11 novembre 2017

Samedi soir de pluie... Samedi soir, c'est jazz

Johnny Hodges - Passion Flower


Il pleut depuis ce matin. Une pluie froide et impersonnelle.Il est bientôt 22 heures, le silence règne dans le quartier. Les chats, pour descendre en ville, ont commandé des "Uber"; ils détestent l'humidité. Un mouche de bonne taille, cherche une sortie. C'est le seul bruit. Un bruit de bombardier B-52. Au sujet de la mouche je pense à une réplique de Coluche: "Une mouche dans un avion. Feignante!"
Le café ne va pas tarder de couler à flot. Pour l'instant c'est un thé bourbon qui est ingurgité. Un thé au goût de vanille. Sur l'électrophone, tourne, à vitesse moyenne, une musique de Schubert. Il s'agit du trio pour piano no1 dans la version Fournier/Janigro/Badura-Skoda. Une partition qui donne la chair de spleen. Aussi, pourquoi écouter du Schubert, un samedi soir de pluie, en plein novembre... Optimiste, je garde toujours espoir, Schubert, c'est joyeux. Ce n'est qu'une illusion, une infinie tristesse se dégage de ce trio no1 (ICI). La musique est magnifique, elle nous saisit et nous englue dans les portées.
Quand le deuxième mouvement arrive, on frisonne. Je jure que Schubert, c'est fini, plus jamais. Mais, c'est trop tard. Il n'existe pas de vaccin... Le café ne fera qu'aggraver ce spleen qui flotte dans la cuisine. Si on veut une dose proche de la mortalité, on se branchera sur le quintet en do majeur op. 163, D. 956. Attention, les non initiés risquent une overdose des sens...

Adieu donc
Enfants de mon coeur

Schubert-Quintet in C Major op. 163, D. 956 (Complete)

Isaac Stern: violon - Alexander Schneider: violon - Milton Katims: alto - Pablo Casals:violoncelle - Paul Tortelier: violoncelle - Prades,1952



THE KING

Elvis Presley - Blueberry Hill

CINÉMA
https://www.youtube.com/watch?v=G0i3yj0kxPg

CHANSON

Jean Ferrat - On ne voit pas le temps passer


DOCUMENT

Jacques Prévert à propos de La pluie et le beau temps


À LA TURQUE

Amadeus • Rondo Alla Turca • Wolfgang Amadeus Mozart

LES FEUILLES MORTES
Oh je voudrais tant que tu te souviennes
Des jours heureux où nous étions amis
En ce temps là, la vie était plus belle
Et le soleil plus brûlant qu'aujourd'hui

Les feuilles mortes se ramassent à la pelle
Tu vois je n'ai pas oublié
Les feuilles mortes se ramassent à la pelle
Les souvenirs et les regrets aussi

Et le vent du nord les emportent
Dans la nuit froide de l'oubli
Tu vois, je n'ai pas oublié
La chanson que tu me chantais

C'est une chanson, qui nous ressemble
Toi tu m'aimais, et je t'aimais
Et nous vivions tout les deux ensemble
Toi qui m'aimais, moi qui t'aimais

Mais la vie sépare ceux qui s'aiment
Tout doucement sans faire de bruit
Et la mer efface sur le sable
Le pas des amants désunis

Les Feuilles Mortes_Yves Montand à l´Olympia

JAZZ

Slim Gaillard (Bulee « Slim » Gaillard, 4 janvier 1916 à Détroit - 26 février 1991 à Londres) est un chanteur de jazz, auteur-compositeur, pianiste et guitariste, connu pour ses vocalese et sa langue imaginaire qu'il baptise "Vout" (dont il fait un dictionnaire, en plus des huit langues qu'il maîtrisait)

Slim Gaillard, 1963

Slim Gaillard - Communication

 

Hellzapoppin' (1941) - Slim Gaillard & Slam Stewart - The Harlem Congeroos

 

Cabell « Cab » Calloway III (né le 25 décembre 1907 à Rochester, mort le 18 novembre 1994 à Hockessin) est un chef d'orchestre et chanteur de jazz américain.

