06 décembre 2022

Les mois d'hiver - La Saint-Nicolas (comme on dit chez nous)

La tradition du bonhomme de pâte

B9437379-64E3-4FD7-A299-40B3CBCDD8ED

Posté par jeanjacques1957 à 22:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


05 décembre 2022

Les mois d'hiver - Il a neigé cette nuit dans le petit village dans les montagnes

145e devoir de Lakevio du Goût

Consigne :

Devoir de Lakevio du Goût_145.jpg

J’aime la façon dont Mark Keller use pour nous faire comprendre que les choses ne se passent pas toujours comme prévu…
Mais vous ?
Que pensez-vous qu’il nous dise là ?
On en saura peut-être plus lundi.
Du moins je l’espère…

Yves

Je connais Yves depuis l’école primaire. Nous avons passé quatre années scolaires à nous côtoyer. Nous nous sommes revus quarante ans plus tard. Un de nos camarade avait réussi à réunir la classe entière le temps d’une soirée. Seize ans se sont écoulés depuis cette soirée, et, dans cette auberge baignée par l’océan, plantée au milieu de nulle part, où je passe une nuit, je reconnais Yves qui mange seul à une table, comme moi. Nous avons passé un bout de soirée à bavarder. Une conversation neutre, les souvenirs communs sont si diffus et lointains que la conversation s’égrène de banalités.
Ce matin avant de quitter l’auberge je suis passé dans la salle du petit déjeuner pour prendre congé d’Yves. Rien n’indique que nous nous reverrons un jour.

Yves est assis au bout d’une longue table. La tête appuyée contre ses mains, il a l’air sombre. Il sera sombre, renfermé et grognon tant qu’il n’aura pas avalé un premier café. Devant lui sont disposés un panier en osier tressé rempli de croissants, une motte de beurre à la crème crue et un pot de confiture aux abricots, l’inégalable confiture « Marillen aus dem Weinviertel » produite tout à l’est de l’Autriche. Le café déposé par le serveur détend les traits du visage et Yves ne tarde pas à en commander un second. Il a posé sa guitare devant un sucrier, un poivrier et une salière. Ces éléments en verre à fermetures métallique marquent le milieu de la table.

À l’autre bout de la table, un jeune couple tente, comme Yves, d’émerger des limbes du sommeil. Ils ont la gueule de bois. Ils sont rentrés de la ville voisine au petit matin. En regagnant leur chambre à grand fracas, ils ont réveillé les occupants des trois autres chambres. Ils en sont à leur troisième café et essayent d’organiser la journée. Ils passeront vraisemblablement cette journée de beau temps enfermés dans leur chambre, volets clos.

À travers les fenêtres à croisillons de la salle du petit déjeuner on voit la plage et l’océan. La marée est descendante. On voit aussi Lise de dos. Cette jeune fille, vêtue d’une jupe et d’un chandail de couleur bleu pastel, fixe l’horizon. Elle passe quelques jours dans cette auberge pour apprendre un texte. Dans deux mois elle sera sur scène, jouant dans un classique du répertoire français.

Un client est entré dans la salle du petit déjeuner et à commander une bière. Il a garé sa voiture à côté de celle d’Yves. Il est de passage. Il doit avoir une vingtaine d’années. Il regarde dans le vide. Il est vêtu d’une paire de bottes noires, d’un jeans et d’une veste en cuir. Discrètement il vérifie si son couteau est en place dans sa botte gauche. Il braconne parfois.

Le jeune couple a finalement décidé de faire une promenade le long de la côte. Le serveur affalé dans l’office, yeux rivés sur l’écran de son téléphone, joue à un jeu virtuel. Le client s’est dirigé vers les toilettes. Lise songe à regagner sa chambre. Yves est parti en voiture à la recherche d’un coin de plage tranquille pour mettre au point une chanson qui figurera sur son prochain album.

Lise est surprise, elle pensait en entrant dans sa chambre avoir fermé la porte à clé.
La lame du couteau sortie de la botte, le corps de Lise qui s’affale sur la moquette, la clé tombée ramassée par une main gantée, la porte de la chambre refermée, la clé remise sur le porte-clés des chambres à la réception, trois minutes de temps suspendu brouillé par le moteur d’une Ford Galaxie qui démarre en trombe.

Posté par jeanjacques1957 à 12:35 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , ,

04 décembre 2022

Les mois d'hiver - 2e dimanche de l'Avent

Le brouillard est descendu dans la vallée aux alentours de midi pour remonter en fin d'après-midi.

5F38DB20-C639-4946-8143-8A7B0EA47995Vue depuis le balcon à 15h20, le petit village dans les montagnes, contrairement à l'année passée, n'est pas sous la neige.

D9113E0A-D837-46DE-BFC9-3678BF809F30Interlaken à 16 heures, brève descente en ville, le temps d'un doppio.

3314CDC5-FB19-4206-A512-3A4061794FDADéjà le 2e dimanche de l'Avent !

03 décembre 2022

Les mois d'hiver - Jazz

Samedi soir, c'est jazz

Un très court métrage du cinéaste, écrivain et peintre américain D. A. Pennebaker, « Daybreak Express (1953) », tourné en 16mm Kodachrome, avec une musique de Duke Ellington.
C'est un film culte !

