19 septembre 2018

Un été sans fin - En dehors des sentiers battus... (20)

Pauline Croze, née le 4 mai 1979 à Noisy-le-Sec en Seine-Saint-Denis, est une chanteuse et musicienne française. Ses chansons se rapprochent du style pop/folk, avec une forte composante de groove.

Pauline Croze - Jardin d'hiver (audio)

 

Pauline Croze - Quand je suis ivre

 
Barbara (ou Barbara Brodi à ses débuts, de son nom de naissance Monique Andrée Serf), née le 9 juin 1930 dans le 17e arrondissement de Paris et morte le 24 novembre 1997 à l'hôpital américain de Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine), est une auteur-compositeur-interprète française.

Barbara - Les Enfants de Novembre (Théâtre Mogador - Mars 1990).

 

Swing Time - Rogers and Astaire



Robert Charlebois (ICI)

Robert Charlebois Lindberg

 

Arno, de son vrai nom Arnold Charles Ernest Hintjens, est un chanteur et acteur belge, né le 21 mai 1949 à Ostende. Trilingue, il a d'abord surtout chanté en anglais avant de privilégier le français et parfois le flamand.
Il est souvent surnommé «le Higelin belge» ou encore «le Tom Waits belge».

Salvatore Adamo est un chanteur auteur-compositeur italo-belge né le 1er novembre 1943 à Comiso (Sicile).

Adamo & Arno - Les filles du bord de mer TV5MONDE 2016

Posté par jeanjacques1957 à 22:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,


24 août 2018

Un été sans fin - Chaleur toujours...

 Mercredi 22 août, ce fut encore une journée à plus de 30 degrés !!!
Photographies, de haut en bas, de gauche à droite : Les falaises de molasse au bord de l'Emme, à Berthoud (dimanche 19 août 2018) ; l'annonce des 31 degrés ; La petite azalée, dans le jardinet est en floraison. C'est la deuxième floraison de l'année. Elle est déboussolée par un climat qui lui fait perdre ses repaires... ; Le nouveau roman d'Amélie, présent dans le minuscule rayon de littérature française, de la librairie Stauffacher, annonce que la quiétude de l'été devient de plus en plus précaire. C'est la rentrée littéraire avec une tonne de titres annoncés...
2005621D-04FF-479F-8B4B-455313D77301

Jeudi 23 août, il a fait un tout petit peu moins chaud. Le mercure n'a pas dépassé les 29 degrés...
Photographies, de haut en bas, de gauche à droite : L'empreinte des 29 degrés ; Le ciel à Berthoud vers 20h30, un ciel magnifique.
889F7CAD-C8F1-4B0A-B25D-4B575C49C7E3
Vendredi 24 août, une découverte musicale :

Simon Rochon Cohen, est un chanteur, musicien, auteur, compositeur et interprète français né le 27 août 1983 à Lyon, connu sous les pseudonymes Siméo, Chaton ou encore Petit Cœur

"POSSIBLE"
L'album, marqué par le changement de pseudonyme (Siméo devient Chaton), sort le 9 mars 2018. Il est salué par la critique qui apprécie l'originalité de ses textes désabusés, et sa musique mêlant dub et electro.

"Poésies" est extrait de cet album.

(Infos Wikipédia)

CHATON - Poésies (Clip officiel)

Réalisation : Raphaël Pfeiffer
Direction de la photographie : Eponine Momenceau
Stylisme : Lola Incardona
Assistante mise en scène : Amandine Mane
Assistant opérateur : Rémi Bouges
Repérages : Camille Ayme
Régie : Lisa Li Vecchi
Montage : Ariane Prunet
Etalonnage : Serge Antony

Deselby Productions

POÉSIES

Au bord de la faillite
Je continue d'écrire des poésies
C'est Paris qui m'habite Je continue d'écrire des poésies
Le téléphone est éteint
Le téléphone est éteint
Le téléphone est éteint


Je ne répondrai jamais plus de rien
Je ne me sens pas très bien
Depuis la fin des années 80

