12 janvier 2017

Les loups sont entrés dans la Ville fédérale

Dimanche 8 janvier 2017

Balade urbaine

Le château de Berthoud prend ses quartier d'hiver...

les loups ont choisi la couleur bleue pour marquer leur passage dans la Ville fédérale... Houuuuuuu!

Berne, sous la neige tombée au cours de la nuit, avait un air de Noël. Il semble, qu'une erreur s'est glissée lors de la commande des flocons. Le rond de cuir, préposé à la météorologie, s'est fourvoyé dans les dates en remplissant la fiche de commande. Les averses de neige ont donc été déversées sur la ville verte cette nuit, conformément au bulletin de commande reçu, par des lutins.

Et, comme la neige tombait, tu n'est pas venue ce soir...

Posté par jeanjacques1957 à 22:15 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


06 janvier 2017

Les Rois

Aujourd'hui, c'est l'Épiphanie

Une galette, des rois
Une fève, des cadeaux
Un éléphant doré, harnaché de lumière de fête converse avec la lune. C'est une demi-lune. La conversation, à demi-mots, évoque la recette d'une galette que des mages dégusteront pendant leur périple à dos de chamelle. 
Commencé le 6 décembre, le cycle des fêtes s'achève par Les Rois, le 6 janvier. Les ampoules vont s'éteindre à minuit...

 

  

Posté par jeanjacques1957 à 22:15 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

04 janvier 2017

Mardi 3 janvier 2016 - Les coeurs purs

Il neigeait, hier soir vers 11 heures.
Ce matin, en ouvrant les volets, le décor était blanc... Le Ville fédérale sommeillait sous une fine couverture de flocons. Une couverture qui fondra rapidement dans le centre.
Sur les hauteurs, la neige ravi les enfants, qui font des combats de chevalerie dans une impasse sous le regard effrayé de Léo, le chaton jaune...

C'est mardi, jour de marché sur la Place fédérale. Le marchand de pommes propose un choix important du fruit préféré des suisses

 

   

Jean-Roger Caussimon est un auteur-compositeur-interprète et acteur français, né le 24 juillet 1918 dans le 14e arrondissement de Paris et mort le 20 octobre 1985 dans le 13e arrondissement. Il est notamment l'auteur de la chanson Monsieur William, mise en musique et popularisée par son ami Léo Ferré.

Jean-Roger Caussimon - Les cœurs purs

Les cœurs purs
paroles : Jean-Roger Caussimon
musique : Eric Robrecht
1959

Ils ne sont pas encore amis
Des notaires et des notables
Ils ne sont pas encore admis
A dîner, le soir, à leur table
Ils ne sont pas encore polis
Comme Papa le fut toujours
Ils ne sont pas encore salis
Par les combines au jour le jour...

Mais on leur dit que ça viendra
Et, bien sûr, ils ne le croient pas
Les coeurs purs
Les coeurs purs...

Ils ne sont pas encore rusés
Ni blasés d'être un peu bohèmes
Ils ne sont pas encore usés
Par le métro des matins blêmes
Ils ne sont pas encore conscrits
Bien qu'ils soient souvent "engagés"
Ils ne sont pas encore inscrits
Ni au chômage, ni aux congés...

Mais on leur dit que ça viendra
Et, bien sûr, ils ne le croient pas
Les coeurs purs
Les coeurs purs...

Ils ne sont pas encore lassés
D'écouter chanter leur idole
Ils ne sont pas encore blessés
Par le Temps qui tant nous désole
Ils chantent des "songs" sur un banc
Ils n'ont pas honte de la rue
Ils ne sont pas encore perdants
Ils ne sont pas encore perdus...

Mais on leur dit que ça viendra
Et, bien sûr, ils ne le croient pas
Les coeurs purs
Les coeurs purs...

Posté par jeanjacques1957 à 22:15 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

30 novembre 2016

Novembre

 

Novembre s'achève dans le froid.

Le mercure passe sous la barre du zéro degré...

Pour se réchauffer, il faut s'engouffrer dans la salle de l'Adriano's bar, choisir le banc sous lequel les tuyaux du radiateur, chauffés à blanc, tentent de rivaliser avec les chaleurs de l'été... On peut alors disséquer son spleen en buvant des doppio Malabar. La lecture de la presse du jour plonge l'esprit dans la terreur!

Une carte de A., jetée pêle-mêle,avec les factures ordinaires, dans la boîte aux lettres, me donne l'envie de répondre sur le champs. Cloué au lit, rongé par la vieillesse, lui, a des mots plus crus pour évoquer son état, il se plaint gentiment de l'assèchement du réservoir de ma plume...

