22 mars 2017

Vu de l'extérieur

 

Cela fait des mois que nous suivons, depuis l'extérieur, sur les chaînes de télévision ou de radiodiffusion françaises ce grand roman-savon intitulé: "Qui, dimanche soir, sera invité à la table de l'Élysée?"
Les scénaristes ont une imagination débordante, un palmipède s'est invité dans le synopsis, et la demi-finale approche. 
Les candidats sont nombreux, une partie, triée sur le volet, a pu participer à la "prime time", l'autre jour; une femme dont tout le monde veut barrer la route, un ex-banquier aux airs de dandy, un gars qui pilotera, en cas de victoire,  l'Hexagone depuis une cellule V.I.P., installée aux Baumettes à Marseille... Etc.
Dommage que Dany le Rouge ne participe pas à cette téléréalité, viré en 1968 des facs parisiennes, un retour triomphal dans l'Élysée eût été du plus grand des effets.
Dans l’Odyssée, Protée décrit l'Élysée ainsi à Ménélas:
« Les Immortels t'emmèneront chez le blond Rhadamanthe,
Aux champs Élyséens, qui sont tout au bout de la terre.
C'est là que la plus douce vie est offerte aux humains ;
Jamais neige ni grands froids ni averses non plus ;
On ne sent partout que zéphyrs dont les brises sifflantes
Montent de l'Océan pour donner la fraîcheur aux hommes. »
— (Trad. Frédéric Mugler, 1995)
Et quid d'Arlette? Cette année aurait été, à ne pas en douter, l'année de son grand soir...
Pendant que ce petit monde tente de rassembler les brebis égarées, un vieux général, dont tout le monde politique semble issu, se retourne dans sa tombe, on se souvient de ce bal tragique à Colombey...
De l'extérieur, nous avons un avantage, le soir du scrutin, nous aurons les éléments de réponse 30 minutes avant la fille aînée de l'Église!
P.-S. Les photos sont tirées de la Toile

Posté par jeanjacques1957 à 22:15 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,


21 mars 2017

Connie Francis

 

Connie Francis (12 décembre 1938 à Newark) est une chanteuse italo-américaine, notamment de la fin des années 1950 et du début des années 1960, connue pour ses nombreux disques d'or et classements internationaux.

 

CONNIE FRANCIS ON TV: LIPSTICK ON YOUR COLLAR (1959)

 

FRANKIE, Connie Francis, MGM #12793 1959

 

Connie Francis : Where The Boys Are

 

Stupid Cupid by Connie Francis 1958

 

Connie Francis - Everybody's Somebody's Fool

Posté par jeanjacques1957 à 22:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

20 mars 2017

Equinoxe

L'équinoxe de printemps est à 11:28:38

Posté par jeanjacques1957 à 11:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

19 mars 2017

Encore un beau dimanche

Dimanche 19 mars 2017

Un Café au Colonial
Un egoportrait, c'est encore un peu la mode
Balade du dimanche à Morat
Un beau coucher de soleil vu depuis la Ville fédérale
Un petit encart lu dans "Le Temps" daté de samedi - dimanche 18 - 19 mars 2017

                                                  


François Silvant
, né le 15 octobre 1949 à Lausanne et mort dans la même ville le 14 juin 2007, est un humoriste et comédien vaudois.

François Silvant Autrement ça va

 

François Silvant - L'essayage des dentiers

Posté par jeanjacques1957 à 23:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

18 mars 2017

Jazz

Le samedi soir, c'est jazz...

Journée aux accents pluvieux,
Café au Colonial,
Pas lu un journal, ni écouté de journaux parlés à la T.S.F,
L'hiver se retire discrètement,
Il est 21h45, le temps de lancer un gâteau à la coco ( noix)...
Les chats du quartier sont descendus en ville pour la castagne du samedi soirs. Ils fréquentent des bars louches. Des bars réservés à la gente féline, quelques rats punks y sont admis!
Le samedi soir, c'est jazz...
Les aiguilles de la pendule du salon se croient déjà à l'heure d'été. L'été, un mot qui résonne dans tout l'appartement. Un mot plus fort que le jazz...
Jazz à Zanzibar... 
 
Weldon Leo "Jack" Teagarden, est un tromboniste et chanteur de jazz américain, né le 20 août 1905 à Vernon (Texas) et mort le 15 janvier 1964 à La Nouvelle-Orléans.

Il est aussi connu sous les surnoms de Big Tea (ou Big T) et Mister Tea.

Jack Teagarden - 1961 - Mis'ry and the Blues


01 Don't Tell A Man About His Woman 00:00
02 Basin Street Blues 02:56
03 Froggie Moore Blues 08:07
04 I Don't Want to Miss Mississippi 10:59
05 It's All In Your Mind 15:15
06 Mis'ry and the Blues 19:49
07 Dixieland One-Step 25:10
08 Love Lies 30:09
09 Afternoon In August 33:34
10 Peaceful Valley 36:58

Posté par jeanjacques1957 à 22:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,


17 mars 2017

Nostalgie...

Berne, souvenirs d'été...
(Juin 2016)

Posté par jeanjacques1957 à 22:15 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,

16 mars 2017

Cette blessure... /// Souvenirs d'été

Souvenirs d'été

La pluie a emporté le décor de neige.
Le vent tourbillonne, soulevant
quelques feuilles oubliées et mortes.

Les jours d'été, des notes, égrenées par
une pianiste, s'enfuient par
les persiennes entr'ouvertes et
ruissellent dans la rue inondée
de soleil, déserte et brûlante.

Persiennes, ce mot évoque
des souvenirs d'été.

La pluie a emporté le décor de neige.
Le vent tourbillonne, soulève les rêves et
les emporte dans le néant.

Les persiennes entr'ouvertes dévoilent
une musique inlassablement répétée

par une pianiste déchiffrant une partition.

Persiennes...

27 décembre 2012

 

 "Cette blessure"
Angélique Ionatos : voix et guitare
Paroles et musique : Léo Ferré

 

Pascal Auberson, né le 21 avril 1952 à Lausanne, est un chanteur, percussionniste et pianiste suisse.

Cette Blessure (Pascal Auberson chante Léo Ferré)

Salut Léo! Pascal Auberson chante Léo Ferré, Théâtre de Beausobre, Morges, 10 octobre 2003

 

Léo Ferré - Cette Blessure

Posté par jeanjacques1957 à 22:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

15 mars 2017

Fado

Amália Rodrigues, de son nom complet Amália da Piedade Rebordão Rodrigues, née le 23 juillet 1920 à Lisbonne, ville où elle est morte le 6 octobre 1999, est une chanteuse de fado et actrice portugaise. 

Amália Rodrigues Lisboa Não Sejas Francesa

Amália Rodrigues "Canção Do Mar"

Amália Rodrigues " Barco Negro " David Mourão Ferreira 1955

 

Alfredo Duarte Marceneiro (25 février 1891, Lisbonne - 26 juin 1982, Lisbonne) est un chanteur portugais de fado. Il est un des chanteurs qui fonda ce genre musical.
Il invente le style particulier qui met le fado en scène, et invente la tenue noire typique et l’attitude du fadiste qui chante les yeux fermés.

ALFREDO DUARTE Marceneiro - "Nos tempos em que eu cantava"


Fernando Tavares Farinha, né le  20 de Décembre de 1928 (officiellement 5 mai de 1929 ), mort le 12 Février 1988, est un chanteur portugais de fado.

"Belos Tempos" By Fernando Farinha

Posté par jeanjacques1957 à 22:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

13 mars 2017

Poussière d'or

Nota Bene: le samedi, Lakevio publie sur son blog la reproduction d'une toile, d'un artiste connu ou moins connu. Cette peinture sert de guide pour une création littéraire. Le lundi, Lakevio donne sa version. Dans les commentaires, ceux qui proposent un texte indiquent l'adresse à laquelle leur prose peut être lue. Il est intéressant de lire ces textes, souvent cousins dans la trame mais tous avec leur caractère et leur style. Lakevio, c'est à cette adresse: www.lakevio.canalblog.com

Chris-Aggs-Echo & Narcissus

Le tintement des nivéoles, qui s'épanouissent au pied du tilleul, dans le parc, l'a tirée de sa torpeur.
Vite, vite, le printemps arrive, le printemps est arrivé.
Quatre à quatre, Elle monte les marches de l'escalier qui mène aux combles. Elle rassemble le décor de printemps disséminé ça et là. Elle empoigne sacs, gravures, tapis, petits meubles et, en quatre aller et retour, tout est posé au milieu du salon.
Vite, vite, le printemps arrive, le printemps est arrivé. 
La radio est allumée. Le programme ronronne jusqu'à ce que le speaker annonce une chanson de Pierre Perret, "C'est le printemps". Il prie les oreilles chastes de s'éloigner des transistors. Elle sourit, elle adore cette chanson pleine de rythme et un peu... leste!
Vite, vite, le printemps arrive, le printemps est arrivé.
Prestissimo, en suivant la cadence effrénée de la chanson, elle décroche les tableaux aux paysages d'hiver, remplace les tentures par de légers volages, achève le bonhomme hiver au chalumeau, elle installe d'élégantes aquarelles printanières aux murs du salon. 
Vite, vite, le printemps arrive, le printemps est arrivé.
Elles sélectionne les disques du moments, "Au printemps" de Jacques Brel, "Le printemps est arrivé" Michel Fugain et le Big Bazar, Le sacre du printemps de Stravinsky, un LP de 1958, Ernest Ansermet dirige l'Orchestre de la Suisse romande, une version jazz du printemps, extraite des quatres saisons de Vivaldi, Richard Galliano à l'accordéon...
Vite, vite, le printemps arrive, le printemps est arrivé.
Le printemps météorologique a commencé depuis le 1er mars, le début du printemps phénologique est commencé, dans les alentours de la Ville fédérale, depuis la floraison des crocus botaniques, l'équinoxe de printemps est prévue pour bientôt.
Elle se dépêche pour tout mettre en place. Elle peste de ne plus être agile, comme dans sa jeunesse.
Vite, vite, le printemps arrive, le printemps est arrivé.
Elle installe un vase avec quelques narcisses sur le marbre devant la fenêtre. Elle remporte le décor d'hiver dans les combles de la maison, vérifie que tout est en place.  Elle maudit le réchauffement climatique qui avance les saisons. Elle aime tant les grasses matinées. Elle jette un dernier regard sur le parc et dans le salon. Tout est prêt. Elle saisit un petit bocal, posé sur le rebord de la fenêtre, ouvre le couvercle. Une poussière d'or s'échappe du bocal et envahit le salon, le parc, le ciel,la poussière brille dans le soleil. Le printemps est lancé. Elle referme prestement le couvercle. Il ne faut pas gaspiller la précieuse poussière. Épuisée par tous ces travaux, la fée Mélusine, se laisse tomber dans un fauteuil. Malgré son grand âge, son souffle court et ses rhumatismes, elle vient, une fois de plus, de créer le printemps. Depuis la nuit des temps, c'est Mélusine qui chasse le général Hiver.
Elle s'endort, sereine.
Le petit réveil, posé sur la coiffeuse Charles X, fait un tic-tac  joyeux. L'aiguille du réveil est placé sur "printemps", mais la fée Mélusine, qui déjà ronfle, a oublié de remonter la sonnerie...


 

Pierre Perret C'est l' printemps

 

Richard Galliano - Le Printemps (Vivaldi) - Nancy Jazz Pulsations (2014)


Richard Galliano joue "Le Printemps", extrait de Les Quatre Saisons de Vivaldi, à l'Opéra National de Lorraine dans le cadre du festival Nancy Jazz Pulsations, édition 2014.

Production : SUPERMOUCHE PRODUCTIONS.
En coproduction avec Vosges Télévision.
En association avec Arte France, Mezzo et GIE Lorraine Télévisions.


Printemps

Victor Hugo

Voici donc les longs jours, lumière, amour, délire !
Voici le printemps ! mars, avril au doux sourire,
Mai fleuri, juin brûlant, tous les beaux mois amis !
Les peupliers, au bord des fleuves endormis,
Se courbent mollement comme de grandes palmes ;
L’oiseau palpite au fond des bois tièdes et calmes ;
Il semble que tout rit, et que les arbres verts
Sont joyeux d’être ensemble et se disent des vers.
Le jour naît couronné d’une aube fraîche et tendre ;
Le soir est plein d’amour ; la nuit, on croit entendre,
A travers l’ombre immense et sous le ciel béni,
Quelque chose d’heureux chanter dans l’infini.

Victor Hugo, Toute la lyre

Posté par jeanjacques1957 à 21:09 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :

12 mars 2017

Dimanche de mi-mars...

Dimanche
un café au Colonial
Balade dans la campagne de Wabern, jusqu'à l'aéroport de Belp-Bern
Vue sur les Alpes, température très clémente
Vu l'envol de l'Amsterdam et le superbe Concordino s'envolant pour Berlin
Un air de printemps flotte sur la campagne
Tout va renaître....

Encore un beau dimanche

Posté par jeanjacques1957 à 22:15 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,