Pourtant la vie est facile
Il suffit de baiser les gens droit dans les yeux
Mais j'ai le sommeil fragile
De faire simplement bien quand je pourrais faire mieux
Et au bord de la faillite
Je continue d'écrire des poésies
C'est Paris qui m'habite
Je continue d'écrire des poésies

J'ai pas le refrain qui en dit long
Seulement quelques mots brisés dans la gorge
J'fais pas le malin sous les néons
Comme je lui mets ma folie dans la gorge
Si l'alcool fort est coupé aux larmes
C'est que ça va pas vraiment femme
Parfois j'ai besoin d'un sac en craft
Quand simplement respirer devient un effort
Et au bord de la faillite
Je continue d'écrire des poésies
C'est Paris Paris qui m'habite
Je continue d'écrire des poésies

Quand j'ai mal, j’ai mal, j'ai mal, j'ai mal, j’ai mal partout
Quand j'ai mal, j’ai mal, j'ai mal, j'ai mal, j’ai mal partout
Ho ça va pas du tout
J'ai plus jamais de gout
Ho ça va pas du tout, j'irai pas jusqu'au bout

Et au bord de la faillite
Je continue d'écrire des poésies
C'est Paris Paris qui m'habite
Je continue d'écrire des poésies

Quelques années en Erasmus
A sauter jupes lycéennes
Je ne demandais pas vraiment plus
Qu'un dernier volcan bouillant dans les veines
Je rêvais de remplir des salles
Pas de remplir des verres dans mon salon
Comme un con d'avant l'intégrale
D'une série, la main dans le pantalon
Et au bord de la faillite
Je continue d'écrire des poésies
C'est Paris qui m'habite
Je continue d'écrire des poésies

Au bord de la faillite
Je continue d'écrire des poésies
C'est Paris qui m'habite
Je continue d'écrire des poésies
Quand j'ai mal, j’ai mal, j'ai mal, j'ai mal, j'ai mal partout
Quand j'ai mal, j’ai mal, j'ai mal, j'ai mal, j'ai mal partout
je pourrais mais pourtant
J'fais plus jamais l'effort
Je n'aime plus trop les gens
J'm'ennuie comme un rat mort
Dans mon appartement
J'fais plus jamais l'effort
Je sais plus depuis quand
J'ai pas mis le nez dehors

Et au bord de la faillite
Je continue d'écrire des poésies
Au bord de la faillite
Je continue d'écrire des poésies
Ça va déjà mieux ça va vite
Je continue d'écrire des poésies
Au bord de la faillite
Je continue d'écrire des poésies
Au bord de la faillite
Je continue d'écrire des poésies
Ça va déjà mieux ça va vite
Je continue d'écrire des poésies
Des poésies
Des poésies

Posté par jeanjacques1957 à 23:15 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

18 août 2018

Un été sans fin - Nuée de nuages

74349552-108C-49A6-B7CE-9B6BD5C873C3

Hier, en fin d'après-midi, juste avant un orage, le ciel était magnifique à Spiez...
Aujourd'hui, le ciel réservait de belle surprises au-dessus de la Ville fédérale...

Les sorbets du jour, dégustés vers dix heures du soir, à la Gelateria di Berna:

Concombre et chanvre bio, une nouveauté
Ce sorbet au concombre est une réussite, quand au chanvre, je n'ai pas particulièrement décelé sa présence.
Grapefruit
Limone de Sorrente


"Je suis l’esprit qui danse au fond des bals éteints
La valse qui s’endort doucement sur la piste
Tandis que traîne ici l’âme des musiciens
Je suis là suffocant dans une peau d’artiste… "
JEHAN JONAS

Jehan Jonas, de son vrai nom Gérard Beziat, né et mort à Paris (12 août 1944-29 avril 1980), est un chanteur français, auteur-compositeur-interprète libertaire des années 1960 et 70.

