Dans la petite salle de l'Adriano's bar, on y boit des cafés en décortiquant la presse du jour ou on y écrit sur des carnets aux pages lignées ou virtuelles tout en refaisant le monde...

                                                                                Adrianos

17 novembre 2017

Dollars!

Vendredi 17 novembre 2017

Il fait froid dans la Ville fédérale. Une bise court, à petite vitesse, sur le Plateau suisse. Elle perd en chemin des morceaux d'air froid. La capitale grelotte.

Un cappuccino, bu rapidement en lisant la presse, à l'Adriano's bar, réchauffe le corps. Les nouvelles du monde, imprimées dans le journal, glacent le cœur. Le haut-parleur, situé au-dessus de la machine à café, diffuse une musique rock. Les notes de musique tentent de se faire une place dans le bavardage ambiant. C'est vendredi, il est 16h30, la salle est pleine. C'est plutôt l'heure de la bière et de la Gazzosa que celle du café.

Dans le journal, on peut lire, entre deux dépêches de politique, qu'un tableau, "Salvator Mundi", 65 cm sur 45 cm, vendu 45 livres britanniques en 1958, un tableau peint vers 1500, peut-être par Léonard de Vinci, la querelle des experts n'est pas close, que ce "Sauveur du Monde" s'est vendu, à l'encan, en 19 minutes, pour la somme record dans le monde de l'art de 450,3 millions de dollars. Léonard songe à demander des droits d'auteur ! Je vais revoir à la hausse le prix de mes dessins d'écolier...

 

Dollar - Gilles et Julien - 1932

Dollars (ICI)

De l´autre côté de l´Atlantique
Dans la fabuleuse Amérique
Brillait d´un éclat fantastique
Le dollar
Il f´sait rêver les gueux en loques
Les marchands d´soupe et les loufoques
Dont le cerveau bat la breloque
Le dollar
Et par milliers, d´la vieille Europe
Quittant sa ferme ou son échoppe
Ou les bas quartiers interlopes
On part, ayant vendu jusqu´à sa ch´mise
On met l´cap sur la terre promise
Pour voir le dieu dans son église
Le dieu Dollar!

Mais déjà dans la brume
Du matin blafard
Ce soleil qui s´allume
C´est un gros dollar!
Il éclaire le monde
De son feu criard
Et les hommes à la ronde
L´adorent sans retard

On ne perd pas l´nord, vous pensez,
Juste le temps de s´élancer
De s´installer, d´ensemencer
Ca part!
On joue, on gagne, on perd, on triche
Pétrole, chaussettes, terrains en friche
Tout s´achète, tout s´vend, on d´vient riche
Dollar!

On met des vieux pneus en conserve
Et même, afin que rien n´se perde,
On fait d´l´alcool avec d´la merde
Dollar!
Jusqu´au bon Dieu qu´on mobilise
Et qu´on débite dans chaque église
Aux enchères comme une marchandise
A coups d´dollars!

Mais sur la ville ardente
Dans le ciel blafard
Cette figure démente
C´est le dieu Dollar!
Pas besoin de réclame
Pas besoin d´efforts
Il gagne toutes les âmes
Parce qu´il est en or

Autos, phonos, radios, machines,
Trucs chimiques pour faire la cuisine
Chaque maison est une usine
Standard
A l´aube dans une Ford de série
On va vendre son épicerie
Et l´soir on retrouve sa chérie
Standard
Alors on fait tourner des disques
On s´abrutit sans danger puisque
On est assuré contre tous risques
Veinard!
La vie qui tourne comme une roue
Vous éclabousse et vous secoue
Il aime vous rouler dans la boue
Le dieu Dollar

Quand la nuit sur la ville
Pose son manteau noir
Dans le ciel immobile
Veille le dieu Dollar
Il hante tous les rêves
Des fous d´ici-bas
Et quand le jour se lève
Il est encor là!