Jumpin Jive - Cab Calloway and the Nicholas Brothers

 


01 novembre 2017

Novembre...

 Mozart pour apaiser les tristesses de l'âme...

Mozart - Piano Concerto No. 27 in B-flat major, K. 595 (Mitsuko Uchida)

Posté par jeanjacques1957 à 22:15 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

26 septembre 2017

Nostalgie du soir...

 

Gabriel Fauré - Apres un Reve, Cello and Piano


Erik Satie - Gymnopédie No.1

Erik Satie - Once Upon A Time In Paris

 

Dvorak - Romance for piano and violin, Op.11

 

Léopold Simoneau; "Abendempfindung" Wolfgang Amadeus Mozart

Posté par jeanjacques1957 à 22:23 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

14 décembre 2016

Grande partita

Johannes Chrysostomus Wolfgangus Theophilus Mozart, ou Wolfgang Amadeus Mozart né à Salzbourg, principauté du Saint-Empire romain germanique, le 27 janvier 1756, mort à Vienne le 5 décembre 1791, est un compositeur. Mort à trente-cinq ans, il laisse une œuvre impressionnante (626 œuvres sont répertoriées dans le catalogue Köchel), qui embrasse tous les genres musicaux de son époque. Selon le témoignage de ses contemporains, il était, au piano comme au violon, un virtuose.

Extrait de Amadeus de Miloš Forman, sorti en 1984

Gran Partita. Salieri Mozart.


Créé en 1989 par les hautboïstes Alfredo Bernardini et Paolo Grazzi et le bassoniste Alberte Grazzi, L’Ensemble Zefiro s’est spécialisé dans le répertoire pour instruments à vent. Il étend son activité sur trois formations : l’orchestre de chambre, le groupe d’instruments à vent ou harmonie et l’orchestre baroque.

Zefiro Ensemble Mozart Gran Partita - 1: Largo, molto allegro

 

Zefiro Ensemble Mozart Gran Partita - 3: Adagio

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Mozart / Serenade for 13 Winds in B-flat major, K. 361 "Gran Partita" (Mackerras)


00:00 - Largo. Allegro molto
09:14 - Menuetto - Trio I - Trio II
19:31 - Adagio
25:02 - Menuetto. Allegretto - Trio I - Trio II
30:24 - Romanze. Adagio - Allegretto - Adagio
37:45 - Thema mit Variationen
47:18 - Rondo. Allegro molto

List of Performers:
Oboe - Stephen Taylor (principal) & Melanie Field
Clarinet - William Blount (principal) & Daniel Olsen
Bassett Horn - Gary Koch (principal) & Mitchell Weiss
Horn - Stewart Rose (principal), Scott Temple, William Purvis, and Russell Rizner
Bassoon - Dennis Godburn (principal) & Marc Goldberg
String Bass - John Feeney

Performed by members of the Orchestra of St. Luke's under the direction of Sir Charles Mackerras. Recorded by Telarc in 1994.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Wilhelm Furtwängler "Serenade N 10" Mozart

Wind Soloist of the "Wiener Philharmoniker"
Wilhelm Furtwängler, conductor 
1947
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Quelques informations sur la grande partita: Wikipédia ICI ou France musique ICI

Posté par jeanjacques1957 à 22:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

23 novembre 2016

Coupure de presse

Le journal berlinois, de Max Frisch, vient de paraître en français chez ZOÉ.
Le quotidien Le Temps a consacré un article à cet événement, samedi 19 novembre 2016 dans son supplément littéraire.
(La photo est "découpée" dans cet article)

Par ces nuits froides de Fin des temps, la musique de Mozart réjoui les âmes. Par exemple, le concerto pour piano No 21 K.467 dans la version Pollini - Muti et l'orchestre philarmonique de la Scala, en 2004. ( http://youtu.be/i2uYb6bMKyI )

Mozart: Piano concerto n. No. 21 in C major, K.467 Pollini-Muti

Orchestra filarmonica della Scala
Maurizio Pollini
Riccardo Muti
2004

 