Sur les quais - Jehan Jonas

Paroles et musique : Jehan Jonas (1966)

 

Posté par jeanjacques1957 à 23:59 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

12 août 2018

Un été sans fin - Le premier mot d'amour (1932)

Jean Salimbeni  (1911-1973)

Jean Salimbeni et son ensemble musette - Le premier mot d'amour - 1932

LE PREMIER MOT D'AMOUR
Valse du film
(R. Bussy - René de Buxeuil)

&

LE POISSON DANS L'EAU
Fox-trot du film "Le premier mot d'amour"
(R. Bussy - René de Buxeuil)

Jean Salimbeni et son ensemble musette
(refrains chantés)

Disque Cristal-4-Succès 707 / mat. 18S17
Paris, 1932 
---------
Le disque est abîmé mais les disques Cristal-4-Succès sont rares. 2 chansons par face pour plus de 4 minutes d'enregistrements. Salimbeni est un chef d'orchestre de bal musette qui a été entendu par la police pour la mort de la jeune Laetitia Toureaux, mystérieusement assassinée dans le métro parisien en 1937. Le meurtrier reste à ce jour inconnu.
__________________________

Le premier mot d'amour (1932)

Pays: France

Réalisateur: Giuseppe GUARINO
Scénario/Dialogues: 
Musique: René DE BUXEUIL
Acteurs:
- Rolla FRANCE
- MALLOIRE
- René DE BUXEUIL
Synopsis:

Un petit mécano et une délicieuse modiste s'aiment sur les bords de la Marne. Une intrigante parvient a faire du mécano son amant pendant quelques jours, mais le jeune homme contrit, obtient le pardon de sa petite amie, la seule femme qu'il aime. Date de sortie:  23 février 1934 Critique: Petit film totalement oublié, qui est sorti en catimini 2 ans après sa réalisation. Pratiquement impossible de trouver des informations à son sujet.

(Infos du Web)

 

 

La piscine en plein air d'Interlaken est entourée de montagnes. C'est un endroit propice à la rêverie et à la lecture.

E1B60BE4-0609-4726-8B89-6053E2666F6A

9CA247BE-304C-4748-97B5-2CFB5E4E1179

Posté par jeanjacques1957 à 23:47 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

07 août 2018

Un été sans fin - Aubergine en pleine terre - 33 degrés, 5e jour !!!

Impensable il y a quelques années, des aubergines poussent en pleine terre, à Berne. La voisine du REZ a tenté, et des bébés aubergines se développent. En serre c'était possible mais pas en pleine terre.
La cinquième journée consécutive à 33 degrés... Les carottes sont cuites... L'imagination s'est évaporée... Sous le soleil exactement...
Dans le parfum des momosas, on écoute en boucle Louis Lynel, des Concerts-Parisiens, chanter dans les jardins de l'Alhambra. La TSF grince, le son nous arrive du mois d'août 1924...

Louis Lynel naît le 26 août 1887 à Bastia et suit des études au conservatoire, à Marseille où ses parents et lui sont venus s'installer. Il fait ses adieux à la scène vers 1947 et meurt le 9 avril 1967 à Gourdon.

Dans les Jardins de l'Alhambra (2/2) - Louis Lynel - 1924

 Dans les Jardins de l'Alhambra
(Bénech)
Paroles de Dumont
Fox-Trot
chanté par M. Lynel
des Concerts-Parisiens

Disque à Saphir Pathé n°5178 / mx. 940*Benech
Paris, Août 1924

853939EB-59C0-4EBD-88C3-5A12838BF4D8

7BD58969-05FD-42B6-A7CC-CA21EF24F125

Posté par jeanjacques1957 à 22:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


06 août 2018

Un été sans fin - Sur les bords de la Riviera - 33 degrés 4e !!!

Encore une journée à 33 !!! Tout est liquéfié...
D668B481-F032-46FA-AEED-5EB5513A71A3

Adolphe Bérard
, né à Carpentras le 9 août 1870 et décédé à Paris le 1er avril 1946, est un chanteur français


Bérard " Sur la Riviera " 1913-1914


Anny ou Annie Flore, de son vrai nom Marie Antoinette Quié, née en 28 novembre 1912 à Cahus dans le Lot et décédée le 17 août 1985 à Boulogne-Billancourt, est une chanteuse et actrice française.