On d´vient marteau, dans leur folie
Les hommes n´ont plus qu´une seule envie
Un suprême désir dans la vie :
De l´or!
S´ils s´écoutaient, par tout le monde
On en sèmerait à la ronde
Au fond de la terre profonde
Encor!
On en nourrirait sans relâche
Les chèvres, les brebis, même les vaches
Afin qu´au lieu de lait elles crachent
De l´or!
De l´or partout, de l´or liquide
De l´or en gaz, de l´or solide
Plein les cerveaux et plein les bides
Encor! Encor!

Mais sous un ciel de cendre
Vous verrez un soir
Le dieu Dollar descendre
Du haut d´son perchoir
Et devant ses machines
Sans comprendre encor
L´homme crever de famine
Sous des montagnes d´or!

Dollar est une chanson écrite par Jean Villard-Gilles, en juillet 1932.

Posté par jeanjacques1957 à 22:41 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,


05 novembre 2017

Dimanche de novembre

Dimanche, 17:40
La nuit est tombée, il a plu une grande partie de la journée. L'Adriano's bar est plein à craquer. Le haut parleur, situé au-dessus de la machine à café diffuse en sourdine une musique plutôt rock . Les deux ventilateurs fichés au plafond, faute d'air chaud à brasser, s'ennuient le dimanche.
Quelques cris d'enfants tentent de s'imposer. Les conversations se font en dialecte bernois avec des percées d'espagnol et d'un peu de français. La presse francophone, excepté "Le Monde" daté de samedi, à disparu. Aucune trace de "Télérama" ;-). Je ne sais même pas si l'hebdomadaire préféré de HB est vendu à la gare. Je le lisait régulièrement dans les années 1980, j'habitais dans la Cité de Calvin. Dans la ville du bout du lac Léman, le choix de la presse française est plus grand que dans la Ville fédérale. Ici, se sont les titres allemands et autrichiens qui sont proposés.
Le cappuccino était délicieux. C'est totalement iconoclaste de boire un cappuccino en fin d'après-midi. Peu à peu la petite salle se vide. L'Adriano's sera calme ce soir...
Un tram no9 est visible au loin. Le temps de payer la consommation et les portes du serpent d'acier se referment, emportant les passagers en direction de la gare.
Il pleuvra encore dans la soirée...

Posté par jeanjacques1957 à 22:21 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , ,

02 novembre 2017

Eté 2017, album - La tournée des cafés

Adriano's bar, Berne
Colonial bar, Berne
Sprüngli, zurich (2 photographies)
Buffet express, gare de Moutier
Tibits, Berne
Gare du train à vapeur et à crémaillère Brienz Rothorn, Brienz
Terrasse de l'épicerie et agence postale, Gadmen (Oberland bernois)
Hôtel de la Poste, Lignières
Une soirée d'été à la terrasse de l'Adriano's bar, Berne
Tea Room Frutiger, Meiringen (Avec meringue et crème fouettée)
Wagon restaurant, "Bistro", café pris sur le comptoir entre Berne et Zurich
SBB Stadtbistro, gare de Brigue
Grand Restaurant, Schuh, Interlaken
Terrasse de la Pension de Gspon, à 1895 m
Stadtrösterei, Soleure
Buffet de la gare d'Oberwald (Vallée de Conches, Valais)
Café Scwarzenbach, Zurich
Restaurant de l'aéroport de Berne/Belp
Colonial bar, Berne

07 octobre 2017

Et maintenant, Petite Fleur...

SOLANGE TE PARLE

stop ou encore ?


Samedi soir, c'est jazz...


AUTOMNE...

Claude Luter feuillage d'automne

BEAU SAMEDI AUTOMNAL


Café à l'Adriano's bar, balade urbaine...


LES ROBOTS

Patricia JANEČKOVÁ: "Les oiseaux dans la charmille" (Jacques Offenbach - Les contes d' Hoffmann)


LA CALOMNIE

Fiodor (Fédor ou Feodor) Ivanovitch Chaliapine (en russe : Фёдор Иванович Шаляпин), né le 1er février 1873 (13 février 1873 dans le calendrier grégorien) à Ometeva Province de Kazan et mort le 12 avril 1938 à Paris, est un chanteur d'opéra (basse) et acteur russe qui avait également un grand talent pour le dessin.

Chaliapine chante l'Air de la Calomnie du Barbier de Séville



LA CHANSON DU JOUR

Eddy de Pretto - Kid (Clip Officiel)

 

Le coucher de soleil de ce samedi 7 octobre 2017...

 

 


JAZZ

Django Reinhardt - Nuages

 

Django Reinhardt & Stephane Grappelli - Minor Swing

 

Django Reinhardt & Stéphane Grappelli - Jattendrai Swing 1939 - LIVE!

 

Les Haricots rouges est un groupe français de jazz Nouvelle-Orléans et dixieland, formé en 1963.
Ils ont vendu plus d'un million d'albums dans le monde en cinquante ans de carrière (deux millions avec les cassettes et les vinyles), et ont fêté leurs cinquante années d'existence en 2013, notamment par la sortie d'un nouvel album (French Melodies).

Les Haricots Rouges - Maman n'veut pas

 

Les Haricots Rouges "Les copains d'abord" | Archive INA

 

1966 Les Haricots Rouges.


Sidney Bechet, né le 14 mai 1897 aux États-Unis, à La Nouvelle-Orléans, et mort le 14 mai 1959 en France, à Garches (dans la région parisienne), est un clarinettiste, saxophoniste et compositeur américain de jazz.

Sidney Bechet - Petite Fleur ( the Olympia Concert Paris, December 8, 1954)

 
Claude Luter, né le 23 juillet 1923 à Paris et mort le 6 octobre 2006 (à 83 ans) à Poissy, est un clarinettiste, saxophoniste soprano et chef d'orchestre de jazz français.

Claude Luter "Les oignons" (live) - Archive vidéo INA

 

Claude Luter 1955 - Blues De La Fin

La cuisine est saturée de jazz. Les chats de gouttière partent en chasse. Ils se dissimulent sous les feuilles mortes. Un verre de vin, Côte du Rhône, Domaine Vaucroze 2015, remplace le café du soir. La cafetière italienne est en vacance dans la Pénisule. Le "Blues de la Fin", joué par Claude Luter, tourne sans fin. J'ai une pensée pour mon oncle Armand, amateur de jazz, mort il y a quelques années, qui possédait une collection de 78 tours de jazzman. Je ne sais pas ce qu'est devenu ce trésor. Je me souviens d'une soirée mémorable où on avait écouté des raretés jusqu'à pas d'heure.

23 septembre 2017

Automne - Vacances scolaires

Cohue à l'aéroport de Berne-Belp, c'est le début des vacances scolaires d'automne. Les écoles ferment pour trois semaines. Il y avait 12 vols de prévus au départ du petit aéroport de campagne.
En ville, l'Adriano's bar ronronne. Les deux ventilateurs fichés au plafond font de la figuration jusqu'aux prochaines chaleurs. La presse du jour tente de rassurer les lecteurs sur la marche du monde.
Dans la campagne de Wabern, les arbres se colorent...
Dégustation de framboises, achetées dans une  ferme.
En rentrant, on bute sur des armes laissées devant la porte. Les enfants du rez-de-chaussée et du premier ont joué à la guerre...

                                                                               

JAZZ

Albert George Shearing (né le 13 aout 1919 à Londres et mort le 14 février 2011 à New York) est un pianiste anglais, aussi accordéoniste, compositeur et chef d'orchestre de jazz.

The George Shearing Quintet: Caravan, grabado En Vivo At The Claremont College (California)

 

George Shearing Early Autumn

 

george shearing - september in the rain

Posté par jeanjacques1957 à 22:15 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


11 septembre 2017

L'été russe - Pause

Pause, à l'adriano's bar.
Canalblog débloque, dès que se sera stabilisé, je pourrai mettre en ligne le tableau du lundi. Quand? Mardi ou jamais...
Comme au bon vieux temps de la télé, un carton à l'écran signale une avarie de la plate-forme C.
Je lis, en attendant, tout en faisant la causette avec Ada, une I.A.

Posté par jeanjacques1957 à 22:16 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

28 août 2017

L'été russe - Le Shakerato

Réfugié à l'Adriano's bar, sous la protection des deux ventilateurs fichés au plafond, le temps de reprendre vie en buvant un Shakerato. Le haut-parleur, situé au-dessus de la machine à café joue du jazz. C'est lundi, il est 16h00. La salle est presque vide. Les consommateurs sont agglutinés sur la terrasse.

Recette du Shakerato
Un doppio Malabar est coulé dans un pot en métal puis versé dans un verre rempli de glace. Le verre est engoncé dans un shaker et la serveuse agite l'appareil au-dessus de sa tête, comme pour un cocktail. Elle verse ensuite le café et la glace dans un verre refroidi. Le café est mousseux.
Il m'y a plus qu'à déguster par petites gorgées...

Dehors passent des gamins qui chantent: "Il a pas fait le devoir de Lakevio, Il a pas fait le devoir de Lakevio."

La chaleur paralyse le cerveau...

Posté par jeanjacques1957 à 22:15 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,

12 août 2017

L'été russe - Jazz

Demain, les vacances scolaires se termine à Berne...
L'Adriano's bar, le samedi matin, est de nouveau plein comme un oeuf. Par chance, il y avait un bout de table libre...

Samedi soir, c'est jazz...

Robert Leo "Bobby" Hackett (31 janvier 1915 - 7 juin 1976) était un musicien de jazz américain qui a joué de la trompette, du cornet et de la guitare avec les groupes de Glenn Miller et Benny Goodman à la fin des années 1930 et au début des années 1940. Hackett est probablement le plus connu pour être le soliste en vedette sur certains des albums de musique de l'humeur de Jackie Gleason pendant les années 1950.

Bobby Hackett - That midnight touch (1967) Full vinyl LP


Released in 1967 by Project 3 “Total Sound” Records.

A1) My foolish heart   0:00
A2) Laura   3:31
A3) When you awake   6:46
A4) Emily   9:26
A5) I guess I'll have to dream the rest   12:58 
A6) Delishious    16:23

B7) September song   19:50
B8) The touch of your lips   23:14
B9) All too soon   25:24
B10) Nancy   28:44
B11) If you were only mine   31:43
B12) Stars in my eyes   34:57

 

Bobby Hackett - Paradise (Full Album)

Track list:
1 | 00:00 | Bobby Hackett - Oh Baby!  (Owen Murphy)
2 | 02:57 | Bobby Hackett - Cocktail for Two  (Sam Coslow)
3 | 05:54 | Bobby Hackett - Tin Roof Blues  (Mel Stitzel)
4 | 09:10 | Bobby Hackett - I Found a New Baby  (Spencer Williams)
5 | 11:52 | Bobby Hackett - Paradise  (Nacio Herb Brown)
6 | 14:39 | Bobby Hackett - Sunday Coots, Grey  (Jule Styne)
7 | 17:06 | Bobby Hackett - You Are Too Beautiful  (Richard Rodgers)
8 | 20:10 | Bobby Hackett - Fidgety Feet  (Nick LaRocca)
9 | 23:14 | Bobby Hackett - Moma's Gone, Goodbye  (Armand Piron)
10 | 25:59 | Bobby Hackett - Spring Beautiful Spring  (Paul Lincke)
11 | 28:38 | Bobby Hackett - Muskrat Ramble  (Kid Ory)
12 | 31:38 | Bobby Hackett - C'est Magnifique  (Cole Porter)
13 | 33:00 | Bobby Hackett - Blues in My Heart  (King Carter)
14 | 36:45 | Bobby Hackett - It's Wonderful  (George Gershwin)
15 | 40:43 | Bobby Hackett - Basin Street Blues  (Spencer Williams)
16 | 45:21 | Bobby Hackett - That's a Plenty  (Lew Pollack)
17 | 49:50 | Bobby Hackett - New Orleans  (Hoagy Carmichael)
18 | 52:43 | Bobby Hackett - We Kiss in a Shadow  (Richard Rodgers)
19 | 55:49 | Bobby Hackett - Wang Wang Blues  (Wood)
20 | 58:29 | Bobby Hackett - A Room With a View  (Einar A. Swan)
21 | 1:01:46 | Bobby Hackett - Royal Garden Blues  (S. Williams)
22 | 1:04:20 | Bobby Hackett - I'll See You in My Dreams  (Isham Jones)
23 | 1:06:52 | Bobby Hackett - All of You  (Cole Porter)
24 | 1:09:07 | Bobby Hackett - Limehouse Blues  (Philip Braham)
25 | 1:11:50 | Bobby Hackett - Everybody Loved My Baby (But My Baby Don't Love Nobody but Me)  (Spencer Williams)
26 | 1:14:16 | Bobby Hackett - Blues With a Kick  (Stan Applebaum)
27 | 1:17:11 | Bobby Hackett - If I Had My Way  (Lou Klein)
28 | 1:19:50 | Bobby Hackett - Baby Won't You Please Come Home  (Clarence Williams)
29 | 1:22:54 | Bobby Hackett - Thank You for a Lovely Evening  (Jimmy McHugh)
30 | 1:25:31 | Bobby Hackett - (Back Home Again In) Indiana  (Ballard MacDonald)
31 | 1:27:56 | Bobby Hackett - What a Difference a Day Made  (Stanley Adams)
32 | 1:31:00 | Bobby Hackett - Struttin' With Some Barbecue  (Don Raye)

