29 novembre 2016

Zibelemärit

Zibelemärit

Lundi, 28 novembre 2016

 

Le 4e lundi de novembre , la Ville fédérale est en fête. C'est le Zibelemärit. Un marché aux oignons réputé qui attire les foules de toutes la Suisse et même d'au-delà. 

 

Les Bernois aiment s'y retrouver avant l'arrivées des visiteurs. Les transports publics fonctionnent un heure plus tôt que les jours normaux.A partir de 4 heures, les badauds, chaudement habillés, admirent les stands richement décorés. L'oignon est utilisé dans un florilège de décoration. On boit du vin chaud, on mange des tartes ou des soupes à l'oignon. Les plus hardis dégustent une fondue ou boivent du sekt dans des flûtes en plastiques. Les enfants font des batailles aux confetti.

 

Quand le jour se lève, les Bernois vont travailler tandis que les trains arrivant des quatre coins cardinaux amènent dans la capitale un flot de visiteurs...  

Posté par jeanjacques1957 à 22:15 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,


28 novembre 2016

Zibelemärit

john mckenzie_photo2
John McKenzie

 

Nota Bene: le samedi, Lakevio publie sur son blog la reproduction d'une toile, d'un artiste connu ou moins connu. Cette peinture sert de guide pour une création littéraire. Le lundi, Lakevio donne sa version. Dans les commentaires, ceux qui proposent un texte indiquent l'adresse à laquelle leur prose peut être lue. Il est intéressant de lire ces textes, souvent cousins dans la trame mais tous avec leur caractère et leur style. Lakevio, c'est à cette adresse: www.lakevio.canalblog.com.

 

ZIBELEMÄRIT

Une salve de cris de canards envahi la pièce. Le téléphone portable clignotait et indiquait 04H10. La bise qui s'était levée la veille, s'engouffrait dans la chambre par l'oeil de bœuf entrouvert. Il faisait froid, nuit et, l'envie de se lever n'était pas au rendez-vous. Il se retourna dans le lit bien chaud et renonça à quitter la couette. C'était son jour de congé. Sur la table de chevet, un agenda était ouvert à la page du 28 novembre. Une note, laconique, écrite à l'encre bleue royale, indiquait: Zibelemärit. 
Les minutes passaient. Le silence régnait, troublé par intermittence par les rafale de bise.
Soudain, il se leva. Un appel irrésistible l'avait saisi , il fallait y aller. Il s'habilla chaudement et sorti. Il enfourcha sa bicyclette et, à grand coups dans le pédalier, se dirigea vers la gare. La bise le tirait peu à peu du sommeil. La pendule de la gare marquait cinq heure dix, quand il gara son vélo. Il y avait déjà foule dans le centre ville. Le quatrième lundi de novembre, se tient, dans la Ville fédérale, le "Zibelemärit" (marché aux oignons). Les Bernois aiment y aller avant de partir pour leur travail. A partir de quatre heures, on boit du vin chaud, mange des tartes ou des soupes à l'oignon, les enfants font des batailles de confetti. Les stands, éclairés au siècle passé par de petits lumignons ou des bougies, proposent des tonnes d'oignons. De nos jours, l'éclairage électrique permet au visiteurs matinaux de photographier l'oignon sous toutes ses coutures. 
Il se dirigea vers la Place fédérale. Il n'était pas venu depuis plusieurs années. Il marchait comme un automate. Il semblait ne rien voir de la fête. Il s'engagea dans une petit rue qui permettait de gagner le centre. Il s'arrêta. Devant lui, une rue qu'il ne connaissait pas. Il s'avança. Les maisons étaient délabrées. Sur une plainte en bois il pouvait lire EPICERIE. Des planche de bois en cachait l'accès. La rue baignait dans la grisaille. Le silence était total. Il se dirigea vers l'épicerie, tourna à gauche et se perdit dans un labyrinthe de ruelles. Tout semblait abandonné. Son coeur battait la chamade. L'architecture ne ressemblait pas à celle de la Ville fédérale. Il n'y avait pas de quartier abandonné dans la capitale. Une ombre disparu au détour d'une rue. Il hâta le pas dans l'espoir de rencontrer quelqu'un. Dans ce décor figé, il n'y avait pas âme qui vive. Il se sentait oppressé. Il voulu fuir, mais il ne reconnaissait rien, c'était un dédale de ruelles baignant dans une lumière grise. Il remarqua une flèche tracée à la craie rouge, il suivi la direction indiquée. Il lui sembla avoir senti un souffle. Il devait être près de la sortie. Un cris retenti. Il se retourna. Une lueur vacillait à l'étage d'un immeuble. Il hésita, entra dans la maison. Tout était abandonné, à moitié en ruine, désert, mais il ne voyait pas une trace de poussière. Seule une commode meublait la pièce. Une lueur jaunâtre éclairait une tache blanche. Il s'approcha. C'était une enveloppe. Il sursauta. Un léger souffle avait soulevé l'enveloppe. Instinctivement, il saisi la missive et la fourra dans la poche de sa veste. La lueur s'estompa. Il sorti rapidement de la maison. Une panique le saisi. Il fallait qu'il sorte. Il se mit à courir. Tout se ressemblait, impossible de savoir quel chemin suivre. Il était en sueur. Un éclair violent, l'espace d'une seconde éclaira un coin de rue qui lui était familier. Il se retrouva dans la rue qu'il avait quitté tout à l'heure. Il s'appuya contre le mur. Un gamin le bouscula. Il senti que le chenapan se saisissait de l'enveloppe. Il tenta de le rattraper, mais ce fut plus qu'une ombre qui agitait l'enveloppe. Puis tout disparu. Il se massa la nuque. Il consulta son téléphone pour savoir l'heure. En fond d'écran, il y avait un tableau représentant une rue abandonnée. Sur la devanture de ce qui avait du être une épicerie, quelques mot étaient tracés à la craie rouge: MERCI DE NOUS AVOIR AIDÉS.

