16 juillet 2017

L'été russe - Échappée

En train jusqu'à Interlaken
A pied jusqu'à Ringgenberg, village niché au bord du lac de Brienz. Près du débarcadère, se dresse une magnifique église fortifiée.
En bateau vapeur jusqu'à Brienz.
Le Lötschberg, mis à l'eau en 1914, peut accueillir 800 passagers.
Café à Brienz et retour en train...
Temps magnifique et en fin de journée, belle lumière du soir.

Posté par jeanjacques1957 à 22:15 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


21 mai 2017

La belle lumière du soir

Belle journée dominicale. Avant de regagner la chaleur andalouse, Magnolia a bu un espresso macchiato au Colonial. Nous l'avons ensuite accompagnée à l'aéroport de Genève.
Maintenant, c'est la nostalgie post visite...
Vers 20h00, descente en ville, à pied, dans la belle lumière du soir...

Posté par jeanjacques1957 à 22:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

01 mai 2017

Essai

  • Nota Bene: le samedi, Lakevio publie sur son blog la reproduction d'une toile, d'un artiste connu ou moins connu. Cette peinture sert de guide pour une création littéraire. Le lundi, Lakevio donne sa version. Dans les commentaires, ceux qui proposent un texte indiquent l'adresse à laquelle leur prose peut être lue. Il est intéressant de lire ces textes, souvent cousins dans la trame mais tous avec leur caractère et leur style. Lakevio, c'est à cette adresse: www.lakevio.canalblog.com


ian ledward 47

... Ma grand-mère nous racontait que notre grand-père et son père fauchaient à La faux, en six semaines, l'herbe, qui séchée et engrangée, servira de fourrage pendant l'hiver. Cela se passait dans les années 1915, mon grand-père avait 13 ou 14 ans. Dans ce village, au pied du Chasseral, personne n'avait les moyen d'avoir 15 ou 20 faucheurs. Les faucheurs, faux sur l'épaule, passaient de ferme en ferme pour se faire engager une ou plusieurs journées. 
la faux doit être bien aiguisée et il ne faut pas toucher le sol. Le faucheur porte à la ceinture un coffin rempli d'eau contenant la pierre à aiguiser. Il faut régulièrement aiguiser la lame. J'ai dans l'oreille le bruit exact de l'aiguisage. Mon père m'avait enseigné les rudiments du maniement de la faux. Je n'avait guère progressé.

Il y a 100 ans aujourd'hui que naissait Danielle Darrieux...

... La belle lumière du soir s'installe en fin d'après-midi. Très présente en été, elle se fait plus discrète en hiver. Ce sont ces instants où le temps semble arrêté, une quiétude baigne le décor. La fenêtre est ouverte, une odeur d'herbe coupée flotte dans l'air. Les oiseaux tiennent des discours incompréhensible et le tracteur du paysan voisin ronronne. Une souffleuse déverse l'herbe coupée et rassemblé en andins réguliers dans un char. Les vaches seront nourries de ce fourrage frais le lendemain à l'heure de la traite matinale.

De nos jours, tout est différent. Je pourrais paraphraser le poète Gustave Roud, qui à la fin des années 1950 parlait "des campagnes perdues". Perdues signifiant pour lui rattrapée par la modernité. Il pleurait ses chères faucheurs disparus, remplacés par des machines. Ce sont les logiciels qui pilotent l'organisation d'une ferme. La belle lumière du soir, électron libre, échappera toujours à l'appât du gain. Rêvons encore un peu...

 

 

Armand Mestral le credo du Paysan

Posté par jeanjacques1957 à 21:39 - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,

29 septembre 2016

Une journée qui frôle l'été

En météo, pour qu'une journée soit classée comme journée d'été, le thermomètre doit monter à 25 degrés. Aujourd'hui, dans la Ville fédérale, il a fait 24,5 degrés, un 29 septembre. Surprenant, non?
Toutes affaires cessantes, il ne restait plus qu'à faire une balade dans la belle lumière du soir. C'est du côté du Mont Repos et de l'ancienne cité BLS que l'automne a été scruté. Le Mont Repos est une petite colline englobée dans la ville. Des enfants aux pieds jaunes ont semé la pagaille en jouant à chat perché. Les garnements ont laissé des preuves sur le macadam. Une journée de fin septembre magnifique...

Posté par jeanjacques1957 à 22:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

23 août 2016

60e été - Échinacées

Découverte, pas loin d'un petit bois, peuplé de beaux hêtres, d'un jardin secret. On peut admirer une collection d'échinacées... La belle lumière du soir donnait un air magique à ce lieu situé à Liebefeld/Koniz. 