Cet appel au secours laisse songeur. D'un côté, il y a cette correspondance, commencée il y a plus de 20 ans, avec mon ami A.  Un échange de lettres et de cartes qui rythme les saisons. De l'autre côté, il y a une vie virtuelle, envahissante, qui bien souvent flatte l'égo. Ces sirènes d'un nouveau temps retiennent captif leur victime par des artifices grotesques, qui gonfle d'orgueil l'imprudent voyageur qui chemine sur la toile électronique. Elle laissent miroiter au pauvre hère, une notoriété universelle, des millions de suiveurs, des tonnes de "j'aime" au bas de chaque photos publiées, une vie sociale en "live" partagée avec des centaines d'amis, la moindre miette de pain est une nouvelle importante, objet de toutes les attentions,  elle sera balancée sur les réseaux sociaux sous forme de pixels de divers formats!

Mon ami A. est totalement ignorant des applications qui permettent de gonfler le compteur de suiveurs, des algorithmes qui en une fraction de seconde savent  tout de notre vie et nous bombardent de publicités ciblées. 

Je vais saisir ma plume et essayer de raconter à mon vieil ami, de façon poétique, ce fatras électronique qui peu à peu englue nos esprit vers une pensée unique...

Le soleil se fout complètement de ces histoires d'adresses IP. Il se couche en beauté alors qu'un avion emporte au loin le dernier carré de nos libertés.

 

Posté par jeanjacques1957 à 22:15 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

29 février 2016

Le bouquet

                                                                     

Dimanche 28 février 2016
Un bouquet de jonquilles, installé dans un vase couleur printemps, posé sur le guéridon du salon de l’appartement des papillons, illumine le spleen de fin d’hiver. On dirait un soleil égaré de son orbite. Le monsieur  de la météo, qui distille des informations sur les chaînes de télévision, prévoit une tempête de neige lundi. Les flocons tourbillonneront dans les airs avant de blanchir le paysage. Après des records de chaleur pour un mois de février, le mercure, dimanche passé, est monté dans son tube de verre jusqu’à la graduation 17 du côté de la Ville fédérale, pour ensuite, fatigué de cette audace, retomber comme un soufflé aux fruits de mer sorti trop tôt du four, dans le tréfonds du thermomètre.
La nature est épuisée par les sautes d’humeur du général hiver incapable de discipliner ses troupes. Les bourgeons s’ouvrent, se ferment, s’ouvrent…

Posté par jeanjacques1957 à 21:38 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,


24 février 2016

Trois chats en cavale

(De notre envoyé spécial)Les 3 chats de Rubynessa (ICI)ont décampé à la faveur de la nuit. Ils vont rejoindre la bande de félins qui sévit sur les pentes du Mont-Blanc (ICI). Ils ont sauté dans un hélicoptère qui faisait du rase motte sur leur terrain de jeu, la terrasse de Ruby. La maîtresse de maison est au bord de la crise de nerf.
Comme la terre entière le sait, Horatio a 12 ans. Il est parti sans sa cortisone. Un médicament qu'il doit prendre avec régularité. Ça lui redonne de l'énergie et lui permet d'imiter 007 dans des cascades à couper le souffle. L'inconvénient, c'est que ce médicament lui donne des pieds de poule, qu'il se prend pour un coq et que ses cocoricos réveillent tout le canton de Fribourg dès l'aube naissante.
Moustique, surnommé Moustique national, ses frasques sont connues dans tout le pays, est muni d'un GPS. Pendant l'Été, le bel été, il prend la clef des champs. Il vit une vie de patachon dans la campagne à la saison des fenaisons.
La timide Baghi, après une seconde d'hésitation, elle qui passe ses journées à observer le monde depuis le canapé, d'un bond a sauté dans l'hélicoptère pour rejoindre ses frère d'arme.
Ruby, penchée sur son ordinateur suit les aventures de ses félins à la trace. Le GPS envoie des signaux bleus sur l'écran plasma indiquant le trajet de la machine volante.
Aux dernières nouvelles, les 3 chats ont bâillonné et ligoté le pilote et ils ont pris les commandes de l'hélico. Ils ont mis le cap sur le Mont-Blanc. Ils ont envoyé un égoportrait sur lequel on peut les admirer tirant la langue (ICI)
Notre envoyé spécial précise, à l'attention de Ruby, qu'Horatio trouvera une pharmacie du côté de Chamonix. Il suffira de faxer l'ordonnance et d'envoyer les valises par porteur spécial.
Affaire à suivre...

 

Posté par jeanjacques1957 à 22:37 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

23 février 2016

Soir de pluie

Il pleut à averse sur la Ville fédérale.
La nuit s'installe.
Les chats du quartier de l'appartement des papillons, en vacances aux sports d'hiver, ils font de la glisse sur les pistes du Mont-Blanc, ont envoyé une carte postale. Seule la signature est lisible. C'est l'empreinte d'une patte. Le texte est envoyé sous pli cacheté chez un traducteur. Il est impossible de lire ces hiéroglyphes. Ces chats sont givrés...
Il est l'heure de déguster un esquimau.
Entre-acte.

Posté par jeanjacques1957 à 22:59 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,

20 février 2016

Le bouquet

Le vase brisé

Le vase où meurt cette verveine
D'un coup d'éventail fut fêlé;
Le coup dut effleurer à peine:
Aucun bruit ne l'a révélé.

Mais la légère meurtrissure,
Mordant le cristal chaque jour,
D'une marche invisible et sûre
En a fait lentement le tour.

Son eau fraîche a fui goutte à goutte,
Le suc des fleurs s'est épuisé;
Personne encore ne s'en doute;
N'y touchez pas, il est brisé.

Souvent aussi la main qu'on aime,
Effleurant le coeur, le meurtrit;
Puis le coeur se fend de lui-même,
La fleur de son amour périt;

Toujours intact aux yeux du monde,
Il sent croître et pleurer tout bas
Sa blessure fine et profonde;
Il est brisé, n'y touchez pas.

René-François SULLY PRUDHOMME   (1839-1907)

 

C'est un bouquet printanier qui inaugure le vase offert par Magnolia. Une faïence de Charolles peinte à la main. Ce bouquet printanier pourrait chasser l'hiver. Un hiver qui vagabonde entre neige, bise et chaleur...

Posté par jeanjacques1957 à 22:37 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,

18 février 2016

Il patinait... il patinait...

  • Ce titre est extrait de l'album : Liberté, Egalité ou la Mort de Julien Clerc
  • Année de sortie : 1972
  • Label : Virgin

Le patineur

Dans une ville où je passais,
Bien au Nord du mois de juillet
Sur un grand lac, un lac gelé,
Un homme en noir glissait glissait

Il avait un drôle d'habit noir
Qui avait dû faire des grands soir
De  l'Autriche et de la Hongrie
quand elles étaient réunies

C'était un échassier bizarre,
Il ne sort pas de ma mémoir
Sur une jambe et jusqu'au soir
Il glissait là sur son miroir
Il patinait, il patinait;
Sur une jambe il patinait

Et puis la nuit est arrivée
Il lui a fallu s'arrêter
Car les enfants devaient rentrer
Le spectacle était terminé
Une belle femme aux cheveux blancs
Est venue vers lui gentiment
Mettre une canne dans sa main
Et un long manteau sur ses reins

C'était un échassier bizarre,
Il ne sort pas de ma mémoir
Sur une jambe et jusqu'au soir
Il glissait là sur son miroir
Il patinait, il patinait,
Sur une jambe il patinait

Dans une ville où je passais
Bien au Nord du mois de juillet
Sur un grand lac, un lac gelé,
Un homme en noir boitait boitait
Il patinait, il patinait, sur une jambe il patinait

                                                              Le patineur
                                                              Le Patineur est un tableau peint par Gilbert Stuart en 1782. Il mesure 245,5 cm de haut sur 147,4 cm de large. Il est conservé à la National Gallery of Art à Washington, aux États-Unis.
                                                                

Chaque année, une petite patinoire portative est installée, pour quelques semaines, sur la Place fédérale, en face du Palais fédéral (Parlement). Les patineurs font des arabesques sur la glace avec leurs patins ou en louent sur place. Un café, sous tente, permet de se réchauffer après le sport ou en attendant que la bise s'en aille...

                                                               (Photos de la patinoire prisent par Ric et transmisent via I-Truc le 16 fév.16)

Posté par jeanjacques1957 à 22:45 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,

07 février 2016

Les floraisons d'hiver

Dans le petit jardin de l'appartement aux papillons, un perce-neige va fleurir, tandis que l'hellébore niger est en fin de floraison...

 Quelques floraisons, vues dans la ville fédérale, ce dimanche pluvieux, un hamamélis aux couleurs magnifiques, une viorne parfumée, un jasmin d'hiver et la floraison d'un noisetier... Sans oublier l'élégante dépouille d'un hortensia bonnet de grand-mère...
Le noisetier fleurit pendant l'hiver. Pour pallier l'abscence d'insectes, c'est le vent qui transporte le pollen. L'hamamélis, la viorne et le jasmin d'hiver fleurissent en hiver dès le moindre redoux.

La balade dans la campagne de Wabern fut morne et grise, accompagnée d'une pluie persistante.

Posté par jeanjacques1957 à 22:37 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,