Posté par jeanjacques1957 à 10:07 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , ,

27 novembre 2016

Premier dimanche de l'Avent

Illuminations de Noël dans le village des vacances de mon enfance, Lignières (photos prisent avant-hier, vendredi 25 novenbre 2016).

Gilbert Becaud - L'enfant a l'etoile

 

Gilbert Becaud - L'enfant a l'etoile part 2

Posté par jeanjacques1957 à 22:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

26 novembre 2016

Nouveautés littéraires

Hier, lors de mon passage à La Chaux-de-Fonds, la ville de mon enfance, je n'ai pas résisté, j'ai couru à La Méridienne. Une librairie indépendante, qui a pignon sur rue depuis 20 ans. Elle est installée près de la Place du marché. Je voulais acheter "Journal berlinois 1973-1974" de Max Frisch, traduit de l'allemand par Camille Luscher aux Éditions ZOÉ. C'est sorti en octobre. Finalement, j'ai encore pris trois autres nouveautés, sorties entre septembre et novembre; Une vie de facteur, de Jean-Jacques Kissling, L'élève Gerber de Friedrich Torberg et Trois saisons à Venise de Mathias Zschokke. C'est rare que je me procure les dernières parutions qui inondent les librairies. En revanche je ne résiste pas d'aller rêvasser dans les librairies qui aont sur mon chemin.  Pour la lecture, je pioche dans ma bibliothèque. Constituée il y a plus de 20 ans, je suis toujours un peu en décalage.  Pour faire vivre les livres, il faut les lire et le relire...

Posté par jeanjacques1957 à 22:15 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

25 novembre 2016

La Tchaux

Bref passage à La Chaux-de-Fonds, la ville de mon enfance...

Posté par jeanjacques1957 à 23:41 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,


24 novembre 2016

24 novembre

La Ville fédérale se pare de lumière. Noël approche à pas de géant...
Au bout de la rue, on distingue vaguement les contours de 2017...

Posté par jeanjacques1957 à 22:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

23 novembre 2016

Coupure de presse

Le journal berlinois, de Max Frisch, vient de paraître en français chez ZOÉ.
Le quotidien Le Temps a consacré un article à cet événement, samedi 19 novembre 2016 dans son supplément littéraire.
(La photo est "découpée" dans cet article)

Par ces nuits froides de Fin des temps, la musique de Mozart réjoui les âmes. Par exemple, le concerto pour piano No 21 K.467 dans la version Pollini - Muti et l'orchestre philarmonique de la Scala, en 2004. ( http://youtu.be/i2uYb6bMKyI )

Mozart: Piano concerto n. No. 21 in C major, K.467 Pollini-Muti

Orchestra filarmonica della Scala
Maurizio Pollini
Riccardo Muti
2004

 