Anny Flore - Sur les bords de la Riviera


Sur les bords de la Riviera
1959 (musique de Léo Daniderff, paroles de Marcel Bertal et Émile Ronn)
chanté par Anny Flore
disque Pathé AT 1103 matrice XPT 552 ("Mon cahier de chansons N°3")


Georgette Emilienne Plana, née le 4 juillet 1917 à Agen et morte le 10 mars 2013 à L'Isle-Adam à l'âge de 95 ans, est une chanteuse et actrice française.

Georgette Plana - Sur La Riviera


Marcelly, nom de scène de Marcel Jules Turmel, né à Petit-Couronne (Seine-Maritime) le 19 mars 1882 et mort à Sainte-Marguerite-sur-Mer (Seine-Maritime) le 14 février 1966, est un chanteur de café-concert et de music-hall français.

marcelly sur les bords la riviera disque phrynis 78 1910

Posté par jeanjacques1957 à 22:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

07 juillet 2018

Un été sans fin - Dame Tu Cosita

Quelques infos sur ce phénomène planétaire (ICI), (ICI), (ICI) qui trotte dans la tête de million de personnes, le remixe de l’artiste panaméen El Chomboqui, "Dame Tu Cosita".
Sur le Tube, le clip affiche 580 083 767 de vues ! (Sachant qu'une vidéo monétisée, sur Le Tube, rapporte environ 1000 Euros par million de vues...). Cette vidéo a été postée le 5 avril de cette année.

J'aime beaucoup ce plan-séquence de 2 minutes 32 avec travelling et zoom. Le scénario est simple, un alien vert danse sur une musique entêtente sur une planéte désolée de couleur ocre, les paroles seraient un peu osées...

El Chombo - Dame Tu Cosita feat. Cutty Ranks (Official Video) [Ultra Music]

 

 

Posté par jeanjacques1957 à 22:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

30 avril 2018

Extase...

Cacographe (n.)
[Didactique, vieilli] Personne qui orthographie mal.

Je suis un cacographe depuis plus de 50 ans! Même pas honte, comme disent les jeunes...

Résultat de recherche d'images pour "pause musique"

A6D7A41E-F1FA-4188-93E6-75B5D6DE22ED

Julien Doré en duo avec Dick Rivers - Africa

...Africa, le début des années 1980, souvenirs de folles nuits (blanches) dans les boîtes genevoises...

Posté par jeanjacques1957 à 22:43 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

27 avril 2018

Le temps du lilas

J'écoute le concerto pour deux clarinettes en mi bémol majeur op 91 de Franz Kommer (ICI)

La floraison des lilas a commencé. C'est une période que j'aime, les effluves du lilas qui embaument les soirées de printemps. Les chats du quartier, partent en chasse à la tombée de la nuit et les lilas les laissent indifférents. Ils ont d'autres chats à fouetter...
Nous n'avons pas de nouvelles des goélands qui passaient dans la note du 7 juillet 2017. Ils disparaissaient derrière des collines et il est écrit que leur destination reste mystérieuse... Depuis, plus de nouvelles de ces oiseaux. Damia a sa version que l'on peut entendre au moyen d'un saphir qui glisse dans le sillon d'un disque...

Damia chante et raconte sa chanson " les goélands " 1948


Les lilas, eux, sont chantés par Brassens

Georges Brassens - Les lilas

Si les pochards égrènent leur soûlographie, moi je récite ma café-graphie. Je n'en dors plus...