Posté par jeanjacques1957 à 22:15 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,


01 juin 2016

Le jardin en ville


Vendredi 27 mai
2016

Apéritif dans le jardin de ville de Brigitte, vendredi soir, sous l'oeil attentif d'Agatha qui se repose sur une chaise du jardin. Fort âgée, elle reste insensible aux invitations à jouer d'un chaton agé d'un an, qui vient depuis le jardin voisin. Elle aime les caresses mais reste réservée. Elle déteste se faire photographier, bougeant sans cesse pour rendre flou son portrait.
La soirée est baignée  par la belle lumière du soir.
Le repas sera pris à l'intérieur. Les convives se régaleront d'un gigot et d'un gâteau au chocolat sans farine, accompagné de fraises.

 

 

 

Posté par jeanjacques1957 à 22:08 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,

22 octobre 2015

Le spleen de Berne - La belle lumière du soir

Mercredi, 21 octobre 2015
En début d'après-mid, le soleil a chassé le brouillard. Il s'est enfui dans la plaine du Seeland...

Alors que les avions, en provenance de Londres Southend, Hamburg, Cologne ou Londres City, rentrent au bercail en passant au-dessus de la cuisine, Dalida chante, dans "le transistor", l'histoire d'un amour. Une chanson aux teintes automnales.
Dehors, la nuit a enveloppé la ville verte d'une ample couverture sombre. Il pleut des feuilles que la bise, qui voyage à petite vitesse, fait tourbillonner avant qu'elles ne s'entassent aux pieds des murets délimitant les jardinets citadins.

DALIDA - HISTOIRE D'UN AMOUR (1957)

 

Le hêtre pourpre de l'ambassade de Monaco dans le soleil couchant

Ric dit ceci, au sujet de la belle coloration du feuillage de cet automne 2015:

"Ce sont les nuits froides à très froides de septembre qui favorisent les colorations rouge-bronze en augmentant la production d'anthocyanosides ou leur remontée dans le feuillage . Ces pigments apparaissent au moment de la diminution de la chlorophylle en octobre. Cette année, en Suisse, la phénologie relève que la coloration des hêtres est exceptionnelle, comme il s'en produit deux à trois fois tous les cinquante ans. Septembre a été 2 degrés plus froid que la normale, avec beaucoup de nuits autour de 0 à 4 degrés. Ceci explique cela."

Explications détaillées 
http://www.meteosuisse.admin.ch/home/actualite/meteosuisse-blog.subpage.html/fr/data/blogs/2015/10/les-forets-se-parent-de-leur-couleur-automnale.html

 

La ville fédérale dans la belle lumière du soir, avec quartier de lune...

 

Posté par jeanjacques1957 à 22:49 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

30 juin 2014

Été 14 - La belle lumière du soir

Le Jardin dans la belle lumière du soir.

Jardin1

Jardin2

jardin3

Posté par jeanjacques1957 à 21:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

06 juin 2013

Bientôt l'été...

le lilas tardif se balance dans la belle lumière du soir en faisant des ombres chinoises dans la cuisine...

Films réalisé par jeanjacques666

Posté par jeanjacques1957 à 20:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

05 juin 2013

Bientôt l'été...

18H00, Ostring. Dans la belle lumière du soir, le carrousel des voitures tourne dans le gigantesque giratoire urbain sur un air d'accordéon. Debout, devant l'entrée du centre commercial construit sous l'autoroute, qui à cet endroit de la ville fédérale se fraie un passage entre les maisons, un accordéoniste égrène des mélodies, une mélodie, un extrait de mélodie, un fragment qui se répète à l’infini. Une petite sébile posée sur la valise qui une fois le concert achevé permettra à l’instrument de se reposer, attend les pièces de monnaie. L’autoroute crache des flots de voitures, avec parfois un camion, d’un côté et absorbe d’autres flots de chariotes d’un autre. Au loin un bus orange de la compagnie RBS approche de l’arrêt planté à deux pas de l’accordéoniste. Ce bus permettra de quitter le monde bruyant des voitures en regardant un « Harleytiste » comme crucifié au guidon de sa Harley, guidon perché haut dans le ciel, qui rejoint la cohue qui roule au ralenti sur le ruban de béton en direction de Thoune...
Un peu plus loin, on entend les oiseaux chanter.

Posté par jeanjacques1957 à 18:22 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,