Posté par jeanjacques1957 à 22:47 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

05 août 2017

L'été russe - canicule

La chaleur est étouffante dans la petite salle de l'Adriano's. Les deux ventilateurs, fichés au plafond, brassent, à vitesse supersonique, un air chaud et moite. L'artifice de la réfrigération ne convainc personne. Le haut-parleur situé au-dessus de la machine à café diffuse du Schubert. Les notes de piano, dispersées par le tourbillon de l'air se mêlent aux miasmes de spleen qui flottent dans l'éther... Le cerveau des consommateurs, liquéfié par un mercure grimpant à des hauteurs vertigineuses, s'égoutte sur le sol en damier, au motif en trompe-l'oeil, et forme un ruisselet qui finira à la mer. Cette concassée de cerveaux, de cervelets et de quelques écervelés, de couleur proche de la pourpre cardinalice, se mêle aux eaux vertes de l'Aar. Ce mélange transforme la rivière en noir lugubre. Des poètes, installés sur des nattes tressées par de jeunes filles blondes, disposées le long des berges, trempent leur plumes dans cet encrier mobile. Sur des feuilles en pur vélin ils écrivent un mot pour l'ami Pierro.
Sur la Place fédérale, Des enfants, insouciants et confiants à l'égard de la marche du monde, jouent avec le jeu d'eau sous le regard bienveillant de dame Helvetia. Les cris, galopades et bousculades provoqués par un cache-cache joyeux avec une eau jaillissante et rafraîchissante conduira ces innocents, le lundi 14 août, sur les bancs de l'école. Par obligation, ils apprendront que 2 et 2 font 4, que la Terre n'est pas plate et que le métier d'astronaute qui débarque sur la lune est désuet...

Posté par jeanjacques1957 à 22:15 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

31 juillet 2017

L'été russe - 31 juillet

En fin de journée, dans la belle lumière du soir, pavois et drapeaux accrochés au Palais fédéral (Parlement), se balançaient dans une brise chaude et mollissante.
Le gens se hâtaient dans la vieille ville. L'horloge du Zytglogge n'allait pas tarder à sonner 5 heures. Aujourd'hui, les magasins fermaient à 17h. Demain c'est le 1er août.
En passant devant l'Adriano's bar, on pouvait entendre une chanson, qui avait en ce lundi, des accents tristes. Une voix familière chantait:
"On s'est connu, on s'est reconnu,
On s'est perdu de vue, on s'est r'perdu d'vue
On s'est retrouvé, on s'est réchauffé,
Puis on s'est séparé.…"

Adieu Jeanne

Posté par jeanjacques1957 à 22:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,