Posté par jeanjacques1957 à 23:43 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

09 avril 2018

Les sans-têtes

Nota bene: le vendredi, Lakevio publie sur son blog la reproduction d'une toile, d'un artiste connu ou moins connu. Cette peinture sert de guide pour une création littéraire. Le lundi, Lakevio donne sa version. Dans les commentaires, ceux qui proposent un texte indiquent l'adresse à laquelle leur prose peut être lue. Il est intéressant de lire ces textes, souvent cousins dans la trame mais tous avec leur caractère et leur style.Lakevio, c'est à cette adresse: (ICI)

Les dix ...  

Sans-têtes


karin jurick -hands of time

Karin Jurick

Sur ce que vous inspire la toile de Karin Jurick, vous voudrez bien placer les dix mots suivants dans votre texte en les soulignant ou surlignant. pour mieux les repérer.

complémentaire

epoustouflant

respirait

baignade

tortionnaire

chanteur

juger

aberrant

pénitencier

profitera

 

A vos claviers.  Retour lundi. Mais n'en perdez pas la tête !

La salle, vaste, avec une hauteur sous plafond de plus de quatre mètres, n‘avait pas de nom, contrairement à toutes les salles et bureaux de l‘établissement. Elle ne portait pas de numéro et aucun horaire des consultations n‘était visible. La seule fantaisie, dans ce lieu austère, était un petit autocollant fixé sur la chambranle de la porte. On pouvait lire "BAIGNADE interdite“.

Les murs de la salle, noirs, étaient percés de deux fenêtres. Le sol et le plafond, jaune sable, faisaient comme un coin de désert. L‘endroit RESPIRAIT le propre avec une vague odeur de désinfectant. Des bancs, alignés dans la largeur, étaient, pour l‘instant, inoccupés. Au-dessus se balançaient des câbles.

Au fond de la salle un imposant écran plasma diffusait le tirage du numéro COMPLÉMENTAIRE de la loterie nationale. Un fondu enchaîné fit apparaître un CHANTEUR qui se lança dans une reprise "des portes du PÉNITENCIER“, une chanson qui avait, jadis, fait chauffer les saphirs. C‘était au siècle passé, à l‘époque du yéyé. La voix peu assurée de ce chanteur d‘opérette rendait le numéro, à en JUGER, par la passivité du public de ce télé-crochet, peu ÉPOUSTOUFLANT. Un TORTIONNAIRE n’aurait pas mieux réussi pour arracher un aveu ABERRANT de la bouche d’un réfractaire au régime autoritaire mis en place par une junte militaire.

Sur un des bancs, quelqu’un avait gravé, au moyen d’un couteau de poche, “à qui PROFITERA le crime?”

Les premiers patients arrivèrent. C’était un couple de retraités. Ils portaient des tenues estivales, dans les tons ciel. Elle et lui tenaient précieusement un sac de jute. Ils contenaient leur fil de vie, encodé sur des disque durs. Aussitôt assis, des infirmiers se précipitèrent pour s’occuper d’eux. Cette salle, sans nom,  austère et indiquée nulle part dans l’établissement, accueillait les sans-têtes. Ils venaient ici, trois fois par semaine pour une dialyse de l’âme. Les infirmiers branchaient les câbles qui se balançaient au-dessus des bancs sur le reste de leur tête. Ils glissaient ensuite les disques durs, qui se trouvaient dans les sacs de jute, dans des lecteurs de puissants ordinateurs et les patients revivaient leur souvenirs. Officiellement, cette étrange maladie, qui efface peu à peu la tête n’existe pas. La médecine, impuissante, est dans le déni. Peu à peu, la tête s’efface. Il n’y a pas de guérison et l’effacement est plus ou moins rapide. La dialyse de l’âme est la seule parade. 

Bientôt, la salle est pleine et l’on peut observer le ballet-pantomime des infirmiers. Ils connectent les sans-têtes à leur bride de souvenirs.

Par l’une des fenêtres de la salle, on voit le printemps qui démarrent. Dans un pré, un troupeau de vaches est couché sous les arbres. On les imagine ruminer. Elles n’ont pas de têtes.

Jeanne Moreau - Peuplades

 

 

Posté par jeanjacques1957 à 17:54 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , ,