Rêveries

19 janvier 2018

21.01.15

                      Autoportrait pour main gauche et demi-citron
                                                   
C'était le 21 janvier 2015, je faisais la vaisselle, le soir, avant les émissions de télévision en première partie de soirée, ou les émissions littéraires diffusées à la T.S.F. Les mains gantées de caoutchouc jaune, une idée s'est présentée à mon esprit. Toc, toc! Qui est là? Une idée...
J'ai revisité le selphie. J'aime cette photographie en blanc et jaune, prise avec mon smartphone. En 2015, son titre était "Selfie", En 2017, c'est devenu, "Égoportrait" et en 2018 le titre définitif est: "Autoportrait"...

 

 

ZAZ - Paris sera toujours Paris (Clip officiel)

Posté par jeanjacques1957 à 22:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


15 janvier 2018

Les boeufs

Nota bene: le vendredi, Lakevio publie sur son blog la reproduction d'une toile, d'un artiste connu ou moins connu. Cette peinture sert de guide pour une création littéraire. Le lundi, Lakevio donne sa version. Dans les commentaires, ceux qui proposent un texte indiquent l'adresse à laquelle leur prose peut être lue. Il est intéressant de lire ces textes, souvent cousins dans la trame mais tous avec leur caractère et leur style. Lakevio, c'est à cette adresse: (ICI)

Devoir :
1) Commencez impérativement votre texte par la phrase suivante : "Alors, tu vas vraiment faire ça ?" (emprunt à Nathalie, qui retourne en Enfance.)
2) Terminez impérativement votre texte par la phrase suivante : "Je ne veux pas mécontenter ces messieurs dont les articles sont si utiles." (emprunt à Paul, le petit ami.)
Entre les deux, casez ce que vous voulez !

Tableau de Bertha Wegmann 

"-Alors, tu vas vraiment faire ça?", deux actrices, buvant un thé, dans un coin du studio 4, transformé en atelier de peinture, répétaient leur scène. Filmée à la sauvette, balancée sur Le Tube, la scène faisait le buzz. Elle passait en boucle sur l'écran du téléphone portable, installé sur le grille pain. L'endroit était idéal pour servir de chronographe lors de la cuisson d'une dinde farcie ou de patates douces et l'écoute de la France Inter, souvent, de la Radio Suisse romande, parfois. Il fallait juste déplacer l'appareil téléphonique quand l'envie d'une tranche de pain à l'engrain ou petit épeautre grillée se faisait pressante. Les carreaux de la fenêtre de la cuisine, ceux situés devant l'évier, étaient couverts, côté extérieur, de gouttes de pluie. La dame de la météo n'avait pas menti. Dès la nuit venue, la pluie s'était mise à tomber.
La cuisine était déserte. La cafetière italienne bouillait, prête à produire un café d'excellente qualité. Un calepin de moleskine et une plume abandonnés sur la table, attendaient l'inspiration. Un dérèglement modifia la chaîne, sur Le Tube, et Armand Mestral chantant la chanson des blés d'or, se fit entendre. Une chanson nostalgique des campagnes d'antan. Le poète Gustave Roud parlait de campagnes perdues. Les boeufs, tirant la charrue, se regardent au musée. A Orsay, on peut admirer un tableau magnifique, "Labourage nivernais, dit aussi Le sombrage" peint en 1849 par Rosa Bonheur (1822-1899). Un tableau imposant de 1,34 m de haut et de 2,6 m de long. Un tableau qui montre la rudesse du labour. Faire avancer un équipage de six boeufs en cadence, puis opérer un demi tour, c'est autre chose que de faire youtubeur...
Le téléphone grésilla, arrêtant net, musique, ténor et description d'un tableau.
"-Pronto."
"-Tu vas participer ou pas?"
"-Je ne veux pas mécontenter ces messieurs dont les articles sont si utiles." 

La chanson des blés d'or (ICI)
Labourage nivernais (ICI)

Posté par jeanjacques1957 à 21:51 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

13 janvier 2018

Jazz

Samedi soir
Le mois de janvier se dilue, s'effiloche, s'étire sous le brouillard.
Parfois une pointe de soleil éclair un bout de chapitre.
Les chats du quartier tournent en rond. Ils composent des symphonies en Ré majeur.
Ils s'ennuient. Ils lisent des romans photos, achetés dans les kiosques de gare. En couverture une féline noire tente de les appâter.
Il est 22 heures, la cafetière italienne siffle. Le café est prêt à sublimer le spleen.
Tout à l'heure, un verre de vin, un "Aragonia 2011 Granacha", accompagnait les cailles et carottes en cocotte. Cailles à l'alcool de coing, coing du jardin, distillation 2016. Des choux de bruxelles pochés dans un peu d'eau salée étaient également servis. Après la salade composée, de laitue grasse de Morges, de feuilles d'épinard et de poivron, un peu de jaune dans les différents verts, un bref sashimi (刺身) de saumon faisait office d'entrée. Fromage et orange moro marquèrent la fin du repas.
Un chocolat 100% cacao est croqué en buvant le café.
Le poste à galène diffuse, c'est samedi soir, du jazz...