06 juillet 2016

60e été - Mozart


Tandis que le soleil se couche, quelque part en France se déroule la première demi-finale comptant pour le championnat d'Europe des Nations de balle au pied masculin. Un match soporifique. Les chats du quartier baillent devant l'écran cathodique installé dans un coin du jardin voisin. Le vol SX0207, en provenance de Hambourg, passe au-dessus de la cuisine de l'apparement des papillons. Soudain, un joueur du nom de Ronaldo, marque un but. Les chats s'agitent, puis braillent de plus belle, à l'instant où la balle rentre une seconde fois au fond des filets. La Lusitanie est bien placée, avec 2 buts au compteur, pour jouer la finale dimanche. Le résultat définitif fera la une des journaux du soir de demain.
                                                                Le vol SX0207



Grumiaux joue Mozart, Concerto No. 5 pour violon

Concerto No 5 pour violon de Mozart
Violon, Arthur Grumiaux
Chef d'orchestre, Sir Colin Davis
The London Symphony Orchesta

Arthur Grumiaux, né le 21 mars 1921 à Villers-Perwin, près de Charleroi (Belgique) est mort le 16 octobre 1986 à Bruxelles, est un violoniste virtuose belge. Professionnel à dix-huit ans, il a mené une carrière internationale brillante. Son jeu sobre et intense et la sonorité très pure de son violon ont fait merveille dans tous les grands orchestres du monde.
(Sources: Wikipédia)

Posté par jeanjacques1957 à 22:30 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

02 juillet 2016

Mozart - Clarinet Concerto [Sharon Kam]

Mozart - Clarinet Concerto [Sharon Kam]


Soliste: Sharon Kam - clarinette de basset
Czech Philharmonic Orchestra
Chef d'orchestre: Manfred Honeck

Enregistrement: Théâtre des États (Stavovské divadlo) à Prague, le 27 janvier 2006

Posté par jeanjacques1957 à 22:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

19 février 2016

O temps suspends ton vol...

Mozart - Divertimento pour trio à cordes en mi bémol majeur K563

 


Isaac Stern: violon
Pinchas Zukerman: alto
Leonard Rose: violoncelle

Enregistrement:1975

1. Allegro -  (forme sonate, en mi bémol majeur; à 4/4)
2. Adagio - (forme sonate, en la bémol majeur, à 3/4)
3. Menuet:Allegro;Trio - (A–B–A, en mi bémol majeur, à 3/4)
4. Andante - (thème et 4 variations, en si bémol majeur, à 2/4)
5. Menuet:Allegretto; Trio I; Trio II - (avec deux trios différents (A–B–A–C–A), en mi bémol majeur, trio I en la bémol majeur, trio II en si bémol majeur, à 3/4)
6.  Allegro - (en mi bémol majeur; à 6/8)

Posté par jeanjacques1957 à 22:48 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

05 janvier 2016

Mozart

Un instant de grâce

"Popoli di Tessaglia...Io non chiedo"
Un récitatif et aria pour soprano et orchestre de Wolfgang Amadeus Mozart

Natalie Dessay: "Popoli di Tessaglia...Io non chiedo" (Mozart)



Popoli di   Tessaglia!

Ah, mai più   giusto fu il vostro pianto;

a voi non men che   a questi

innocenti   fanciulli Admeto è padre.

Io perdo   [l'amato]1 sposo, e voi l'amato re.

La nostra sola speranza, il nostro amor,

c'invola questo   [fato]2 crudel.

[Non so che]3 prima in sì   grave sciagura

a compianger   m'appigli

del regno, di me   stessa, o de' miei figli.

La pietà degli   Dei sola

ci resta a   implorare, [a ottener]4.

[Vedrò]5 compagna alle   vostre preghiere,

Ai vostri   sacrifìzi avanti all'ara

una misera madre,   due bambini infelici,

tutto un popolo in pianto presenterò così.

Forse con questo   spettacolo funesto,

in cui dolente   gli affetti,

i voti suoi   dichiara un regno,

placato alfin   sarà del ciel lo sdegno.

 

Io non chiedo,   eterni Dei,

tutto il ciel per   me sereno,

ma il mio duol   consoli almeno

qualche raggio di   pietà.

Non comprende i   mali miei,

né il terror, che   m'empie il petto,

chi di moglie il   vivo affetto,

chi di madre il   cor non ha

 

 

 

 

Peuples de Thessalie !

 

Peuples de   Thessalie !

Ah, jamais plus   justes ne furent vos larmes ;

pour vous non   moins que pour ces

enfants innocents   Admète est un père.

Je perds l'époux   aimé, et vous le roi aimé.

Notre seul   espoir, notre amour,

est enlevé par ce   sort cruel.

Je ne sais dans   un désastre si grand pour qui d'abord

je dois   m'apitoyer

sur le royaume,   sur moi-même, ou mes fils.

La pitié des   Dieux seule

reste à implorer,   à obtenir.

Je vous   accompagnerai dans vos prières,

dans vos   sacrifices, devant l'autel,

une pauvre mère,   deux enfants malheureux,

tout un peuple en   pleurs, je présenterai.

Peut-être que ce   triste spectacle

Dans lequel, dans   l'affliction, l'affection

et les vœux d'un   royaume sont présentés,

Apaisera enfin la   colère du ciel.

 

Je ne demande   pas, dieux éternels,

tout un ciel   serein pour moi,

Mais que ma   douleur soit au moins apaisée

de quelque rayon   de pitié.

Il ne comprend   pas mes maux

ni la terreur qui   emplit mon cœur,

Celui qui n'a pas   le vif sentiment de l'épouse

Ni le cœur de la   mère.

Posté par jeanjacques1957 à 23:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

13 juin 2012

Euro 2012 - Il y a quelque chose de pourri au Royaume de Danemark

Quelque part dans l'Orient de l'Europe, sur une pelouse, l'Allemagne mène deux à zéro contre l'équipe des Pays-Bas. Le ballon circule sur le terrain, mû par les pieds des joueurs. Il finit par disparaître dans la surface de réparation. A trois mille cinq cents kilomètres de là, l'Adriano's Bar, dans la ville fédérale, tourne au ralenti. Une musique rock est crachée par le haut-parleur situé au-dessus de la machine à café. Ici, pas de tube cathodique, les clients bavardent devant une bière, un cocktail bleu méthylène ou un café du Costa Rica. Les aficionados du ballon rond sont ailleurs.
Il est 21h46, il fait jour, ce sont les longues soirées de juin, qui s'étirent à l'infini dans le parfum des seringats. Tout à l'heure, à Lvov, la Lusitanie a battu le Royaume de Danemark. "Il y a quelque chose de pourri au Royaume de Danemark"*. A l'Adriano's Bar, deux Bernois cherchent à séduire, dans un anglais approximatif, deux Brésiliennes. Hamlet s'enfonce dans l'être ou ne pas être, les Bataves courent sans fin derrière le ballon sans illusion de marquer un but. Les deux Bernois échangent des bristols avec les deux Brésiliennes. C'est l'euphorie autour des bières blanches. On se téléphonera, on viendra au Brésil... Oui, mais quand ? Pour l'instant, ce sont les éclats de rire pré-orgasmiques.
Un client dévore le dernier sandwich du jour en consultant son I-Truc. La drague tourne au cauchemar pour les deux Bernois, les Brésiliennes se révélant être des intellectuelles qui parlent de musique classique ; elles racontent avoir assisté à un concert de Barenboïm au Musikverein de Vienne.
Dans l'édition du Monde du 13 juin, en page 2, Florence Baugé signe un article sur la disparition annoncée d'un lieu unique au monde, le théâtre de poche (159 places) Kameralna, à Varsovie. Ce festival présente chaque été l'intégrale des oeuvres scénique de Mozart, les subventions sont coupées ! La crise n'épargne pas la Pologne....
Il semble que l'Allemagne gagne le match tandis que les
deux Bernois reprennent pied - façon de parler - en détournant la conversation vers des univers coquins. Les rires reprennent de plus belle.


Adriano's Bar, 13 juin 2012
Berne

*Hamlet (1601), Acte I, scène 4, Marcellus

Posté par jeanjacques1957 à 23:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,