27 mars 2016

Joyeuses Pâques

Ce matin, le téléphone portable marquait 09H16, le display de la gazinière 08H16, l'ordinateur misait sur l'heure chinoise et une colonie de lapin en chocolat blanc et noir indiquait que nous étions dimanche de Pâques...
L'Été, le bel été fait ses Pâques...

Posté par jeanjacques1957 à 22:43 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,


24 février 2016

Trois chats en cavale

(De notre envoyé spécial)Les 3 chats de Rubynessa (ICI)ont décampé à la faveur de la nuit. Ils vont rejoindre la bande de félins qui sévit sur les pentes du Mont-Blanc (ICI). Ils ont sauté dans un hélicoptère qui faisait du rase motte sur leur terrain de jeu, la terrasse de Ruby. La maîtresse de maison est au bord de la crise de nerf.
Comme la terre entière le sait, Horatio a 12 ans. Il est parti sans sa cortisone. Un médicament qu'il doit prendre avec régularité. Ça lui redonne de l'énergie et lui permet d'imiter 007 dans des cascades à couper le souffle. L'inconvénient, c'est que ce médicament lui donne des pieds de poule, qu'il se prend pour un coq et que ses cocoricos réveillent tout le canton de Fribourg dès l'aube naissante.
Moustique, surnommé Moustique national, ses frasques sont connues dans tout le pays, est muni d'un GPS. Pendant l'Été, le bel été, il prend la clef des champs. Il vit une vie de patachon dans la campagne à la saison des fenaisons.
La timide Baghi, après une seconde d'hésitation, elle qui passe ses journées à observer le monde depuis le canapé, d'un bond a sauté dans l'hélicoptère pour rejoindre ses frère d'arme.
Ruby, penchée sur son ordinateur suit les aventures de ses félins à la trace. Le GPS envoie des signaux bleus sur l'écran plasma indiquant le trajet de la machine volante.
Aux dernières nouvelles, les 3 chats ont bâillonné et ligoté le pilote et ils ont pris les commandes de l'hélico. Ils ont mis le cap sur le Mont-Blanc. Ils ont envoyé un égoportrait sur lequel on peut les admirer tirant la langue (ICI)
Notre envoyé spécial précise, à l'attention de Ruby, qu'Horatio trouvera une pharmacie du côté de Chamonix. Il suffira de faxer l'ordonnance et d'envoyer les valises par porteur spécial.
Affaire à suivre...

 

Posté par jeanjacques1957 à 22:37 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

22 septembre 2015

Un été-aigre doux, Syracuse (FIN)

L'été s'achève sur une note douce...
L'automne a envahi le décor, jusqu'à la dernière minute nous croirons à l'Été, au bel été.
L'été astronomique s'en ira, demain, sur la pointe des pieds. Il s'éclipse discrètement. Les bagages sont bouclés. Les valises, entassées dans le vestibule, seront chargées cette nuit dans une grande voiture capotée. La cour se remplira de feuilles mortes. Le vent fera tourbillonner les souvenirs dans de grandes spirales ascendantes.  Nos rêves se porteront vers Syracuse...
Syracuse, cette chanson qui me trotte dans la tête depuis le début de l'été.


Deux versions, chantée par son créateur, une très ancienne et une plus récente:
Les paroles sont de: Bernard DIMEY - La musique de : Henri SALVADOR

Henri Salvador - Syracuse (live)

 

Syracuse - Henri Salvador

Posté par jeanjacques1957 à 18:29 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

06 septembre 2015

Un été aigre-doux, le Super Constellation

Il y a dans le monde 3 ou 4 Super Constellation en état de vol. L'un d'eux à survolé la ville de Berne, hier et aujourd'hui, avant de se poser sur la piste de Berne-Belp.
Il est ensuite reparti en emportant l'Été, le bel été vers une destination inconnue.
Passants et touristes n'avaient de yeux que pour la silhouette reconnaisable entre mille, de cet avion magique à quatre moteurs à hélice, à la forme de dauphin et son triple empennage vertical qui passait au-dessus des toits de la capitale.