21 novembre 2016

VARIATIONS SUR UN POÈME DE PRÉVERT

"Rappelle-toi Barbara
Il pleuvait sans cesse sur Brest ce jour-là"
Un haut parleur planté sur la place diffusait, dans un grésillement, une annonce presque inaudible: -La jeune fille qui est ravie, ruisselante, épanouie sous la pluie est priée de ne pas s'éloigner de la file des parapluies. Merci.
-Qui se souvient de Barbara? Et puis il y a tellement de Barbara. 
-Je crois que Georges sortait avec une Barbara, dans les années 1950, du côté de Brest.
Il pleuvait sans cesse, et, rue de Siam, c'était un océan de parapluie. 
Soudain, un cris dans la foule: -Barbara.
-Georges sortait avec Barbara. Et tu ne m'a rien dit!
-C'était avant guerre. Ça a commencé rue de Siam. 
Un chat des villes, d'une voix de ténor déclamait des vers: -Quelle connerie la guerre.
-Et ils se sont revus?
-Qui?
-Georges et Barbara
Il pleuvait, le bateau d’Ouessant lança un coup de sirène, puis Barbara embarqua. 
-Quelle connerie la guerre, reprenait en coeur une famille de souris.
-Je crois que la guerre les a séparé. 
-Et Georges...
-Il est mort en avril 1974. Il était gravement malade.
-Et sa femme?
-Claude, elle a été veuve plus de 30 ans. Elle est morte, je crois en été 2007. 
Le haut parleur hurla: -Je rappelle à Barbara de regagner immédiatement la file des parapluies. C'est intolérable d'être ravie, épanouie, ruisselante sous la pluie.
Un juron s'échappa d'une fenêtre ouverte: -Tonnerre de Brest!
-Voyons, capitaine, voyons... S'indigna un petit homme à barbichette.
Il pleuvait sans cesse ce jour là.  
Rue de Siam, sous un porche, une jeune femme donnait le sein à sa petite Barbara.
Des avions s'approchaient, déluge de feu et de sang...
"Rappelle-toi Barbara
Il pleuvait sans cesse sur Brest ce jour-là".

"Barbara" est un poème de Jacques Prévert. On le trouve dans le recueil "Paroles". Il est le squelette de ces variations...
 
Nota Bene: le samedi, Lakevio publie sur son blog la reproduction d'une toile, d'un artiste connu ou moins connu. Cette peinture sert de guide pour une création littéraire. Le lundi, Lakevio donne sa version. Dans les commentaires, ceux qui proposent un texte indiquent l'adresse à laquelle leur prose peut être lue. Il est intéressant de lire ces textes, souvent cousins dans la trame mais tous avec leur caractère et leur style. Lakevio, c'est à cette adresse: www.lakevio.canalblog.com

Posté par jeanjacques1957 à 23:39 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , ,

20 novembre 2016

Fin des temps - La ballade de l'aéroport

De Wabern à l'aéroport de Belp-Berne, en passant par le bord De la Gurbe...
Les nuages, passent entre les Alpes, formant des cascades puis s'éffilochent. C'est le Foehn, vent chaud, venu du sud, qui façonne les merveilleux nuages en ces longues trainées ouateuses. 
La balade se fait sous le ciel bleu. Les corneilles donnent un concert. C'est un répertoire de musique futuriste.
Quelques buissons, piégés par une météo en dent de scie,  fleurissent avec plusieurs mois d'avance.
A midi, le vol à destination d'Amsterdam, s 'élance dans les airs.
Plus tard, les passagers débarquant de l'avion en provenance de Vienne, auront les Alpes à portées d'yeux...
ENCORE UN BEAU DIMANCHE DE FIN DES TEMPS... 

Posté par jeanjacques1957 à 22:15 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

19 novembre 2016

Fin des temps

J'aime la période située entre la chute des dernières feuilles et la première chute de neige. Les flocons mettront un terme à cette période magique, appelée, dans les pays germaniques, "la fin des temps". Nous entreront alors dans l'hiver.

MODE D'EMPLOI
de haut en bas
Café à l'Adriano's bar après les courses faites au marché. Les sacs sont remplis de choux rouges et blanc, de carottes de couleurs et de variétés différentes,  de brocoli, de choux-fleur, de concombre,  de châtaignes, d'os à moelle, d'un poulet, de côtes de sanglier,  de crosnes,  de choux de Bruxelles, de la doucette ( mâche ou rampon  selon les région), une courge hokkaido, d'un filet de saumon et de patates...
Dans le quotidien "Le Temps", daté de samedi 19 novembre 2016 , un article est consacré à Alberto Giacometti. Une exposition exceptionnel  se tient au Kunsthaus de Zurich http://www.kunsthaus.ch/fr/expositions/
Une partie de l'article parle aussi d'une exposition qui se déroule au musée Picasso à Paris. Une confrontation des oeuvres de Picasso et de Giacometti. Une longue amitié, d'une vingtaine d'année à unis les deux artistes, elle s 'est interrompue par une brouille .
 Cette huile sur toile, peinte par Picasso en 1931, intitulée "femme lançant une pierre", me plait. On voit la pierre et on distingue la femme...
Feuille morte
Il cielo

Posté par jeanjacques1957 à 22:15 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,