Mercredi je dois emmené Gabrielle chez le médecin pour un contrôle".

Le haut-parleur, "Les passagers du vol Pan Am 809, en transit pour Berlin, sont priés de se rendre à la salle d'attente 3.

A ce moment-là, la belle histoire du lundi, tourne au cauchemar. Des alarmes retentissent de partout. Le cerveau, surchargé de travail annonce une panne d'écriture qui débouche sur une page blanche. Une page immaculée de plus. Au fil des débuts de semaine, le néant s'accumule. Un livre blanc pourrait être édité en fin d'année.

La maîtresse, "Je ramasse les copie dans dix minutes".

Dix minutes pour finir le bloody mary, courrir à la porte no 8, pour embarquer sur le vol SR349 à destination de Zurich et dénouer l'intrigue entre Lui, Elle, l'autre, la piste et le haut-parleur situé au-dessus de la machine à café. Le haut-parleur situé au-dessus de la machine à café, mais l'histoire n'aurait donc jamais décollé de l'Adriano's bar*?
Un couple s'embrasse, le serveur astique les verres, il est bientôt minuit, l'heure de fermeture.

*Les habitués savent que l'Adriano's bar est en plein centre de la Ville fédérale, en face du Zytglogge.

Pour réussir un Bloody mary

  • 4 cl de vodka
  • 12 cl de jus de tomate
  • 0,5 cl de jus de citron
  • 0,5 cl de sauce Worcestershire
  • 2 gouttes de sauce Tabasco, piment de Cayenne, pili-pili, raifort, poivre, sel…
  • Sel au céleri

Posté par jeanjacques1957 à 23:22 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

24 mars 2018

Samedi soir c'est jazz... Smile...

Nat King Cole - Smile

Smile est une chanson à partir d'une musique de Charlie Chaplin, qui est le thème de la romance du film Les Temps modernes, sorti au cinéma en 1936. Cette musique à la base était sans paroles.
Plus tard, en 1954, John Turner (en) et Geoffrey Parsons (en) lui ajoutèrent des paroles et lui donnèrent le titre de Smile (« Souris » en français). Nat King Cole enregistra la chanson, qui fut ensuite reprise par de nombreux interprètes comme Judy Garland, Dalida (sous le titre Femme), Diana Ross, Michael Jackson (cf : infra), par Robert Downey Jr. sur l'album The Futurist en 2004 (également inclus sur la bande originale du film Chaplin), par Janelle Monáe en 2008 sur l'album Metropolis: Suite I (The Chase), ou encore par Hugh Coltman sur son album Shadows.
Dernières versions en date, celles de 2017 de Gregory Porter sur son album Nat "King" Cole & Me et de Seal sur son album Standards.
(Extrait de Wikipedia)

Smile Judy Garland (Charles Chaplin Modern Times 1936)

Martina McBride - Smile


La première des "Temps modernes" le 5 février 1936

Chaplin Modern Times 'non-sense song'

Le jardin de Lignières ce samedi, un coin de ciel à Neuchâtel et le coucher de soleil dans la Ville fédérale...
B8B8307C-9764-4418-9D55-671FABE67758
2E4B9225-9E7D-4D60-B0DF-5801D512DEB7

Samedi soir, c'est jazz

Ella Fitzgerald Duke Ellington Duke's Place C Jam Blues 1966


Les Montgomery Brothers est un trio de jazz, composé des frères Wes Montgomery (guitare électrique, 1923-1968), Buddy Montgomery (piano, vibraphone, 1930-2009) et Monk Montgomery (basse électrique, contrebasse, 1921-1982).
Au cours des années 1950, ils étaient membres du Montgomery-Johnson Quintet avec Alonzo Johnson et Robert Johnson. De 1957 à 1960, ils ont enregistré comme The Mastersounds, puis comme les frères Montgomery.

The Montgomery Brothers - Groove Yard [Full Album], 1961

Bock to Bock (Buddy) - 0:00
Groove Yard (Carl Perkins) - 6:48
If I Should Lose You (Ralph Rainger/Leo Robin) - 9:52
Delirium (Harold Land) - 15:45
Just For Now (Buddy) - 19:25
Doujie (Wes) - 24:25
Heart Strings (Milt Jackson) - 29:04
Remember (Irving Berlin) - 33:43

Wes Montgomery - Guitarra
Buddy Montgomery - Piano
Monk Montgomery - Contrabajo
Bobby Thomas - Batería


Charles « Charlie » Christian est un guitariste de jazz américain né à Bonham, aux États-Unis, le 29 juillet 1916. Son père était guitariste et ses frères étaient également musiciens. Christian est avant tout connu pour avoir donné à la guitare électrique une place de choix dans la musique jazz, à titre d’instrument soliste. Il est également connu pour son travail au sein du sextuor de Benny Goodman et pour ses contributions aux sessions du Minton's Playhouse qui auraient donné naissance au Bebop. Sa carrière professionnelle fut de très courte durée : sa carrière régionale en Oklahoma dura de 1934 à 1939 et sa carrière nationale avec Benny Goodman dura de 1939 à 1941. Il mena un long combat contre la tuberculose qui le força à arrêter ses activités au mois de juillet 1941, quand il fut admis à l’hôpital Bellevue à New York. Le 2 mars 1942, il décéda à l’hôpital Seaview, New York, des suites d'une pneumonie.

Charlie Christian (Full álbum)



The Dukes of Dixieland est un groupe de style " Dixieland " de la Nouvelle-Orléans , formé à l'origine en 1948 par les frères Frank Assunto, trompette; Fred Assunto, trombone et leur père Papa Jac Assunto, trombone et banjo. Leurs premiers disques ont comporté Jack Maheu, clarinette; Stanley Mendelsohn, piano; Stanley Mendelsohn, piano; Tommy Rundell, drums; Tommy Rundell, batterie; and Barney Mallon, tuba and string bass. et Barney Mallon, le tuba et la contrebasse. Au cours de ses tournées, le groupe a également présenté des musiciens tels que le grand clarinettiste de jazz Pete Fountain , Jerry Fuller, Jim Hall et Herb Ellis. Le groupe a également enregistré avec Louis Armstrong.

THE DUKES OF DIXIELAND

1. South Rampart  Street  Parade
2.  Down Yonder
3.  Washington and  Lee Swing
4.  Robert  E. Lee  Toot Toot  Tootsie
5.  Tailgate  Ramble
6.  Farewell  Blues
7.  High Society
8.  Clarinet  Marmalade
9. When My Sugar Walks Down The Street
10. Hot Time  in the Old Town Tonight
11.  Darktown  Strutters  Ball
12.  Alabama  Jubilee

20 mars 2018

1968 - 2018, mon journal a 50 ans...

Belle journée, fraîche, avec une bise assez présente.
A 17h15, heure de Paris, c'est l'équinoxe de printemps. Le printemps astronomique commence par un froid intense!
Les beaux jours qui commencent, annoncent aussi le retour des grues. Ces élégants échassiers sont nombreux dans la Ville fédérale...
B966FF65-D77B-49D9-A017-EB93A815A17F

Aujourd'hui, c'est l'anniversaire de mes carnets, des mes plumes. Je fête mes 50 ans de diarisme. 20 mars 1968 - 20 mars 2018...

003

J'avais 10 ans, 10 mois et 10 jours quand j'ai commencé cette aventure. Je n'imaginais pas à cette époque là, que le diarisme passerait du papier à la virtualité. Je n'imaginais même pas tenir 50 ans. Quel vertige cela procure... (ICI)

Champagne

Jacques Higelin - Champagne.

 

Posté par jeanjacques1957 à 17:15 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,