Posté par jeanjacques1957 à 22:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

02 décembre 2022

Les mois d'hiver - Au chaud, blotti dans un fauteuil club, sous une couverture, attendre le printemps

Un dernier regard sur novembre qui disparaît derrière l'Augstmatthorn

Novembre
Les grenades ouvertes qui saignent
sous une mince et pure couche de neige
le bleu des mosquées sous la neige
les camions rouillés sous la neige
les pintades blanches plus blanches encore
les longs murs roux
les voix perdues
cheminent à tâtons sous la neige
Toute la ville, jusqu’à l’énorme citadelle
S’envole dans le ciel moucheté

Tabriz, 1953
Nicolas Bouvier

Posté par jeanjacques1957 à 22:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


01 décembre 2022

Les mois d'hiver - Plongée dans la nuit polaire, glaciale et éphémère... Trois mois...

Berne
Sous le brouillard
Les mois d'hiver commencent
Doppio au Versa
Plus tard, lecture du quotidien Le Temps daté du 1er décembre au Tibits

5F87BA2E-B046-4844-B9CE-90001E8EB6A8

0A9E24C7-B49F-468A-A1D5-1EAE01DC111E

Posté par jeanjacques1957 à 22:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

19 février 2022

Les mois d'hiver - Tramway électrique

Mardi, j'ai fait un court voyage à Bâle. J'ai filmé quelques plans depuis le tram, comme au temps du cinéma muet ...

Impressions bâloises III
Voyage en tram
Ligne 10, de la gare à Saint Louis, frontière
Carnet vidéo filmé à Bâle le mardi 15 février 2022
Images, montage, réalisation Jeanjacques666

Impressions bâloises II ICI
Impressions bâloises ICI


Posté par jeanjacques1957 à 22:52 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

16 février 2022

Les mois d'hiver - Le bouquet

QUOI DE NEUF DANS LE VILLAGE DES VACANCES DE MON ENFANCE ?

Les nivéoles

Le bouquet trône dans la cuisine

A918FA34-D6A0-4DD2-B9DD-3130940E5F7D

Posté par jeanjacques1957 à 21:14 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

14 février 2022

Les mois d'hiver - Si vous passez par Courgenay, il vous faut connaitre cette histoire que les moins de vingt ans ignore !

Connue sous le nom de Gilberte de Courgenay, Gilberte Schneider-Montavon est née le 20 mars 1896 à Courgenay et décédée le 2 mai 1957 à Zurich. Elle est une sorte de Madelon suisse.

Fille des tenanciers de l'Hôtel de la Gare de Courgenay, dans la partie du canton de Berne qui forme aujourd'hui le Canton du Jura, Gilberte Montavon est entrée dans la légende lors de la Première Guerre mondiale, inspirant ensuite une chanson et un film. Une rue et un restaurant de Courgenay portent son nom. En 1914, Gilberte Montavon est serveuse dans l’établissement de ses parents qui accueille de nombreux soldats stationnés en Ajoie, parmi lesquels de nombreux Suisses alémaniques. Comme elle parle l’allemand, elle sert parfois de traductrice entre les troupes et les autorités communales. En 1915, le compositeur Hanns In der Gand séjourne dans la région pour recueillir de vieilles chansons populaires et les transmettre aux troupes. Il s’arrête à l'Hôtel de la Gare de Courgenay. Le 11 octobre 1917, il y donne un récital et entonne en suisse allemand et en français sa chanson La petite Gilberte... immortalisant l’empathie manifestée par la jeune fille vis-à-vis des soldats éloignés de leurs familles. Cette chanson sera reprise par tous les soldats et officiers mobilisés par l'armée suisse durant le conflit. Gilberte deviendra l’une des icônes du patrimoine folklorique suisse durant l’entre-deux-guerres. En 1923, Gilberte Montavon épouse Louis Schneider et s’installe à Zurich. En 1939, Rudolf Bolo Maeglin créé une pièce de théâtre intitulée La petite Gilberte... puis, en 1941, le cinéaste Franz Schnyder tourne un film portant le même nom. Ce film connaît un grand succès et reste un classique du cinéma suisse. Le rôle de l'héroïne jurassienne est incarné par l'actrice Anne-Marie Blanc.
(Source Wikipédia)

Les extérieurs du film ont été tournés dans le village des vacances des mon enfance, assez éloigné de Courgenay ! Quelques anciens du village se souviennent  de ce tournage et de la projection du film à lignières. 

Gilberte de Courgenay

Posté par jeanjacques1957 à 21:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

08 février 2022

Les mois d'hiver - Quoi de neuf dans le jardin du village des vacances de mon enfance ?

Il faudra se coucher dans les deux sens de ce moment de soleil à Berne et en face du filmeur où les images sont très très pratiques et les affiches du film de ce restaurant sont en train d'en parler.

Les premières fleurs du jardin

F259AA69-10E7-48B2-BF49-EF4A823504E5

86EB20F1-9ED1-496E-8ACF-BFB9742F858F

EA7F12B2-FDB6-4C2F-86D3-B2F56613C233

Arturo Benedetti Michelangeli et Sergiu Celibidache
Ludwig Van Beethoven Concerto pour piano n. 5, op. 73 en mi bémol "Empereur"
Paris 1974

Posté par jeanjacques1957 à 21:29 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,