Posté par jeanjacques1957 à 23:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

27 juin 2015

Un été aigre-doux, Adriano's bar

 Vendredi 26.06.15, Adriano's bar. La pendule marque onze heures vingt du matin. La salle est presque vide. Les ventilateurs tournent au ralenti, les clients se sont repliés sur la terrasse. L'Été, le bel été est en pleine forme physique aujourd'hui. Une odeur de café grillé flotte dans l'air, c'est le jour de la torréfaction. La machine, installée à l'extrémité du bar, rôti les grains, qui, de blanc passent au noir. Torréfié à point, le café est refroidi sur une grille (VOIR ICI).
Sur le trottoir, des groupes d'écoliers en excursion scolaire passent, bandes joyeuses. Absorbés par leur monde, ils ne prêtent guère attention à l'odeur du café grillé.
La chaleur engage à commander un iced espresso. Le café est coulé dans un verre rempli de glace pillée. Ce rafraîchissement donne des ailes pour affronter la ville qui suinte de chaleur.

Posté par jeanjacques1957 à 21:18 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,


22 septembre 2014

Été 14 - Fin

L'Été, le bel été s'en va sur la pointe des pieds.....

GRACIAS A LA VIDA "Mercedes Sosa" {Miros Mar}¸.•*¨*• ♪♫

Gracias a la vida,
que me ha dado tanto;
me dio dos luceros
que cuando los abro
perfecto distingo
lo negro del blanco,
y en el alto cielo
su fondo estrellado,
y en las multitudes
al hombre que yo amo.

Gracias a la vida,
que me ha dado tanto;
me ha dado el oído
que en todo su ancho
graba, noche y día,
grillos y canarios,
martillos, turbinas,
ladridos, chubascos.
y la voz tan tierna
de mi bienamado.

Gracias a la vida,
que me ha dado tanto;
me ha dado el sonido
y el abecedario.
Con él, las palabras
que pienso y declaro:
"madre", "amigo", "hermano",
y "luz", alumbrando
la ruta del alma
del que estoy amando.

Gracias a la vida,
que me ha dado tanto;
me ha dado la marcha
de mis pies cansados.
Con ellos anduve
ciudades y charcos,
playas y desiertos,
montañas y llanos,
y la casa tuya,
tu calle y tu patio.

Gracias a la vida,
que me ha dado tanto;
me dio el corazón,
que agita su marco
cuando miro el fruto
del cerebro humano,
cuando miro al bueno
tan lejos del malo,
cuando miro el fondo
te tus ojos claros.

Gracias a la vida,
que me ha dado tanto;
me ha dado la risa
y me ha dado el llanto.
Así yo distingo
dicha de quebranto,
los dos materiales
que forman mi canto;
y el canto de ustedes,
que es el mismo canto;
y el canto de todos,
que es mi propio canto.

Gracias a la vida,
que me ha dado tanto.


                       Un coin de Berne, la Ville fédérale vue depuis la pièce de l'écritoire...               

Posté par jeanjacques1957 à 17:05 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

14 septembre 2014

Été 14 - Piscine de Berthoud

Dans une semaine, la piscine de Berthoud, dessinée dans les années 1930, fermera se portes. L'Été, le bel été se dilue dans l'automne naissant. Nostalgie...

Posté par jeanjacques1957 à 16:16 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

01 septembre 2014

Été 14 - Papillon de nuit...

Septembre fait son entrée, l'Été, le bel été se meurt lentement.
La première soirée de septembre, un peu froide, commence avant 21 heures. Fini les journées interminables avec un soleil qui se couche tard.
Dans la cuisine, des papillons de nuit, se brûlent les ailes en volant près de la lampe. D'autres posent en déployant leurs ailes, camaïeux de brun.

Posté par jeanjacques1957 à 21:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

10 juillet 2014

Été 14 - Fabada asturiana

Le froid et la pluie continuent de perturber l'Été, le bel été.
Pour réchauffer les coeurs, le dîner de ce soir se compose d'un plat unique, une fabada asturienne...

Posté par jeanjacques1957 à 22:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

08 juillet 2014

Été 14 - Balle au pied - Brésil 2014

Le mardi, à l'Adriano's bar, c'est jour où le café est torréfié. La salle embaume le café grillé. Dehors, le temps est moche. La ville fédérale attend patiemment que l'Été, le bel été s'installe...
Là-bas, très loin, sur la surface de réparation, au cœur de la soirée, un drame couve. La
Seleção Brasileira de Futebol totalement désorganisée face à la Mannschaft prend but sur but. La planète de la balle au pied est en ébullition, jamais dans une coupe du monde l'équipe du Brésil n'a subi pareille défaite: 7 - 1. Les supporters du pays organisateur sont totalement groggy. C'est un cauchemar... En revanche, en Allemagne, c'est l'euphorie!