Ornette Coleman
, né le 9 mars 1930 à Fort Worth (Texas) et mort le 11 juin 2015 à New York, est un saxophoniste ténor et alto, trompettiste, violoniste et compositeur, précurseur majeur du free jazz.

Ornette Coleman - The Shape Of Jazz To Come [Full ALbum, 1959]

Sorti sur Atlantic Records en 1959, il fait ses débuts sur le label et signe son premier album avec son quartette de travail incluant lui-même, le trompettiste Don Cherry, le bassiste Charlie Haden et le batteur Billy Higgins.

1.Lonely Woman
2.Eventually
3.Peace
4.Focus on Sanity
5.Congeniality
6.Chronology


Thelonious Sphere Monk (10 octobre 1917–17 février 1982) est un pianiste et compositeur de jazz américain célèbre pour son style d'improvisation, ainsi que pour avoir écrit de nombreux standards de jazz.

Thelonious Monk - Monk's Dream (Full Album)

Posté par jeanjacques1957 à 22:22 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

12 janvier 2018

Rencontre avec René Char

 

«Nous avons du marteau la langue aventureuse.
Nous sommes des croyants pour chemins muletiers.»
(René Char: Chants de la Balandrane)


Rencontre avec René Char


C'est en 1967 que Michel Soutter filme René Char chez lui, à l'Isle-sur-la-Sorgue, dans le Vaucluse. Le grand poète a alors tout juste 60 ans, il a reçu l'année précédente le Prix des critiques pour l'ensemble de son œuvre.

Champ libre - 20.11.1967 - Réalisateur: Michel Soutter - RTSR (Radio Télévision suisse romande)


Trois poèmes de René Char


Dans les années 60, le grand poète René Char (1907 - 1988) a inspiré quelques artistes venues du milieu de la chanson poétique. Voici une très courte anthologie, avec
- "Allégeance", poème mis en musique et chanté par Marie-Claire Pichaud
- "En robe d'olivier", poème dit à plusieurs voix et notamment celle d'Hélène Martin
- "Chant d'insomnie", dit par Bachir Touré, puis chanté par Hélène Martin.
Ces deux dernières poésies sont extraites de "Terres mutilées", un spectacle à partir d'un montage de textes de René Char, qui fut présenté par Hélène Martin au Festival d'Avignon en 1966.
Le disque vinyl a été réédité en CD en 2007 (nos extraits correspondent à la plage 30 de ce CD).

Posté par jeanjacques1957 à 22:16 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , ,

11 janvier 2018

Cartes

Deux collages que j'ai réalisé en février 2016. Une carte a été envoyée en Suisse et l'autre en France. Elles avaient pour titre: "Les fauteuils en été"(1 et 2).

Posté par jeanjacques1957 à 22:37 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

10 janvier 2018

Jardin

Brouillard

La brouillard se traîne dans le Seeland. Il fait cru. Les voitures circulent avec prudence sur la route de ce qui furent des marécages; région humide, infestée de moustiques et propice à la malaria. Au XIXe et au début du XXe siècle, les différentes corrections des eaux du Jura permirent à de grandes étendues de devenir des  terres arables et de chasser les épidémies, les marais asséchés rendaient le Seeland salubre.
Le soleil devient visible depuis les hauteurs du Landeron, là où meurt la garrigue. Quelques plantes spécifiques fait que la garrigue fini ici. Cette confidentialité botanique permet de rêver à la mer, qui bat la grève à des centaines de kilomètres des pentes du Landeron. 
Quelques kilomètres d'une route avec épingles, parcourue à la vitesse de l'éclair et c'est l'arrivée dans le village des vacances de mon enfance.
Le décor est immuable, au loin, Le Chasseral haut de 1606,2 mètres.
Le brouillard vient de se retirer,le jardin somnole. Une primevère, deux perce-neiges et la fleur d'un souci, maintenue par le gel,égayent la journée grise.

 Le jardin de Lignières vers 09:45...

Posté par jeanjacques1957 à 22:41 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,