13 juillet 2017

L'été russe - Schubert

      

Holidays? Vacances? Ferien?
Le trio pour piano No1 de Schubert, permet un moment de rêverie intense... (ICI)
Pendant ce temps, dans le bureau ovale d'une maison blanche, quelques matous tripatouillent la marche du monde!
Ce sont des chats de gouttière, les chats élégants se retrouvent dans un Palace du côté de Buckingham...
Dans le cie les nuages n'en finissent pas de passer.
La maison est silencieuse, les enfants des étages inférieurs sont en voyage, c'est donc les vacances pour les ouïes.
Sur la table de chevet, Cendrars, les poèmes de Giauque, les Mémoires d'outre tombe et les premiers poèmes d'Eluard plus une bougie.
Schubert aiguise le spleen.

 

Posté par jeanjacques1957 à 22:15 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,


30 juin 2017

L'été russe - Les actualités du mois

 Simone Weil est morte ce matin. Elle avait 89 ans.

photo de la toile virtuelle

JUIN 2017

                            
Dans la commune de Elay (Jura bernois), début juin

********************************************************************************************
Lu dans le courrier des lecteurs de "La Tribune de Genève" datée du 17 - 18 juin 2017

 

********************************************************************************************************

Dans la NZZ am Sonntag du 18 juin 2017, on lisait que le bikini était interdit sur les plages italiennes en 1957, jugé impudique et, 60 ans plus tard, c'est le burkini qui est interdit sur les plages françaises, jugé trop habillé!
********************************************************************************************************************************


Le château de Berthoud

Samedi 24 juin, café au Colonial bar

                                                           
Samedi 24 juin, un Minion parachutiste a terminé son vol dans la cage d'escalier

 


Meeting point, sculpture de Marianne Lutz de Burgdorf
Sur les rives du lac de Thoune, près de Spiez

Eggner Trio - Schubert Nocturne - Schubertiade Schwarzenberg

 

20 juin 2017

Chaud, chaud, les marrons..!

Un nocturne de Schubert ( http://youtu.be/-FVzhHtCwY4 )
Une tasse de café
Quelques carrés de chocolat 100% cacao. Le 100% résiste à la canicule.
La chaleur a fait fondre le clavier de l'ordinateur...
33 degrés vers 18h42, qu'ils disent sur la toile virtuelle.
Les chats du quartier, avec leur fourrure, regrettent d'avoir fuit le Pôle Nord.
Quelques passants sont restés englués dans le tarmacadam, Place de la gare. On attend le gel pour les délivrer.
Les soirées interminables de juin arrivent à leur apogée. Demain, le solstice d'été, précipitera la lente descente vers la nuit et la glace de l'hiver...
Si vous avez, heureux hasard, conservé quelques glaçons de l'hiver dernier, vous pouvez les disposer dans un verre géant et, très lentement, vous versez votre alcool préféré dans le verre.
On the rocks...

Posté par jeanjacques1957 à 22:15 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

10 juin 2017

Nocturne

La mort est si proche
à chaque aube
que je la sens
monter en moi
comme un fleuve
souterrain
qui charrie
dans mon corps
ses éclats empoisonnés
la mort est si proche
quand je me tais
qu'il suffirait
d'une seconde d'oubli
pour qu'elle envahisse
mon sang
et me jette
dans une terre
sans soleil

Francis Giauque (1934 - 1965)

La nuit est bien avancée, la fenêtre de la cuisine est ouverte. J'écoute le Trio / Notturno, en mi bémol majeur, pour piano, violon et violoncelle "Triosatz" D897 de Schubert. Soudain, l'adagio débute et vous déchire l'âme. Le corps frissonne. Je suis mal barré, en écoutant cette musique d'une beauté vénéneuses, je lis des poèmes de Francis Giauque. Entre la musique et le texte, aucun répit pour le repos de l'esprit. Tout vacille, dans cette soirée d'été tiède.  Des effluves du philadelphus montent du jardin. Ce parfum entêtant s'ajoute au spleen ambiant. Pour rompre ces tourments de l'âme, je plonge mes lèvres dans une petite tasse blanche,  ma dose de ciguë, qui a pour nom café, m'y attend. Ce breuvage rompra le maléfice.
Au loin, un clocher égrène les douze coups de minuit...

Posté par jeanjacques1957 à 23:52 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , ,

07 juin 2017

Contre-jour

La Grande Sophie chante qu'elle ira sucrer les fraises, là-haut sur la falaise, un jour...
Le soleil se cache derrière un nuage, fantastique contre-jour...
Plus tard, la nuit installée, un nocturne de Schubert (http://youtu.be/-FVzhHtCwY4) s'insinue dans la cuisine. Le café attend dans une petite tasse, les souvenirs défilent sur le display imaginaire de la gazinière.
J'ai envie de relire mon passage préféré des Mémoires d'outre-tombe, Lucile [...] « Lucile était grande et d’une beauté remarquable, mais sérieuse. Son visage pâle était accompagné de longs cheveux noirs ; elle attachait souvent au ciel ou promenait autour d’elle des regards pleins de tristesse ou de feu. Sa démarche, sa voix, son sourire, sa physionomie avaient quelque chose de rêveur et de souffrant. […] Á dix-sept ans, elle déplorait la perte de ses jeunes années ; elle se voulait ensevelir dans un cloître. »[...]
La petite tasse est vide. L'oeil de boeuf est entrouvert. Un matou hurle, au loin, son amour pour une féline aux yeux de braise.
Une ombre passe, elle fait tourner un hand spinner lumineux.
Un bus 10, ou c'était un 12, passe. A bord, La Grande Sophie chante qu'elle ira sucrer les fraises, là-haut sur la falaise, un jour...
Contre-jour

Posté par jeanjacques1957 à 23:22 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

06 juin 2017


Schubert - Jeffrey Tate (Staatskapelle Dresden, 1986) Symphonie n°9 D. 944 en UT majeur


Peintures : Alexandre Calame (1810-1864)

0:00 : Andante - Allegro ma non troppo
17:07 : Andante con moto
32:20 : Scherzo. Allegro vivace
47:35 : Allegro vivace

Jeffrey Tate est mort vendedi, à l'âge de 74 ans. Il avait été l'assistant de Boulez pour le fameux Ring de Bayreuthe en 1976. A partir de1982, il a été régulièrement invité au Grand Théâtre de Genève par hugues Gall. En 12 ans, il a dirigé une quinzaine de spectacles montés par l'opéra de Genève. 

Posté par jeanjacques1957 à 17:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

28 mai 2016

Messe No 6 en mi bémol majeur, D 950 de Schubert

Franz Schubert est un compositeur autrichien né le 31 janvier 1797 à Lichtenthal, l'un des quartiers du neuvième arrondissement de Vienne, et mort à Vienne le 19 novembre 1828.
Bien que mort à 31 ans, Schubert est l'un des grands compositeurs du XIXe siècle et le maître incontesté du lied.

Messe No 6 en mi bémol majeur, D 950 de Schubert:in E flat major, D. 950 Orchestre France



00:16 • Kyrie
06:21 • Gloria
20:23 • Credo
35:42 • Sanctus
39:10 • Benedictus
45:13 • Agnus Dei
__

• Genia Kühmeier: soprano
• Christine Rice: mezzosoprano
• Andrew Staples: tenor
• Joshua Ellicott: tenor
• Luca Pisaroni: bass

Orchestre Philharmonique de Radio France
Conducted by Daniel Harding

 

Posté par jeanjacques1957 à 23:59 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

29 décembre 2015

Pendant que la Terre tourne, comme une toupie, dans l'espace...

Neuchâtel vers 16H15










Article extrait du quotidien "Le Temps" du 27 octobre 2015:
Le Temps 27 oct



Une musique nostalgique, magique, belle, un rêve... Une promenade dans une miriade de souvenirs...

Schubert: Trio pour piano en Mi bémol majeur, Op. 100

 

 Un extrait de ce trio de Schubert fait partie de la bande sonore du film "Barry Lyndon" de Stanley Kubrick. Un film aux images époustouflantes. John Alcott a obtenu l'Oscar de la meilleure photographie en 1976 pour ce travail remarquable.

"BARRY LYNDON" - TRIO op. 100 - FRANZ SCHUBERT - "BARRY LYNDON" SOUNDTRACK


Dans une lettre de voeux de Noël, mon vieil ami A* a glissé une reproduction de "La tempesta" du peintre italien Giorgione (1477 - 1510) commentée par Eric Fuchs.

                                                                      La Tempesta

Ce tableau, peint vers 1500, fait couler de l'encre depuis plusieurs siècles. Quelle est sa signification? Les historiens de l'art sont divisés et les hypothèses nombreuses. Eric Fuchs évoque la villes de Jérusalem au loin, Joseph observant Marie qui nourrit son enfant. Il parle de l'orage qui s'abat sur la ville comme un symbole des relations humaines. Son long développement sur sa vision théologique du tableau s'achêve ainsi: "Comme tous les chefs-d'oeuvre, celui-ci ne se laisse pas enfermer dans une seules interprétation, il en suscite de multiple. Peut-être son énigme  évoquera-t-elle pour vous d'autres mystères."
Une page est consacrée a l'analyse du tableau, avec une illustration, dans "L'histoire de l'art" de E. H. Gombrich.
Le tableau est à la Galleria dell'Accademia, Venise, Italie.

Une recherche sur Eric Fuchs dans les dédales de la toile virtuelle m'a conduit à lire un entretien intéressant: ICI

Éric Fuchs (1932 – ) a fait ses études de théologie à la faculté de théolgie de Genève ainsi qu’à la faculté de Montpellier. Il fut pasteur de 1958 à 1960, année au cours de laquelle il est nommé directeur du Centre protestant d’études de Genève. Il est actuellement professeur honoraire d’éthique à la Faculté de théologie protestante de l’Université de Genève laquelle existe depuis la fondation de l’académie de Genève en 1959.


 Berthoud un soir de fin décembre (27 déc), Berne (27 déc)